Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Merlin...

Le blog de Merlin...

OVNI et toute l'actualité extraterrestre, terrestre, et intraterrestre, toutes les infos cachées et secrètes...


Nibiru, Tyché, Némésis, planète X etc… elles existent !

Publié par MERLIN sur 26 Avril 2015, 14:20pm

Catégories : #Espace

 

Commençons par répondre aux sceptiques par une réalité qu’ils ne pourront contester et qui est en elle-même une réponse, et qui leur clouera le caquet :

 

N’oublions pas que 90% de l’univers est composé de Matière Noire, INVISIBLE et de nature inconnue. L'étude des amas de galaxies indique que 90 % de leur masse est sous une forme invisible. L'étude des galaxies elles-mêmes indique que la grande majorité de leur masse aussi est sous forme invisible. L'Univers contient une grande quantité de masse sous une forme que l'on ne voit pas.

 

Partant de là, tout est possible…

Nibiru, Tyché, Némésis, planète X etc… elles existent !

Il est pratiquement admis aujourd’hui (en 2015) qu’une planète X est bien présente au-delà de Pluton, dans notre système solaire, et il est pratiquement admis également, qu’il y en aurait plusieurs !

 

Alors cette ou ces planètes est-ce la fameuse Nibiru dont nous parle Zécharia Sitchin, dont nous parlent les indiens Hopis, dont nous parlent les Sumériens et d’autres ?

 

Le problème, est que si un astre massif pourrait exister au-delà de Neptune, et que si une telle découverte était confirmée, cette nouvelle découverte d’une "planète X  bouleverserait les modèles de formation du système solaire avancés par nos scientifiques, et ça la science n’aime pas !

 

Extrait de Science et avenir :

Au moins une "planète X" croiserait aux confins sombres et inconnus de notre système solaire. C’est ce que semble démontrer l’analyse des caractéristiques orbitales de 13 objets dits "transneptuniens", c’est-à-dire évoluant bien au-delà de Neptune et Pluton, à plus de 5 milliards de kilomètres de la Terre.

 

La planète X, "Arlésienne" astronomique, est de retour ! Née au milieu du 19e siècle après la découverte de Neptune (1846), l’hypothèse d’un corps lointain sillonnant au-delà de cette planète – la plus lointaine connue de notre système solaire – avait conduit en 1930 à l’identification de Pluton.

 

La découverte, en 1992, d’une multitude de corps encore plus lointains a réanimé l’idée qu’il puisse exister, dans ces régions inconnues, une planète géante qui influerait sur les trajectoires de ses voisines. Las ! En mars 2014, la Nasa balaie l’idée qu’une planète X puisse exister, annonçant qu’il n’y avait définitivement pas de géante gazeuse plus massive que Jupiter au-delà de Pluton.

 

Une planète X, peut-être même une Y voire une Z...

 

Pas de géantes, certes, mais peut-être des planètes plus massives que la Terre ! C’est ce que viennent d’annoncer les chercheurs de l’université Complutense de Madrid (Espagne) et de l’université de Cambridge (Grande-Bretagne), dans deux articles publiés dans les "Monthly notices" de la Royal Astronomical Society britannique. Les chercheurs ont étudié 13 objets transneptuniens lointains, des corps froids qui évoluent sur des orbites elliptiques très éloignées du Soleil.

 

Tous ces objets obéissent à deux règles : leur demi grand-axe est d’environ 150 unités astronomiques (UA, une unité astronomique équivaut à la distance Terre-Soleil, soit quelques 150 millions de km) et lorsqu’ils s’approchent au plus près du Soleil (le perihelion), leur orbite a une inclinaison proche de 0 ou 180 degrés par rapport au plan du système solaire. Or, 13 d’entre eux dérogent à la règle.

 

Leur demi-grand axe va en effet de 150 à 525 UA, avec des inclinaisons moyennes d’environ 20 degrés. Une force invisible dévierait-elle leur trajectoire ? Selon les auteurs des articles, l’explication la plus probable mettrait en scène… au moins deux planètes inconnues au-delà de Neptune et Pluton !

 

Une planète X, et peut-être même une Y voire une Z… Problème : aucun modèle de formation planétaire actuel ne permet d’expliquer la présence de tels astres massifs sur des orbites circulaires au-delà de Neptune. Par chance, l’observation des autres systèmes planétaires ouvre de nouvelles perspectives.

 

La découverte en novembre 2014, grâce au radiotélescope européen Alma, d’un disque de planètes en formation s’étendant sur plus de 100 UA autour de l’étoile HL Tauri rend possible l’existence de planètes très éloignées de leur étoile. Des nouveaux mondes plongés dans une nuit glaciale et permanente, à plus de 200 UA du Soleil. Là où aucun instrument ne pourra les débusquer avant longtemps.

 

Si cette analyse repose sur un échantillon très retreint d’objets, les prochains mois devraient entraîner la publication de nouveaux résultats reposant sur un échantillon plus large. Si elle est confirmée, cette nouvelle hypothèse de planètes X bouleverserait les modèles de formation du système solaire.

Nibiru, Tyché, Némésis, planète X etc… elles existent !

Cela fait quelques années que beaucoup d’astrophysiciens prédisent cette planète ou même ces planètes ! Ce qui est également un élément de plus à opposer aux sceptiques qui pulullent et polues les sites et forums, et qui ne sont absolument pas astrophysiciens !

 

Il y aurait une planète géante cachée dans notre système solaire...

 

Cette planète du nom de Tyche serait même plus grande que la plus grande des planètes connues de notre système solaire. Tyche serait quatre fois plus grosse que Jupiter.

 

Ce sont deux astrophysiciens, John Matese et Daniel Whitmire de l’université de Louisiane, qui avancent cette idée. Ils se basent sur des données récoltées par le télescope WISE de la NASA (Wide-field Infrared Survey Explorer) mais qui demandent encore à être décortiquées.

 

A la question de savoir comment une telle planète n’aurait pas encore été découverte, ils répondent tout simplement qu’elle se trouve aux confins du système solaire dans le nuage de Oort. Parmi les planètes de notre système solaire, Pluton est celle qui est la plus éloignée du soleil.

 

Or Tyche serait 375 fois éloignée du soleil que ne l’est Pluton et 14 700 fois plus éloignée du soleil que la Terre ne l’est.

 

Bien entendu, à une telle distance du soleil la température y serait extrêmement basse.

 

Bien que de nombreuses preuves de l’existence de cette planète, nommée Tyche, existent, de nouvelles données viendront confirmer sa présence.

Selon le professeur Daniel Whitmire, Tyche serait essentiellement composée d’hydrogène et d’hélium avec une atmosphère semblable à celle de Jupiter. Il espère également que la planète possède des lunes, comme toutes les planètes extérieures.

 

Si l’existence de Tyche se voit confirmée, il s’agira de la neuvième (et certainement de la plus grande) planète de notre système. Elle devra encore être acceptée par l’union astronomique internationale et sera susceptible de changer de nom.

 

Souvenons-nous également des paroles du découvreur de Sedna, qui ne laissait pas trop de place au doute, même s’il ne parlait pas de Nibiru, mais de Némésis, le compagnon noir de notre Soleil…

 

Le découvreur de Sedna, Mike Brown de Caltech, a noté dans un article de Discover Magazine que l’emplacement de Sedna n’avait pas de sens.

 

« Sedna ne devrait pas être là », déclare Brown. « Il n’y a aucun moyen de mettre Sedna où elle est. Elle ne vient jamais assez proche pour être affectée par le Soleil, mais elle ne va jamais assez loin du Soleil pour être affectée par d’autres étoiles ».

 

Peut-être qu’un objet massif invisible est responsable de l’orbite mystificateur de Sedna, son influence gravitationnelle gardant Sedna bien en place dans cette partie extrêmement éloignée de l’espace.

 

« Mes études ont toujours porté sur des objets plus proches et, ainsi, se déplaçant plus rapidement », dit Brown à Astrobiology Magazine. « J’aurais facilement négligé quelque chose de si lointain et se déplaçant aussi lentement que Némésis. »

Nibiru, Tyché, Némésis, planète X etc… elles existent !

Il est reconnu, que nous ne connaissons même pas 10% de notre propre système solaire, tout comme nous ne connaissons même pas 2% de nos propres fonds sous- marins, tout comme nous ne connaissons même pas 0.0001% de l’intérieur de notre planète, et avec ces immenses connaissances dont nous nous vantons, on voudrait jouer les fanfarons en prétendant qu’il n’y a aucune planète au-delà de pluton, et tenter de ridiculiser ceux qui supposent le contraire !

 

C'est franchement trop drôle !

 

Idem pour la présence presque invisible des ovnis et d’extraterrestres qui sont à nos portes, et qui sont présent sur cette planète depuis l’aube de notre humanité.

 

Souvenons-nous également des affirmations de Rorschach concernant la présence d’un astre massif tout près de nous à présent voir ici :

La planète X dans Google Earth ! (Suite)…

 

Et ce sera ma conclusion… pour le moment !

Comme toujours, c’est à vous de juger...

 

                      Cliquer sur le gif animé pour retourner sur l’accueil du blog…

 

 

                

   Pour me contacter, ou me proposer un sujet, cliquer sur l’image adéquate…

 

 

 
Commenter cet article

BlueMan 21/10/2015 09:40

Pour en savoir plus, voici des vidéos sur le sujet :
http://www.blueman.name/Des_Videos_Remarquables.php?titre=Nibiru&mode=liste

BlueMan 18/10/2015 19:37

En complément, voyez la vidéo "Des astronomes prédisent le retour de la planète géante Némésis (appelée aussi Nibiru ou Hercolubus) : pluies de comètes, catastrophes planétaires, et fin du monde, en vue !" :
http://www.blueman.name/Des_Videos_Remarquables.php?NumVideo=8086

liloune89 18/10/2015 13:35

coucou et merci pour l'article! ps: ça n'a pas vraiment de rapport avec Nibiru mais ça peut toujours servir! j'ai trouvé un site qui permet de toucher un ptit salaire (350€ à 450€ par mois) en répondant à des sondages sur internet! c'est pas beaucoup mais ça permet tout de même de mettre du beurre dans les épinards! bref! voilà le lien du site pour qui ça peut intéresser: www.sondage-france.com profitez-en aussi ;-)

MERLIN 27/04/2015 21:39

http://www.journaldelascience.fr/sites/default/files/imagecache/full_node/sedna-2012-_vp113_0.jpg

Voir l'image pour comprendre

Des astronomes ont détecté la présence de la planète naine la plus distante du Soleil jamais découverte jusqu'ici. En comparant l'orbite de cette planète naine, appelée 2012VP113 (en rouge), à celle d'une autre planète naine déjà connue appelée Sedna (en orange), laquelle est également très éloignée du Soleil, les auteurs de l'étude font l'hypothèse qu'une planète très massive se situe aux confins de notre système solaire. Crédits : Scott Sheppard.

Une planète géante, jusqu'ici jamais détectée par les astronomes, serait-elle dissimulée aux confins de notre système solaire ? C'est en tout cas ce que suggèrent des travaux publiés par deux astronomes dans la revue Nature.

Une gigantesque planète, quelque 10 fois plus grosse que la Terre, se cacherait-elle à l’extrême limite de notre système solaire ? Une planète dont aucun télescope n'aurait jusqu'ici détecté la présence ? De prime abord, une telle éventualité peut surprendre, surtout au vu du nombre considérable de planètes bien plus éloignées qui ont été découvertes au cours de ces dernières années, notamment grâce au télescope spatial Kepler.

Et pourtant, c'est bel et bien ce que suggère un article publié le 27 mars 2014 dans la revue Nature, sous le titre « A Sedna-like body with a perihelion of 80 astronomical units ».

Quel est le contenu de cet article ? À première vue, il n'est pas question de planète « fantôme », dissimulée au sein de notre système solaire. En effet, les astronomes Chad Trujillo (Observatoire Gemini, Hawaï) et Scott Sheppard (Carnegie Institution for Science à Washington, Etats-Unis), co-auteurs de cette étude, relatent « simplement » la découverte d'une planète naine appelée 2012  VP113, située aux confins de notre système solaire.

Cette planète naine gravite sur l’orbite solaire la plus lointaine que nous connaissons, puisque la distance qui sépare 2012  VP113 du Soleil n'est jamais inférieure à 80 Unités Astronomiques (une Unité Astronomique correspond à la distance qui sépare la Terre du Soleil, soit 149.5 millions de kilomètres), ce qui correspond en d’autres termes à une distance de 12 000 milliards de kilomètres.

En quoi la découverte de 2012  VP113 - une découverte au demeurant très loin d'être mineure ! - suggèrerait-t-elle l'existence d'une planète beaucoup plus grande, dissimulée au sein de notre système solaire, et qu'aucun télescope ne serait jusqu'ici parvenu à détecter ?

La réponse se situe dans l'orbite de 2012  VP113 : en étudiant les caractéristiques de cette orbite puis en la comparant à celle d’autres corps précédemment découverts, les deux auteurs de l’étude ont été amenés à formuler l'hypothèse qu'un corps extrêmement massif se situerait encore au-delà de l’orbite de 2012  VP113, dont la présence influerait sur l’orbite de ce corps nouvellement découvert…

Pour comprendre parfaitement ce dont il s'agit, intéressons-nous plus précisément à cet article publié dans Nature le 27 mars 2014, relatif à la détection de 2012  VP113. Dans cet article, nous y apprenons que 2012  VP113 est situé au-delà de la Ceinture de Kuiper, cette zone du système solaire distante du Soleil de quelques 30 à 50 Unités Astronomiques (30 à 50 fois la distance Terre-Soleil), constituée de milliers de corps célestes glacés.

Or, une telle localisation est loin d’être anodine. En effet jusqu’ici, une seule autre planète naine avait été découverte au-delà de la Ceinture de Kuiper : il s’agit de Sedna, un corps découvert en 2003, d’un diamètre de 1000 km, et dont la distance qui la sépare du Soleil n’est jamais inférieure à 76 Unités Astronomiques.

Et c'est précisément en comparant l'orbite de 2012  VP113 à celle de Sedna que Chad Trujillo et Scott Sheppard en sont venus à formuler l'hypothèse que les caractéristiques de ces deux orbites, qui présentent certaines similarités, pourraient s'expliquer par la présence d’un très gros corps céleste, dont la taille pourrait être jusqu’à 10 fois supérieure à celle de la Terre, et qui serait situé à l'extrémité de notre système solaire, encore plus loin du Soleil que ne le sont Sedna et 2012  VP113. Selon les auteurs de l’étude, cette planète très massive pourrait être située à quelques 250 Unités Astronomiques du Soleil.

En réalité, cette hypothèse n'est pas complètement neuve : il s'agit ni plus ni moins de la théorie de la planète X. La théorie de la planète X ? Apparue dès le 19e siècle à la suite de la découverte de Neptune en 1846, cette théorie postule qu'il existerait au sein de notre système solaire, au-delà de l’orbite de Neptune, une planète pour l’instant invisible. Une hypothèse qui n’a jusqu’ici jamais été confirmée par la moindre observation.

En 2010 et 2011, le télescope WISE de la NASA a même scruté la région de l’espace où cette hypothétique planète serait censée se trouver. Mais ces observations sont demeurées vaines.

Mais alors, comment expliquer que des scientifiques avancent encore une fois l’hypothèse qu’une planète massive se trouve aux confins du système solaire, alors que les observations du télescope WISE n’ont fourni aucun résultat ? Selon Chad Trujillo et Scott Sheppard, c’est parce que cette planète serait, si elle existe, beaucoup trop froide pour pouvoir être détectée par un instrument tel que le télescope WISE, du fait de la très grande distance qui la sépare du Soleil.

La découverte de 2012  VP113 va-t-elle relancer la traque de la planète X ? S'il est encore trop tôt pour le dire, cette découverte montre en revanche que les confins du système solaire sont encore extrêmement mal connus des astronomes (les scientifiques pensent par exemple que des corps comme 2012  VP113 ou Sedna sont en réalité extrêmement nombreux, mais n'ont pas encore été détectés)...

Repris également par la revue Ciel&espace.

Source : http://www.journaldelascience.fr/espace/articles/planete-geante-cache-t-elle-systeme-solaire-3493