Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Merlin...

Le blog de Merlin...

OVNI et toute l'actualité extraterrestre, terrestre, et intraterrestre, toutes les infos cachées et secrètes...


LHC les grandes découvertes à venir... ou pas !

Publié par MERLIN sur 25 Mai 2015, 23:05pm

Catégories : #Découvertes Scientifiques...

LHC les grandes découvertes à venir... ou pas !

On décrypte le vrai du faux sur la physique extrême de l’accélérateur de particules du Cern, mini-trous noirs, univers parallèles : Que nous prépare le LHC ?

 

Depuis sa création, l’accélérateur de particules du Cern, le LHC (pour Large hadrons collider), alimente tous les fantasmes. Matière obscure, mini-trous noirs, dimensions cachées: maintenant que sa puissance est doublée et alors qu'il redémarre dans quelques jours, que nous réserve le LHC ? 

 

On décrypte tout ça avec Etienne Klein, chef du Laboratoire de recherche sur les sciences de la matière du CEA et auteur avec Anna Alter de De quels atomes sommes-nous faits? (ed. Le Pommier).

 

Des dimensions supplémentaires cachent des univers parallèles ?

PRESQUE. La physique actuelle a un problème: la gravitation, une des quatre forces fondamentales, échappe au modèle standard. «Elle est à part, mais il faut réconcilier ces forces, les unifier, afin d’être capable de décrire les situations où toutes les forces de la nature se combinent», explique Etienne Klein.

 

Plusieurs théories concurrentes s’y essayent, qui ne fonctionnent pour certaines que si on ajoute des dimensions aux quatre qui forment notre espace-temps. «Repliées sur elles-mêmes, elles sont si petites qu’elles sont indétectables, décrit le physicien. Mais on ne doit pas parler d’univers parallèle: ces dimensions existent dans notre univers, simplement elles sont cachées.» Sauf si le LHC parvient à les détecter.

 

Le LHC pourrait créer des mini-trous noirs ?

VRAI, MAIS... Les capacités inédites du LHC ont fait croire à certains qu'il pourrait créer un trou noir qui avalerait la Terre. En 2008, le Cern avait même publié un texte balayant cette possibilité et affirmant que «les collisions produites au LHC ne présentent aucun danger et qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter».

 

Etienne Klein confirme: «Des collisions à énergie bien plus haute surviennent dans la nature, par exemple par les rayons cosmiques qui bombardent la Lune.» Le LHC ne ferait donc que reproduire un phénomène naturel. «Même si des mini-trous noirs peuvent apparaître, ils s’évaporent avant d’avaler la matière environnante; la simple existence de la Lune en est une preuve suffisante.»

 

Source : 20Minutes.

LHC les grandes découvertes à venir... ou pas !

LHC Saison 2 : les chiffres clés...

Le Grand collisionneur de hadrons (LHC) est le plus puissant accélérateur de particules jamais construit. Il se trouve au CERN, l’Organisation européenne pour la Recherche nucléaire, dans un tunnel situé à 100 mètres sous terre, de part et d’autre de la frontière franco-suisse, près de Genève (Suisse).

 

Nombre d’aimants : 9 593

Nombre de tours par seconde : 11 245

Nombre de collisions par seconde : 1 milliard

 

Le Centre de Calcul du CERN enregistre plus de 30 pétaoctets de données provenant des expériences LHC par année, un volume qui pourrait remplir environ 1,2 million de disques Blu-ray, ce qui représente 250 années de vidéo haute définition. Plus de 100 pétaoctets de données sont archivés de façon permanente, sur bande.

 

La consommation totale d’électricité du LHC (et des expériences) équivaut à 600 GWh par an, et a atteint un pic de 650 GWh en 2012, quand le LHC a fonctionné à une énergie de 4 TeV. Pour la deuxième période d’exploitation, la consommation d’électricité est estimée à 750 GWh par an.


La consommation totale d’électricité du CERN est de 1,3 TWh par an ; par comparaison, la production totale d'énergie électrique est environ de 20 000 TWh dans le monde, de 3 400 TWh dans l’Union européenne, de 500 TWh en France, et de 3 TWh dans le canton de Genève.

 

Qu’est-ce que le LHC ?

Le LHC est un accélérateur de particules qui accélère des protons ou des ions à une vitesse proche de celle de la lumière. Il consiste en un anneau de 27 kilomètres de circonférence composé essentiellement d’aimants supraconducteurs et équipé de structures accélératrices qui augmentent l’énergie des particules qui y circulent.

 

Pourquoi est-il appelé « Grand collisionneur de hadrons » ?

  • « Grand » fait référence à ses dimensions, environ 27 km de circonférence.
  • « Collisionneur » parce qu’il permet à deux faisceaux de particules se déplaçant en sens opposé d’entrer en collision en quatre points de la machine.
  • « Hadrons » parce qu’il accélère des protons ou des ions, qui appartiennent à la famille de particules appelées hadrons.

 

Comment fonctionne le LHC ?

  • La chaîne d’accélérateurs du CERN se compose d’une succession d’accélérateurs d’énergies croissantes. Chaque machine accélère un faisceau de particules à une énergie déterminée avant de l’injecter dans la machine suivante. Celle-ci porte alors le faisceau à une énergie encore plus élevée, et ainsi de suite. Le LHC est le dernier maillon de cette chaîne, celui où les faisceaux atteignent leur plus haute énergie.
LHC les grandes découvertes à venir... ou pas !

À l’intérieur du LHC, deux faisceaux de particules se déplacent à une vitesse proche de celle de la lumière, avant d’entrer en collision. Les faisceaux circulent en sens inverse, dans des tubes distincts placés sous ultravide.

 

Ils sont guidés le long de l’anneau de l’accélérateur par un puissant champ magnétique, maintenu par des aimants supraconducteurs ; au-dessous d’une température spécifique, certains matériaux deviennent en effet supraconducteurs et n’offrent alors aucune résistance au passage du courant électrique.

 

Pour tirer parti de ce phénomène, les aimants du LHC sont par conséquent refroidis à -271,3 °C (1,9 K), une température plus froide que celle de l’espace intersidéral. L’accélérateur est donc relié à un grand système de distribution d’hélium liquide, qui refroidit les aimants, ainsi qu’à d’autres systèmes annexes.

 

Questions :

 

  • La supersymétrie existe-t-elle ? Le Modèle standard n’offre pas une description unifiée de l’ensemble des forces fondamentales. En effet, il est difficile d’élaborer une théorie de la gravité similaire aux théories des autres forces. La supersymétrie, théorie fondée sur l’hypothèse qu’il existe pour chaque particule standard connue un partenaire plus massif, pourrait faciliter l’unification des forces fondamentales.

     

  • Que sont la matière noire et l’énergie noire ? La matière que nous connaissons et qui constitue toutes les étoiles et les galaxies ne représente que 4 % du contenu de l’Univers. La chasse aux particules ou aux phénomènes responsables de la matière noire (23 %) et de l’énergie noire (73 %) reste donc ouverte.

     

  • Où est passée l’antimatière ? Lors du Big Bang, matière et antimatière ont dû être produites en quantités égales, mais d’après ce que nous avons pu observer jusqu’à présent, notre Univers n’est constitué que de matière.

 

Source : Press.wen.cern

Ça y est. Mercredi soir, soit le 20 mai vers 22:30, le Grand collisionneur de hadrons du CERN, le LHC, a produit ses premières collisions à 13 TeV, soit presque le double de l’énergie atteinte en 2012. Les quatre expériences du LHC ont toutes enregistré des collisions, attestant du succès de la remise en marche de l’accélérateur. C'est le début de la seconde période d’opération du LHC et tous les espoirs sont permis pour de nouvelles découvertes.

 

La bonne nouvelle pouvait se lire sur tous les visages ainsi que sur la page d’info du LHC, page accessible au grand public et en tout temps, qui révèle en temps réel les activités du LHC. On la retrouve aussi sur de nombreux écrans disséminés sur tout le site du CERN.

LHC les grandes découvertes à venir... ou pas !

Voici une capture d’écran prise jeudi matin alors que les tests se poursuivaient.

 

Les deux traits en rouge et bleu indiquent l’intensité des deux faisceaux qui circulaient en sens inverse dans l’accélérateur. Chaque faisceau comptait environ 185 milliards de protons. L’échelle de droite donne l’énergie de ces protons, telle qu’indiquée par le trait noir.

 

Les protons servant aux faisceaux du LHC proviennent du Supersynchrotron à protons, le SPS, le stage précédent dans la chaine d’accélération. Ils sont injectés dans le LHC à 450 GeV (soit 0,450 TeV) avant d’être accélérés à l’énergie finale de 6,5 TeV par faisceau. L’énergie libérée lors des collisions équivaut au double de celle de chaque faisceau, soit 13 TeV.

 

Après leur injection dans le LHC, les protons y sont accélérés, puis les faisceaux sont ajustés, comme lors de la capture d’écran ci-dessus, avant d’être mis en collision. Toutes ces étapes requièrent quelques heures. Si tout va bien, c’est-à-dire si aucune des milliers de composantes des 27-km de l’anneau ne tombe en panne (pompes, aimants, transformateurs et autres) les faisceaux peuvent être maintenus en collisions pendant 3, 6, voire 12 heures et plus.

 

Reste encore plusieurs mises au point à faire avant que la machine ne puisse produire des faisceaux de façon régulière et sécuritaire en juin. En particulier, une multitude de collimateurs doivent être réglés. Leur rôle est d’arrêter les particules qui s’écartent du faisceau, de façon à ce que les détecteurs et les aimants du LHC puissent opérer sans risque d’être endommagés.

 

Le début de la grande aventure de la seconde période d’opération du LHC est donc en vue. Tous les espoirs sont permis.

 

Source : Agence Science.Presse

LHC les grandes découvertes à venir... ou pas !

Les collisions de protons à 13 TeV créent des gerbes de particules dans le détecteur ALICE (Image : ALICE)

 

Le réglage des collimateurs est une étape essentielle. Ces dispositifs, qui absorbent les particules égarées, ont été ajustés aux conditions « collisions de faisceaux ». Ces opérations vont donner aux équipes de l’accélérateur les données nécessaires pour assurer la pleine protection des aimants du LHC et des détecteurs.

 

Dans un article publié dans Nature, les collaborations CMS et LHCb décrivent la première observation d’une désintégration très rare de la particule B0s en deux muons. D’après les prédictions du Modèle standard, la théorie qui décrit de la façon la plus satisfaisante le monde des particules, ce processus subatomique rare se produit quatre fois sur un milliard de désintégrations, mais il n’avait jamais été constaté auparavant.

 

L’analyse s’appuie sur des données prises auprès du Grand collisionneur de hadrons (LHC) en 2011 et 2012. Ces données contiennent également des indices d'une désintégration similaire, mais encore plus rare, celle du B0, une particule cousine du B0s, en deux muons.

 

Les particules B0s et B0 sont des mésons, autrement dit, des particules subatomiques non élémentaires, instables, constituées d’un quark et d’un antiquark liés ensemble par l’interaction forte. Ce type de particule n'est produit que dans des collisions à haute énergie, soit dans des accélérateurs de particules, soit dans la nature, par exemple dans les rayons cosmiques. Ce résultat aura des conséquences importantes pour la quête d'une physique au-delà du Modèle standard.

 

Il faut savoir que le Modèle standard ne permet pas de répondre à certaines questions importantes, comme par exemple : « qu'est-ce que la matière noire ? » ou « qu’est-il arrivé à l'antimatière après le Big Bang? ». C’est pourquoi les expériences auprès du LHC s’efforcent de trouver des indices d’une « nouvelle » physique, qui permettrait de résoudre certaines de ces énigmes.

 

LHC les grandes découvertes à venir... ou pas !

Si ils ce sont plantés voici peut être ce qui attend la planète... c'est de l'humour hein ?!

 

 

 
Comme toujours, c’est à vous de juger...

 

                      Cliquer sur le gif animé pour retourner sur l’accueil du blog…

 

 
 
 
<><><><><>
 
Commenter cet article

BlueMan 21/10/2015 09:37

Des vidéos sur le LHC :
http://www.blueman.name/Des_Videos_Remarquables.php?titre=LHC&mode=liste

crami25 09/06/2015 13:07

Quand ça devient un peu trop scientifique, ça devient du chinois... Ce qui serait intéressant de savoir, c'est le résultat de toutes ces expériences. Est-ce que ça nous a permis de mieux comprendre notre univers ? Est-ce qu'il a des applications utilisées tout les jours, dans notre vie, grâce aux découvertes du LHC ? etc...

Claudetib 26/05/2015 21:20

Merci pour toute ces explication moi je me demande ce qui est cacher en arrière de tout cela comme nous le savons tousse ou nous croyons savoir ils y a sur cette terre du mensonge terrible entre ce qui ce passe vraiment et la vérité dans le coté occulte du collisionneur ce cacherais un moyen de voyager dans le temps comme toute chose qui ce dit sur le net il faut chercher beaucoup pour voire la fores ou ce cache la vérité quand j ai su que cela pourrais être vrais j ai remarquer qu il y avais une séries télé qui s appel l armer des douze singes pas le film la série il voyage dans le temps avec un collisionneur comme nous le savons tousse il aime bien rire de nous autre en nous montrant la vérité dans leur machine a hypnose alors a quoi cela sert ils a voyager dans le temps ou a fabriquer des trou noir quand tu fait quelque chose qui coûte des milliard sur le dos des pauvre il doit vraiment avoir une raison qui nous cache quelque chose voila mon avis merci

crami25 09/06/2015 13:02

Vous aimez tousser ! hi !

Mr Reynard 26/05/2015 11:09

A lire les livres de Tom Holt.
"Doughnut", "When it's a jar", "The Outsorcerer's Apprentice"
Malheureusement, je n'ai aucune idée si ces livres sont traduit en Français ?