Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Merlin...

Le blog de Merlin...

OVNI et toute l'actualité extraterrestre, terrestre, et intraterrestre, toutes les infos cachées et secrètes...


Sur la piste du "Mokélé-Mbembé" le monstre Bantou…

Publié par MERLIN sur 27 Août 2015, 22:15pm

Catégories : #Insolite

Sur la piste du "Mokélé-Mbembé" le monstre Bantou…

Au coeur de la région la plus primitive du monde se cache une bête mystérieuse…

Le Mokélé-Mbembé est le cousin bantou du monstre du loch Ness, un serpent féroce, d'une taille gigantesque, doté d'une corne sur le sommet de la tête. Sa présence est rapportée dans la rivière Dja, aux confins du Congo, du Cameroun et de la Centrafrique, depuis les premières explorations occidentales.

Depuis le début du siècle, une dizaine d'expéditions se sont succédé dans la région pour en établir l'existence, pour l'instant sans succès.

Jusqu'à ce jour, aucune expédition n'a pu observer le Mokélé-mbembé, ni trouver de preuve infaillible de son existence. Mais certaines traces de pas d'un animal inconnu ont été observées. Il existe aussi quelques photos ainsi que des images aériennes prise en 1988 par une expédition japonaise survolant le lac Télé. La vidéo a été dévoilée en 1992 dans un documentaire de la BBC, Spirits of The Forest.

Sur la piste du "Mokélé-Mbembé" le monstre Bantou…

La créature est souvent dépeinte étant de très grande taille, de couleur brun-gris, avec un cou élancé et terminé par une petite tête reptilienne, et un puissant appendice caudal. Selon les spécimens observés, il aurait sur le cou une rangée de crêtes ou piquants, parfois une petite corne sur le museau. Généralement, les autochtones désignent des images de dinosaures sauropodes dans les livres d'Histoire naturelle comme étant des représentations du Mokélé-mbembé.

Le Mokélé-mbembé se déplacerait selon le niveau des cours d'eau, plus ou moins hauts selon la saison des pluies. Plusieurs récits racontent comment des pirogues ont été renversées d'un simple coup de queue ou de patte de la créature, qui serait extrêmement agressive et territoriale, mais non carnivore. Il est à remarquer que la population d'hippopotames des marais du Likouala est très faible par rapport à celle d'autres régions.

D'après les Pygmées de la région des marais du Likouala, cet imposant animal (qu'ils différencient parfaitement de l'éléphant) se nourrit principalement des fruits d'une plante locale, le Malombo.

 

Témoignages et expéditions…

La présence du « Mokélé-mbembé » est rapportée dans la rivière Ngoko, aux confins du Congo, du Cameroun et de la Centrafrique, depuis les premières explorations occidentales.

En 1766, l'abbé Lievan Bonaventure Proyarte relate dans son ouvrage Histoire de Loango, Kakonga et autres royaumes d'Afrique l'étrange découverte d'un groupe de missionnaires au Congo :

    « Il doit être monstrueux. Les empreintes de ses griffes que l'on a vues par terre ont laissé des traces d'une circonférence d'environ trois pieds. En observant chacune des empreintes et leur disposition, ils ont conclu qu'il n'avait pas couru dans cette partie du chemin, malgré la distance de sept ou huit pieds qui séparait chacune des empreintes ». (ndlr : 1 pieds = 30,48 cm )

En 1913, le capitaine Freiherr von Stein zu Lausnitz participe à une expédition dans le Cameroun allemand de l'époque (aujourd'hui nord du Congo-Brazzaville). Il entend parler d'une étrange créature appelée Mokélé-mbembé par les indigènes : « L'animal aurait la peau lisse et de couleur gris-brun. Sa taille serait à peu près celle de l'éléphant, celle au moins de l'hippopotame en tout cas (...) Les pirogues qui s'approchent de la bête seraient attaquées sur-le-champ et renversées, et les occupants en seraient tués, mais non dévorés.

La créature doit se retirer de préférence au sein des cavernes creusées sous la surface de l'eau, dans les berges argileuses (...) La plante favorite de la bête serait une sorte de liane riveraine à grandes fleurs blanches, qui sécrète un latex capable de fournir du caoutchouc et donne des fruits ressemblant à des pommes (...) »

En 1979, l’herpétologiste James Powell et le biologiste Roy Mackal de l'Université de Chicago se rendent en RDC pour rechercher une créature inconnue dans la région de Likouala. Sur la rivière Oubangui, ils rencontrent le révérend Eugène Thomas, un missionnaire ayant entendu parler du Mokélé-mbembé :

« Les témoins décrivent l'animal avec une tête de serpent, une longue queue fine, de courtes pattes munies de trois griffes (...) ». Mackal est retourné au Congo en 1981 accompagné d'une plus grosse équipe. Il rapporte avoir vu un énorme sillage comme si un énorme animal venait de plonger, alerté par le bruit de la pirogue à moteur, près du lac Télé.

La même année, l'ingénieur Herman Regusters a mené sa propre expédition en compagnie de son épouse pour atteindre le lac. Regusters a photographié une créature émergeant de l'eau à environ 30 pieds de leur radeau pneumatique.

Sur la piste du "Mokélé-Mbembé" le monstre Bantou…

Bernard Heuvelmans, père fondateur de la Cryptozoologie, pensait en 1978 que le Mokélé-mbembé pouvait être l'un des « derniers dragons d'Afrique ». Depuis, de nombreux témoignages ont circulé à propos de la créature, provenant d'indigènes mais également d'explorateurs, de pasteurs et de scientifiques.

Le français Michel Ballot entreprend régulièrement des expéditions dans le bassin du Congo pour percer à jour le mystère.

On peut cependant constater une diminution importante des témoignages depuis la fin des années 1980. L'animal se serait raréfié selon les autochtones, conséquence des activités humaines qui bouleversent l’écosystème de la forêt pluviale du Congo (braconnage et déforestation).

Une existence controversée…

Quelques cryptozoologues pensent que le Mokélé-mbembé pourrait être une espèce de dinosaure sauropode descendant directement des titans du Crétacé supérieur. D'autres pencheraient plutôt pour l'hypothèse d'un mammifère de grande taille au mode de vie amphibie comme les Hippopotamidae.

Pour les zoologues et ethnologues, le Mokélé-mbembé est un élément de la mythologie pygmée, dont la légende est transmise oralement depuis des générations. Il pourrait aussi s'agir d'une incompréhension par les zoologues du vocabulaire pygmée, puisque certains d'entre eux auraient désignés un rhinocéros par le même nom.

Pour d'autres, les apparitions de Mokélé-mbembé seraient tout simplement la vision d'un groupe de crocodiles mâles suivant une femelle dans un lac pendant la saison des amours.

Les empreintes d’un animal inconnu…

Les empreintes d’un animal inconnu…

On retrouve le même problème zoologique que pour le Monstre du Loch Ness ou tout autre « monstre » célèbre : Pour qu'une espèce de cette taille survive à travers les âges par reproduction, il lui faudrait un grand nombre de représentants, de l'ordre d'un millier. Or aucun témoignage ne mentionne l’apparition de deux Mokélé-mbembé en même temps, et encore moins d’individus juvéniles (de même qu'aucun site de nidification n'ait été découvert).

Le lac Télé ou il serait souvent apperçu, est un lac du bassin du fleuve Congo, situé dans le Nord-Est de la République du Congo. L’origine du lac est probablement la chute d’une météorite il y a plus de 80 millions d’années. Le lac s’étend sur 6 km de longueur, 5 km de largeur et une superficie de 23 km².

Les eaux du lac s’évacuent par la rivière Likouala-aux-Herbes, qui s’écoule dans le fleuve Congo. Le lac est réputé pour la présence du Mokele-mbembe dans ses eaux.

Le fleuve Congo est en effet intéressant, c’est un fleuve d'Afrique centrale prenant sa source sur les hauts plateaux à la limite de l'Afrique australe, drainant de nombreux pays (dont majoritairement la République démocratique du Congo) et se jetant dans l'océan Atlantique.

Entre les années 1970 et 1990 le fleuve était appelé Zaïre au Zaïre.

Avec ses 4 700 kilomètres de longueur, il est le huitième plus long fleuve du monde mais le second après l'Amazone pour son débit de 80 832 m3⋅s-1 au maximum. Il est aussi depuis 2008, avec des relevés bathymétriques par sonar, considéré comme le fleuve le plus profond au monde avec une profondeur atteignant 221 mètres sous forme de canyons immergés, abritant même une faune typiquement abyssale parfois rejetée agonisante à sa surface en raison d'accidents de décompression brutale provoqués par la force des courants.

Sur la piste du "Mokélé-Mbembé" le monstre Bantou…

Comme toujours c'est à vous de juger...

 

 

Cet article a été vu :

Commenter cet article

Marchal Michel 07/11/2015 19:53

Bonjour , votre article est intéressant , je partage avec Michel Ballot cette exaltante recherche du Mokélé , étayée par des témoignages et des observations crédibles , mais je souhaite apporter une précision importante sur la reproduction de l'animal qui supposerait en toute logique un nombre suffisant d'individus pour assurer la pérennité de l'espèce , ors un mode de reproduction
atypique est parfois utilisé par certains animaux , notamment les varans de Komodo , il s'agit de la
parthénogénèse , en clair un individu isolé , défini femelle par nécessité , sans aucun contact possible avec un partenaire mâle peut s'auto féconder et pondre des œufs viables , perpétuant
ainsi l'espèce a partir de très peu d'individus dispersés sur un vaste territoire .
(*) il semble que ce mode de reproduction encore peu étudié ai su contourner le problème de la consanguinité...

Cordialement

BALLOT 15/09/2015 10:47

Bonjour
Je n'ai pas remarque que sous ma photo d'empreintes vous aviez précisé le copyright
merci de le mettre
cordialement
m ballot

crami25 14/09/2015 22:19

Encore un mystère à rajouter...

michel ballot 08/09/2015 18:46

Bonjour
La photo des empreintes que vous avez mises sur votre blog est soumise à copyright
Merci d'y associer donc le Copyright Michel Ballot

MERLIN 08/09/2015 19:39

Cette photo est tirée du site le point.fr http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/nathalie-lamoureux/sur-les-traces-du-dragon-africain-le-mokele-mbembe-03-06-2014-1831035_466.php - Parler de copyright en 2015 sur le net, c'est un peu fort de café non ?

OTOOSAN 28/08/2015 12:45

Encore le monstre du Loch ness ?, la photo de référence hyper connue représente un éléphant traversant le Gange, région où a été prise la photo, l'auteur Britannique a révélé ce canular il y a une dizaine d'année, c'était aussi dans les journaux de l'époque...

ARES 28/08/2015 07:48

Qu'ils le laissent tranquille si toutefois ce n'est pas une légende!
C'est curieux cette manie qu'ont les hommes de TOUT vouloir découvrir et quel qu'en soit le prix.
de toutes façons avec la démographie galopante du continent noir, (il est prévu par le scientifiques près de 5 milliards d'individus!), il n'y aura bientôt plus de impassibilités pour imaginer un animal inconnu.

Marchal 08/02/2016 10:37

Bonjour , Ares vous avez raison de vous inquiéter de l'explosion démographique et pas seulement sur le continent noir , il faut cependant en relativiser l'impact , l'exode rural concentre les populations et laisse vide (d'hommes) de vastes régions souvent inhospitalières comme les grands marécages du bassin du Congo , au profit de la faune et de nouvelles espèces à découvrir... cordialement