Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Merlin...

Le blog de Merlin...

OVNI et toute l'actualité extraterrestre, terrestre, et intraterrestre, toutes les infos cachées et secrètes...


DE-STAR: un laser contre les menaces extraterrestres… !

Publié par MERLIN sur 10 Septembre 2015, 19:52pm

Catégories : #Actu Importante

DE-STAR: un laser contre les menaces extraterrestres… !

Les scientifiques envisagent de protéger la Terre contre tout danger éventuel en provenance de l’espace…

Les physiciens de l’Université de Californie à Santa Barbara, aux Etats-Unis, ont mis au point un dispositif laser capable de faire éclater des astéroïdes ou de les faire dévier de leur trajectoire initiale. Les scientifiques envisagent de l’utiliser afin de protéger la Terre contre tout danger éventuel en provenance de l’espace.

Les chercheurs ont baptisé leur invention le DE-STAR ou Directed Energy System for Targeting of Asteroids and exploration (Système d'énergie orientée pour cibler les astéroïdes et étudier l'Univers). Les physiciens sont parvenus à reproduire en laboratoire les conditions similaires à celles de l'espace en utilisant comme cible une petite pierre basaltique très proche dans sa composition chimique d'un astéroïde achondritique.

Celle-ci était réchauffée par le laser jusqu'à ce qu'elle commence à se vaporiser. La réduction considérable de la masse de l'objet était accompagnée d'une émanation de gaz légers faisant dévier la pierre de sa trajectoire initiale.

Les chercheurs ont également montré que cette technologie était en mesure d'inverser le sens de rotation des astéroïdes. Après avoir mis une pierre en rotation à l'aide d'aimants, les scientifiques ont réussi à changer son sens de rotation en la visant avec le laser dans le sens inverse à son mouvement initial.

Le DE-STAR est loin d'être le seul projet de défense spatiale. On citera notamment le projet HAIV, un missile à grande vitesse qui transporterait une charge classique et une charge nucléaire, la première devant creuser un cratère afin que l'explosion atomique se produise plus profondément dans l'astéroïde cible, le réduisant en petits morceaux.

Des chercheurs de l'université de Shanghai (Chine) ont également proposé de lancer un satellite à voiles solaires qui serait précipité sur un objet menaçant, afin de le détourner de sa trajectoire.

Les chercheurs ont affiné la technologie laser pour être en mesure de ralentir, arrêter et inverser la rotation d'un astéroïde cible comme dans un environnement spatial simulé. Les résultats pourraient aider à détourner les astéroïdes liés à la terre dans le cas d'une grande menace d’impact…

On se souvient également que la Chine avait détruit l’un de ses satellites évoluant à environ 800 km d'altitude à l'aide d'un missile tiré depuis la Terre, ce qui avait inquiété (et énervé)  les States à l’époque en 2007.

DE-STAR: un laser contre les menaces extraterrestres… !

Lancement d'un Vought ASM-135 ASAT le 13 septembre 1985 par un F-15.

 

Seuls trois pays ont procédé à des tirs de tels missiles : les États-Unis d'Amérique (dernier tir en 1985, abandon officiel), la République populaire de Chine et l’URSS. Les États-Unis et l’URSS ont signé un accord excluant l’espace comme champ d’opérations. Au contraire, la Chine considère celui-ci comme un champ possible de combat, ce qui a entraîné le changement de position des États-Unis (tous deux en 2006).

À la suite de la destruction d'un satellite météo chinois par la Chine en janvier 2007, les États-Unis ont relancé des essais : le premier tir contre une cible réelle eut lieu lors de la destruction à 247 km d'altitude d’un satellite espion en perdition USA 193 le 21 février 2008.

La relance des essais de missiles antimissiles et antisatellites menace l’équilibre géo-stratégique instauré par l’équilibre de la terreur !

Les armes LASER de l’espace. Projets chinois et peurs américaines…

A l’appui de l’hypothèse aux contours apocalyptiques d’une puissante arme LASER chinoise de l’espace menaçant les satellites, il y a une information ouverte suivie d’une extrapolation. Le 30 mars dernier, Xinhua rendait publique l’intention chinoise de lancer un projet de station spatiale au coût estimé de 1000 Mds de $ capable de transférer vers la terre au moyen d’un support LASER l’énergie produite par d’immenses panneaux solaires.

Pour faire bonne mesure, l’agence ajoutait sur le mode d’un film d’anticipation que, s’il était mené à bien, le projet spatial chinois d’un « super vaisseau de l’espace en orbite géostationnaire équipé de panneaux solaires géants serait le plus ambitieux de tous les temps, vaste comme 2 fois Central Park, surpassant le programme Appolo et celui de la station spatiale internationale. »

Extrapolant sur ce qui est une partie du « rêve chinois » mêlé de propagande, à quoi s’ajoutent la vieille obsession chinoise de rattrapage technologique et la longue habitude de voir les choses en très grand qui, il est vrai, n’a pas toujours été vaine, les analystes américains ont aussitôt caractérisé le projet comme étant lié à la mise au point d’une arme LASER de grande puissance.

Il faut dire que les commentaires de Xinhua et des scientifiques chinois ont nourri les craintes du Space Command au moins en ce qui concerne la réalité d’une station solaire. Un rapport de l’Académie des Technologies de l’Espace a en effet récemment dévoilé que les fonds nécessaires avaient été dégagés, tandis que Xinhua, reprenant les commentaires de Wang Xiji porte-parole du projet, glosait sur la signification stratégique du contrôle de l’énergie LASER et la puissance future de la station capable de générer 100 MW, « ce qui, en comparaison, réduirait la station spatiale internationale à un projet nain. »

Après quoi les commentaires alarmistes se laissant aller à la surenchère s’en donnèrent à cœur joie. Grâce au LASER, la Chine allait se donner la capacité de battre un ennemi technologiquement supérieur comme les États-Unis. En 2007 déjà la banale destruction par la Chine d’un de ses vieux satellites par un tir de missile balistique avait soulevé un débat tourmenté sur l’imminence d’une guerre des étoiles.

Cette fois encore les déclarations de Xinhua, les extrapolations des analystes et les mises en garde du chef du « Space Command » provoquent un émoi.

DE-STAR: un laser contre les menaces extraterrestres… !

Les progrès rapides de la Chine dans le domaine spatial inquiètent fortement les States. En 2009, la plupart des experts considéraient que le programme chinois n’atteindrait la lune qu’en 2020. En 2013, l’alunissage de Chang’e III et de Yutu leur apporta un démenti.

La compétition globale des armes LASER…

Quant aux armes LASER de forte puissance tout le monde y travaille, à commencer par les Américains eux-mêmes, les Chinois et beaucoup d’autres. Sans aller dans trop de détails scientifiques et techniques, chacun sait que les Américains ont dans ce secteur une nette avance technologique.

Alors que les armes de forte puissance capables de détruire ou d’endommager un objectif militaire sont partout à l’état expérimental, seule la marine américaine dispose d’une arme montée sur des navires de combat.

DE-STAR: un laser contre les menaces extraterrestres… !

Arme LASER installée à bord de l’USS Ponce US Navy.

Expériences américaines…

Durant les années 2000, l’US Air Force a expérimenté le Boeing-YAL-, B. 747 équipé d’un LASER dans le but de détruire un missile en vol. En mars 2009 Northop Grumman annonçait avoir testé avec succès une arme LASER pouvant être installée sur un avion, un navire ou un véhicule terrestre de combat capable de produire un faisceau de 100 KW, assez puissant pour abattre un aéronef.

Mais la dimension, le poids de la source électrique capable d’alimenter une telle arme ne fut jamais clairement définie. En 2011, le projet a été arrêté.

Durant cette même période, les États-Unis ont mis au point, en coopération avec Israel, le « Mobile Tactical High-Energy LASER » ou « MTHEL ». L’équipement d’une grande précision était capable de détruire un obus d’artillerie ou une roquette sur sa trajectoire. Mais comprenant un radar, un poste de commande et un système de visée optique, l’équipement avait une dimension considérable interdisant sont installation sur un navire ou un aéronef.

Enfin, en 2014, la marine américaine a testé un système appelé LAWS (Laser Weapon System) monté sur un navire de combat. Il est efficace et précis contre des avions de combat et des drones.

Incertitudes sur les progrès chinois…

S’agissant de la Chine, en novembre 2009 le site IMINT (Image Intelligence) avait créé la polémique en mettant en ligne une série d’images disponibles sur Google Earth, affirmant qu’elles trahissaient la présence d’une arme laser antisatellites, basée dans la chaîne des Tianshan, au nord du Xinjiang.

Consultés par la presse internationale, qui s’est très vite emparé de l’affaire, les meilleurs spécialistes n’ont jamais confirmé les affirmations du site IMINT. Pour eux, les photos pouvaient être soit celles d’un dispositif d’observation de l’espace, soit celle d’un engin de télémétrie.

L’hypothèse d’une arme LASER n’avait pas été écartée. Mais il est peu probable qu’à l’époque sa puissance ait pu constituer une menace directe.

En 2012, un rapport public préparé par la Commission américaine du Dialogue sino-américain sur l’économie et la sécurité faisait remonter le programme anti-satellite chinois aux années 60. Mais les progrès techniques significatifs dateraient des années 90, quand le programme est devenu une priorité nationale.

Selon le rapport, en 2009, les renseignements militaires américains faisaient déjà état des intentions chinoises de mettre en œuvre des capacités de brouillage et d’attaques contre des satellites par LASER. Pour autant aucune information précise et convaincante n’avait été proposée à l’appui de ces thèses.

En revanche les États-Unis n’ont pas répondu aux demandes chinoises répétées de règlementer l’utilisation militaire de l’espace. Pire encore, le Pentagone a systématiquement considéré que les prises de position du Livre Blanc chinois sur l’espace publié en 2006 affirmant que l’espace ne devait être utilisé que de manière pacifique et que Pékin était opposé aux développements des armes anti-satellite, étaient une manœuvre de déception.

Il est probable qu’aujourd’hui les armes spatiales de l’APL n’ont pas atteint le niveau d’efficacité que leur prête le Space Command. Quant à la menace potentielle future qu’elles représentent, son appréciation est handicapée par les tendances alarmistes des services américains et, à l’inverse, l’opacité des programmes chinois.

Mais il serait naïf de croire que les ingénieurs chinois ne chercheront pas à rattraper les Américains qui, jusqu’à présent, n’ont jamais répondu aux requêtes de Pékin pour réguler l’utilisation des armes extra-atmosphériques. Considérant que l’espace est une chasse gardée américaine garant de ses intérêts et de sa sécurité, Washington ne s’est en effet fixé aucune limite dans la militarisation des programmes spatiaux.

DE-STAR: un laser contre les menaces extraterrestres… !

En même temps, les services américains ont régulièrement dénoncé les progrès réels ou supposés des Chinois. En 1998, un rapport du Congrès avait déjà évoqué la menace chinoise d’une arme laser pouvant endommager les systèmes optiques des satellites.

En 2006, l’administration Bush avait publié un rapport révélant que la Chine avait utilisé des émissions laser à haute puissance pour aveugler des satellites américains. En 2007, la destruction par des moyens balistiques classiques d’un vieux satellite chinois avait relancé la polémique dans une ambiance de « poker menteur » où les Américains utilisaient eux-mêmes depuis 1985 la technique banale du tir balistique pour détruire leurs propres satellites.

Il reste que si comme c’est probable, aucune réglementation internationale n’est imposée aux différents acteurs, il faut craindre que les rivalités de puissance, la supériorité stratégique conférée par la maîtrise des armes spatiales, l’attrait scientifique et financier des hautes technologies liées aux programmes LASER dont la plupart ont des utilisations duales, ouvriront la voie à de dangereuses initiatives qui pourraient non seulement menacer les armes adverses, mais également et surtout prendre en otage le mode de vie moderne où les satellites tiennent une place essentielle.

Ce qui nous conduit à ce que nous vivons aujourd’hui avec les explosions ‘’mystérieuses’’ d’usines chimiques en Chine, aux States, d’oléoducs en Russie, de feux de forêts etc…

Tout cela avec l’aide également des armes à énergie dirigée…

L'énergie peut se présenter sous différentes formes :

Un rayonnement électromagnétique, y compris les ondes radio, les micro-ondes, les lasers et les masers ! Des particules possédant une masse, dans les armes à faisceau de particules (techniquement, une forme d'arme à micro-projectile). Un son, dans les armes soniques.

Exemples d'armes à énergie dirigée :

Armes à micro-ondes (Active Denial System- Vigilant Eagle- Bofors HPM Blackout…)

Electrolaser ( fonctionne comme une version géante du Taser ou d'un pistolet à impulsion électrique à haute énergie sur une longue distance.)

Projectile à énergie pulsée (émission d’impulsions laser infrarouge qui créent rapidement un plasma en expansion vers la cible. Le son qui en résulte, les décharges et les ondes électromagnétiques étourdissent la cible et causent une douleur et une paralysie )

Les armes à faisceaux de particules ( Les armes à faisceaux de particules peuvent utiliser des particules chargées ou neutres et peuvent soit être endo-atmosphériques ou exo-atmosphériques.)

Les armes plasma (Les armes plasma enflamment un faisceau, un arc ou un flux de plasma à l'état excité (état de la matière), avec des électrons atomiques & des noyaux et les électrons libres si ionisés, ou toute autre particule conductrice si celle-ci est compressée par des forces magnétiques.)

Les armes soniques… etc

Bref, tout cela n’est que la version, pour noyer le poisson, c’est la partie immergée de l’iceberg, car en réalité depuis les années 1980, les États-Unis disposent d'une flotte spatiale secrète, sous le nom de code "Solar Warden", qui est Formée de huit vaisseaux mères en forme de cigare (chacun mesurant près de 150 mètres) et 43 petits navires "scouts".

Lorsque le civil britannique Gary McKinnon a piraté les ordinateurs des États-Unis Space Command il y a plusieurs années, et que nous avons appris l'existence d'officiers "non-terrestres» ,de «transferts de flotte à flotte» et d'un programme secret appelé "Solar Warden", il a été inculpé par le ministère Bush d'avoir commis "Le plus grand hacking d'ordinateurs militaires de tous les temps " et se tint à faire face à une peine de prison pouvant aller jusqu'à 70 ans après son extradition du Royaume-Uni.

Mais éprouver sérieusement McKinnon en audience publique, impliquerait son témoignage sur les faits ci-dessus classées, et son avocat serait en mesure de citer à comparaître des agents du gouvernement à témoigner sous serment au sujet de la flotte spatiale de la Marine.

À ce jour, l'extradition de McKinnon aux Etats-Unis n'est allée nulle part.

Washington s'oppose à tout accord international visant à prévenir le déploiement d'armes spatiales, car il souhaite éliminer tout obstacle susceptible de gêner ses velléités militaristes, estime un analyste américain.

De "La Guerre des étoiles" aux "Gardiens de la galaxie", les batailles spatiales ont toujours inspiré les réalisateurs de cinéma. Cependant, ces batailles pourraient devenir réalité plus vite qu'on ne le pense.

"La menace spatiale me semble parfaitement réelle. Aussi devons-nous être prêts à mener des opérations militaires dans l'Espace", a récemment déclaré l'amiral Cecil Haney, chef de l'United States Strategic Command (STRATCOM).

Les Etats-Unis envisagent de dépenser jusqu'à 5 milliards de dollars pour protéger ses appareils orbitaux. Parmi les raisons rendant nécessaire une augmentation des budgets affectés à cet effet, Washington cite la menace potentielle émanant de la Chine.

Selon Bruce Gagnon, les Etats-Unis cherchent n’importe quel prétexte pour donner libre cours à leurs velléités militaristes.

"Israël et les Etats-Unis bloquent à l'Onu la conclusion d'un accord censé prévenir la course aux armements dans l'espace extra-atmosphérique, accord dont la Russie et la Chine prônent la signature. Il ne fait aucun doute que Washington s'oppose à tout accord dans ce domaine, car il refuse que quoi que ce soit l'empêche d'envahir l'Espace", a conclu l'analyste américain !

Sources : sputniknews.com / Wikipédia / questionchine.net / savoirtoutetplus.

 

Quelques sujets liés :

2015 : La guerre du feu… BRICS vs OTAN !

Laser à rayons x atomique, et explosions nucléaires souterraines secrètes...

création d’un Corps Spatial...Plus rapport secret de l'ONU...

Le "rayon de la mort " bientôt réalisé...

La Russie a créer des supers armes électromagnétique...

Hacker, crash ovnis, et avancées technologiques ...

Armes laser en vol, la guerre des étoiles va commencer...

H.A.A.R.P, conçu pour nous défendre contre les E.Ts ...?

De terribles armes au dessus de nos têtes...!

Comme toujours c'est à vous de juger...

 

 

Cet article a été vu :

Commenter cet article

crami25 03/10/2015 08:57

Et la guerre continue...

quassy 13/09/2015 15:28

........Je l'ai toujours dit et affirme sur le blog de @Merlin que les Americains et sa NASA pourriont divulger OFFICIELLEMENT et PUBLIQUEMENT l'existence des intra et extraterrestres le jour ou ils pourront maitriser la majeur partie de la technologie des aliens. IlsAmericains) ont peur d'etre minimiser..Il serait mieux d'introduire dans nos ecoles la geographie de la cartographie du systeme STELLAIRE..... Rare sont nous humains terriens de surface qui peuvent indiquer sur une carte STELLAIRE a un extraterrestre d'ou nous(humains terriens) sommes situes.