Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Merlin...

Le blog de Merlin...

OVNI et toute l'actualité extraterrestre, terrestre, et intraterrestre, toutes les infos cachées et secrètes...


Le MH370 était-il un "avion zombie"…?

Publié par MERLIN sur 10 Décembre 2015, 22:11pm

Catégories : #Actu Importante

Le MH370 était-il un "avion zombie"…?

Voici la dernière hypothèse des autorités australiennes qui ont publié la semaine dernière un rapport détaillé au sujet du vol MH370. Une information attire particulièrement l'attention, puisque les enquêteurs pensent que l'appareil a été confronté à un grave problème technique qui a entraîné une coupure électrique.

Le vol de la Malaysia Airlines serait alors devenu ce qu'on appelle un "avion zombie".

Le rapport d'enquête de l'Australian Transport Safety Bureau reconnaît pour la première fois que le vol MH370 a pu rencontrer une panne soudaine, expliquant sa disparition des radars le 8 mars 2014. La théorie d'un "avion zombie" prend du coup de plus en plus d'ampleur.

Le système électronique de l'appareil aurait été complètement détruit, ce qui aurait rendu impossible toute manoeuvre pour reprendre les commandes. L'avion aurait continué sa route en pilotage automatique jusqu'à ce qu'il n'ait plus de carburant.

La panne serait intervenue dans un laps de temps de 56 minutes, soit entre le dernier contact établi avec l'appareil et le premier appel de la tour de contrôle resté sans réponse.

L'étude suggère plusieurs hypothèses pour expliquer cette coupure soudaine. Il pourrait s'agir d'une défaillance du système d'urgence, d'une succession de plusieurs dysfonctionnements ou d'un incendie à bord de l'appareil. Mais une mauvaise manipulation de l'équipage dans le cockpit est de moins en moins probable.

Panique à bord…

Ce black-out a aussi probablement entraîné une énorme panique à l'intérieur du cockpit puisque les deux systèmes de communication étaient coupés, comme d'autres systèmes vitaux. Les pilotes ont dû faire face à un gigantesque problème ou une succession de problèmes qui devaient être traités dans un délai extrêmement court pour espérer sauver l'avion.

Est-ce que cette théorie est la bonne? Tant que l'avion de la Malaysia Airlines n'aura pas été retrouvé, il sera difficile d'y apporter des réponses précises. Hormis une aile de l'avion retrouvée à La Réunion, cette disparition reste mystérieuse.

Source : 7 sur 7.be

Pour qui suivi un temps soit peu cette affaire mystérieuse, il est de suite évident que cela ne tient absolument pas la route ! Pourquoi ?

Pour moultes raisons, qu’il serait trop long à expliquer en détails, mais voici quelques raisons :

Les passagers et/ou les membres d’équipages auraient pu passer des coups de fils, ou envoyer des sms sans problèmes si tel était le cas évoqué ci-dessus.

Ensuite l'avion a changé plusieurs fois de direction et d'altitude, après la perte de contact. L'avion serait monté jusqu'à 45 000 pieds (13 700 mètres d'altitude), bien au-dessus de la limite autorisée pour un Boeing 777, avant de descendre de manière irrégulière jusqu'à 23 000 pieds, soit en-dessous de l'altitude de croisière !

Nous savons maintenant qu’il est tout à fait possible de détourner un avion avec un smartphone ! voir ici. Source : 01Net

Mais aussi, et c’est ma conviction qu’ils ont avec un Awac pris le contrôle de cet avion, rien de plus simple apparemment, ensuite "ils" l'ont posé sur l'ile de Diégo Garcia, les passagers ont été soit tués, soit enfermés, ou alors ils étaient déjà morts, suite à la montée au-dessus du seuil autorisé, l'Awac a provoqué une dépressurisation !

"Ils" voulaient récupérer bien sur, la technologie crée par la société Freescale, qui peut rendre n'importe quel avion furtif, complétement invisible des radars ! et/ou un dispositif de pilotage de drones US récupéré par les Talibans afghans, et vendu aux chinois, et qui transitait sur ce vol !

 

En outre, la base de Diégo Garcia aurait interrompu tous les vols pendant 72h aux dates précitées de la disparition du vol MH370, sans doute pour oeuvrer en toute tranquillité... Cette base est réputée pour être un centre d’emprisonnement secret où l’on pratique la détention arbitraire et la torture.

Environ deux semaines après la disparition de son compagnon Philip Wood, un passager américain du vol MH370, Sarah Bajc a reçu une menace de mort sur Internet, suivie d'une série d'appels inquiétants et de l'envoi de plusieurs images pornographiques, rapporte NBC.

"Je vais venir et tu seras la prochaine à mourir", disait le mystérieux message reçu en provenance de la Chine. "C'était la goutte d'eau qui a fait déborder le vase", confie Sarah, qui s'apprêtait à emménager avec Philip avant la tragédie.

Sarah Bajc, qui vit à Pékin, affirme que l'auteur des menaces est également entré par effraction dans son appartement à deux reprises. "La personne n'était manifestement pas très prudente, parce que je suis assez maniaque et j'ai tout de suite remarqué que des objets avaient été déplacés."

"La deuxième effraction s'est produite trois semaines après la disparition de l'avion", poursuit Sarah. "Cette fois, mes voisins ont vu deux personnes sortir de mon appartement. Je n'ai plus aucune vie privée ici à Pékin."

L'affaire a finalement été confiée à un agent du FBI, et les appels ont cessé depuis, indique NBC.

Paul Weeks, mineur de profession, a eu un mauvais pressentiment…

Paul Weeks, est Australien, quelques heures avant de prendre le vol MH370 de Malaysia Airlines, le 7 mars, il se défait de sa montre et de son alliance et les confie à Danica, sa femme. S’il lui « arrive malheur », elle doit les donner à leurs deux fils, Lincoln, 3 ans, et Jack, 11 mois.

Il y a trois ans, en Nouvelle-Zélande, les Weeks ont déjà réchappé à un tremblement de terre de magnitude 7,1 qui a tué 200 personnes. En décembre dernier, ils ont failli perdre la vie dans un accident de voiture. Paul est devenu superstitieux. Danica a protesté : « Ne sois pas stupide. » Elle l’a convaincu et Paul est parti avec sa montre et son alliance.

Il est persuadé que son heure est venue, il quitte son épouse avec la certitude de ne jamais la revoir. Il figure sur la liste des 239 passagers disparus.

 

Sur le flaperon retrouvé sur l'ile de la Réunion...

De toute évidence cela ne correspond absolument pas !

D'ailleurs après avoir examiné les photos que le site d'informations en ligne Imaz Press Réunion lui avait transmis, Xavier Tytelman, spécialiste de la sécurité aérienne, a déclaré au site que «la taille et la forme ne correspondaient pas à son avis à un avion de ligne moderne», avant de se raviser, on ne sait pas pourquoi ?!  Il a ainsi plus tard fait remarquer sur son compte Twitter qu'il y avait «des similitudes incroyables entre le flaperon d'un B777 et le débris retrouvé». Etrange non ?

Un autre expert, Christophe Naudin, a lui aussi estimé «quasi nulle» la probabilité que le fragment retrouvé provienne du MH370. «Les premières photographies (...) me font plutôt penser à un morceau d'aile gauche d'un avion léger», a-t-il affirmé !

Source : Le Parisien

Sur la cargaison…

Le bordereau de chargement mentionne des piles au lithium. Le reste du chargement est beaucoup plus flou. Des fruits frais sont évoqués, bien que la saison fasse douter de leur réalité. NNR Global Logistics, la société chargée du fret, interrogée à plusieurs reprises, suit les consignes de silence et ne répond à aucune question !?

D’abord réticents, les Malaisiens finissent par inviter des experts de Washington. Parmi eux, Scott Dunham, du National Transportation Safety Board. Cet ingénieur de 56 ans passe pour être un des meilleurs experts en radar au monde. Et ce qu’il découvre est effrayant.

Vers 1 h 30, juste après la coupure des moyens de communication, le Boeing a brutalement viré à gauche, en direction sud-ouest. Il est d’abord monté très haut, jusqu’à 13 700 mètres, ce qui est largement au-dessus de l’altitude maximale autorisée, pour redescendre subitement à 7 000 mètres. Des émetteurs, qu’il est impossible de débrancher manuellement, ont continué à émettre des signaux. Les experts ont intercepté le dernier à 8 h 11 du matin.

Les passagers du vol MH370 ont vécu un long supplice, car le déroutement est survenu au début du vol ; il semble impossible qu’ils ne se soient pas rendu compte qu’une catastrophe approchait. Les virages brusques et surtout les changements d’altitude extrêmes ont dû provoquer des nausées et des pertes de conscience.

Kuala Lumpur a la réputation d’avoir un aéroport passoire. D’autres passagers s’embarquent-ils alors dans l’avion sans figurer sur la liste ? C’est une éventualité.

Source : Paris match

On envoie les recherches sur une immense zone sous-marine dans l'océan Indien, distante au plus près de 1 600 kilomètres des côtes Australiennes.

 

Chercher un trousseau de clé dans une ville comme Londres qui serait plongée dans le noir. C'est ainsi qu'Erik van Sebille, océanographe à l'Imperial College de Londres et professeur adjoint à l'université de Nouvelle-Galles du Sud, qualifie les recherches en cours pour retrouver l'épave du MH370. Par ailleurs, la zone d'exploration est si isolée que les navires ont besoin de six jours de mer pour s'y rendre, à partir du port de Fremantle, dans l'ouest de l'Australie où ils se ravitaillent.

Les enquêteurs officiels ont déduit des données satellite de l'entreprise Inmarsat que l'avion avait mis le cap vers le sud et volé des heures durant avant de s'abîmer dans le sud de l'océan Indien. Mais ces conclusions ont été remises en question par des spécialistes de l'aviation et par des enquêteurs indépendants.

18 heures après la disparition du MH370, des avions de secours vietnamiens ont repéré deux nappes de carburant, longues de 15 km, et une colonne de fumée au large du Vietnam. Dans un premier temps, leur origine n'a pu être identifiée…

Que dire et que penser également du fameux extincteur de soute retrouvé sur l’île la plus méridionale des Maldives, son fabricant américain a confirmé que l’objet venait bien d’un 777, mais a demandé à pouvoir l’expertiser pour pouvoir dire à quel avion précisément il appartenait, bien que le 777 de la Malaysia soit le seul Boeing disparu dans la région.

Les autorités maldiviennes l’ont donc remis aux Malais venus le récupérer, qui l’ont emmené en Malaisie. Puis, selon le ministre malais de l’information, il aurait été entreposé dans un hangar militaire où on l’aurait perdu ! ?

Étrange négligence qui semble-t-il n’émeut pas le lobby pro-américain ni les journalistes. Excepté un journaliste qui s’est rendu sur place aux Maldives pour enquêter et a confirmé la découverte de cet extincteur de soute. Son article accueilli par un silence assourdissant est resté sans suite.

Et là, contrairement à ce qui s'est passé sur l'ile de la Réunion, on en a pas fait tout un fromage, on n’a pas ratissé les plages les jours suivant dans la zone !?

Le virage vers le Sud reste une hypothèse valable, bien sûr. Elle sous-entend qu’il s’est passé quelque chose de grave dans l’avion, lequel s’est retrouvé ensuite dirigé par son pilote automatique jusqu’à épuisement de son carburant.

Les spécialistes penchent majoritairement pour cette hypothèse de la mort des pilotes, qui serait confirmée par le fait qu’un satellite Inmarsat aurait enregistré les « pings » émis à intervalles réguliers par l’avion. C’est possible, mais pas certain : le satellite en question étant britannique, les fidèles alliés des Américains ont très bien pu orienter les recherches sur une fausse piste.

De plus Inmarsat prétend que l’avion a volé pendant encore six heures, alors que Rolls Royce qui suivait lui aussi par satellite l’avion par les signaux émis à intervalles réguliers par les moteurs soutient que l’avion n’a volé que 4 heures, le temps d’arriver, par exemple, à hauteur des Maldives.

 

Voyons également les parallèles avec d’autres événements…

Quelle que soit la réalité de ce qui est arrivé à l’avion du vol MH 370, une chose paraît certaine : On prive le public des faits primordiaux.

D’une part on garde sous clé la communication-radio du pilote de la compagnie malaysienne. Le portail d’informations « Before it’s news » a avisé que non seulement la communication-radio et les données des radars, mais aussi tous les enregistrements de l’aéroport ont été bloqués. Or ceci est extrêmement inhabituel lors de tels événements.

On se pose inévitablement des questions : Qui donc a intérêt à ce que ces données soient cachées au public ? Et pourquoi cette conservation de secret ?

Le comportement des services de sécurité aériens malaysiens était extrêmement curieux.

Après avoir quitté l’espace aérien malaysien l’avion a débranché son signal électronique de reconnaissance, ce qu’on appelle le transpondeur. Puis l’avion de ligne a changé de cap pour revenir au-dessus du territoire malaysien, quasiment en mode « objet volant non identifié ».

Il est vrai qu’on a pu l’apercevoir par une radiodétection primaire dès ce moment-là, mais sans identification. Mais l’armée de l’air malaysienne n’a pas envoyé des intercepteurs pour vérifier que tout allait bien. En fait ce sont les procédures standards dans de telles configurations.

Pourquoi a-t-on fait ces dérogations graves au B-A-BA de la sécurité de vol et qui les a faites ? Ceci ne réveille-t-il pas des souvenirs du 11 septembre, lorsqu’à l’époque il n’y a pas eu non plus de départ d’intercepteurs, après que les avions prétendument détournés ont coupé le contact-radio et ont dévié leur route aérienne ?

D’autres absurdités résultent pareillement des recherches spectaculaires dans le sud de l’océan Indien jusqu’aux côtes de l’Australie. Le système par satellite « Inmarsat » a fourni les données pour cette recherche. Ce système est exploité par des Américains, des Britanniques et des Israéliens. A ce sujet il est frappant qu’« Inmarsat » ait refusé de publier les matériaux bruts des photos-satellites.

Après cela on a mis à disposition seulement des données qui étaient interprétées par « Inmarsat ». Ou même, qui étaient manipulées, comme des observateurs critiques le supposent. Car l’opération spectaculaire de sauvetage sur la base de ces données est restée sans succès.

Ceci a donné matière à la question suivante : Les responsables d’« Inmarsat » n’avaient-ils pas dirigé les recherches dans une fausse direction peut-être délibérément ?

Encore un aspect essentiel, qui est en attente de réponses : Etonnamment, les données du système de localisation GPS du vol n’ont pratiquement pas été prises en compte dans le contexte de cette recherche. Et ceci bien que de nos jours même des avions modernes envoient leurs données GPS sur différents réseaux, afin que des amateurs puissent aussi suivre des vols sur Internet avec très peu de décalage.

Ceci, par exception extraordinaire, n’aurait-il pas été le cas en ce qui concerne le MH370 ?

L’ancien Premier ministre malaysien Mahathir Mohamad se montre méfiant. Mohamad dit littéralement : « Des avions ne disparaissent pas tout simplement. Certainement pas de nos jours, avec tous les énormes systèmes de communication, avec tous les traçages par radio et satellite, ainsi que des caméras digitales, qui fonctionnent presque sans fin et qui possèdent des capacités de mémoire énormes. »

Alors, le plus étonnant et surtout le plus angoissant en ce qui concerne la disparition sans trace de l’avion de ligne du vol MH370, c’est qu’on ne poursuit pas ces questions en suspens et ces incohérences. Et aussi qu’on n’élucide pas l’affaire en intégralité par la publication de toutes les informations.

Enfonçons le clou…

Par le plus grand des hasards, il y avait justement ce jour-là de grandes manœuvres de l’armée américaine dans cette région. Thème des manœuvres : un avion disparaît et il faut le trouver... !

Cela réveille des souvenirs du 11 septembre 2001, il y avait aussi une grande manœuvre exactement le jour de l'attaque sur le World Trade Center. Thème de la manœuvre : Des terroristes kidnappent des avions afin de les conduire comme des bombes volantes contre des tours.

 

De même pendant les attentats à la bombe de 2005 à Londres et pendant le marathon à Boston, il y avait curieusement le même jour des manœuvres des unités spéciales du gouvernement avec exactement le même thème que ce qui s'est passé plus tard en réalité.

En examinant de plus près l'attentat terroriste de Breivik on a découvert le même modèle. Le même jour il y avait aussi une manœuvre avec un thème identique. S’agit-il vraiment juste d’un hasard si de telles manœuvres coïncident avec de grands attentats terroristes ?

Avec une telle fréquence, sûrement pas !

Et pourtant belote rebelote et dix de der…

Attentats à Paris le 13 novembre 2015 : le Samu avait "organisé une répétition générale le matin même"

Après les attaques de vendredi, le médecin chef du Samu de Paris explique que ses équipes s'étaient entraînées le matin même à un scénario prévoyant … de multiples fusillades !

Le scénario d'une fusillade sur différents sites avait été testé par les équipes du Samu de Paris. Le professeur Pierre Carli n'en revient pas.

‘’C'est à peine croyable, mais nous avons réalisé une sorte de répétition générale vendredi matin… !  ‘’   médecin-chef du Samu de Paris

"Le scénario dramatique de vendredi soir faisait partie des hypothèses que nous avions travaillées", explique-t-il au JDD. "Nous avions planifié depuis plusieurs semaines, avec la brigade des sapeurs-pompiers et les huit Samu d'Île-de-France, un exercice baptisé 'fusillade sur sites multiples'. C'est un travail sur carte, avec des ordinateurs, dans les locaux de la cellule de crise du Samu de Paris à l'hôpital Necker", poursuit le médecin chef du Samu de Paris.

Source : francetvinfo.fr

Cela fait un peu beaucoup et ça sent la manipulation, preuve d’un système bien rodé qui s’intègre dans un schéma calculé et machiavélique qu’une sorte de pouvoir sombre s’amuse à mettre en œuvre au mépris de multiples vies humaines, et sans aucune considération pour les hommes, les femmes et les enfants qui paient le prix de leurs jeux satanique…

Comme toujours c'est à vous de juger...

 

 

Cet article a été vu :

Commenter cet article

crami25 10/01/2016 23:14

Belle conclusion : Cela fait un peu beaucoup et ça sent la manipulation, preuve d’un système bien rodé qui s’intègre dans un schéma calculé et machiavélique qu’une sorte de pouvoir sombre s’amuse à mettre en œuvre au mépris de multiples vies humaines, et sans aucune considération pour les hommes, les femmes et les enfants qui paient le prix de leurs jeux satanique…

Mr Reynard 15/12/2015 08:15

Juste un tout petit indice pour l'avion disparue, l'avion abattu en Ukraine & l'avion cracher a Singapour..
Le tribunal de Kuala Lumpur conclut qu’Israël est coupable de crimes contre l’humanité et de génocide..
Kuala Lumpur : Le tribunal des crimes de guerre de Kuala Lumpur (KLWCT) a jugé aujourd’hui l’ancien général de l’armée israélienne, Amos Yaron, et l’État d’Israël coupables de crimes contre l’humanité et de génocide pour le massacre de Palestiniens dans les camps de réfugiés de Sabra et Chatila à Beyrouth, en 1982. ect..ect..
Lire la suite.. http://www.mondialisation.ca/le-tribunal-de-kuala-lumpur-conclut-quisrael-est-coupable-de-crimes-contre-lhumanite-et-de-genocide/5359765