Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Merlin...

Le blog de Merlin...

OVNI et toute l'actualité extraterrestre, terrestre, et intraterrestre, toutes les infos cachées et secrètes...


L’incroyable et impossible cité de Nan Madol… !

Publié par MERLIN sur 24 Janvier 2016, 19:36pm

Catégories : #Mysteres

L’incroyable et impossible cité de Nan Madol… !

Pour beaucoup c’est carrément la 8e merveille du monde !

Tout comme pour les monolithes de Stonehenge et les Moaïs de l'Ile de Pâques, l'histoire locale raconte que lorsque Nan-Madol a été construite, un puissant magicien vivant dans la région a été sollicité et que son aide a été un facteur important dans l'achèvement de la construction. En particulier, il était responsable de la fourniture des énormes blocs de pierre utilisés dans beaucoup d'endroits de Nan Madol, les faisant « voler » de leur lieu d'extraction jusqu'au site de construction.

C'est en Micronésie, à environ 1 600 kilomètres au Nord-Est de la Nouvelle-Guinée et plus exactement sur la petite ile de Pohnpei, qu'un marin irlandais découvrit en 1828 l'une des plus grandes énigmes de la technologie ancienne, la cité interdite de Nan Madol.

Aujourd'hui encore, elle exerce toujours une étrange fascination sur les insulaires de l'île qui refusent catégoriquement de s'y rendre, pensant que cela leur couterait la vie et ce ne sont pas les mystérieuses lumières qu'ils aperçoivent fréquemment en ces lieux qui leur ôteront cette idée de l'esprit.

Selon les scientifiques, cette citée qui couvre un peu plus de quatre kilomètres carré, aurait été construite vers 1500 AV JC avec des centaines de milliers de blocs de pierre basaltique (soit environ 250 millions de tonnes) que des tonnes de corail concassé permettent de maintenir soudées. Elle aurait été érigée par les insulaires pour une dynastie gouvernante (théorie officielle).

Ces constructions mesurent plus de 12 mètres de haut et 5,5 mètres d’épaisseur !

Mais, malgré tout leur savoir, les scientifiques ne peuvent affirmer avec certitude qu'elle a bien pu être la technique utilisée pour parvenir à un résultat si spectaculaire. En effet, comment un peuple primitif composé de trente mille âmes tout au plus, qui disposait de si peu de matières premières et ne possédait ni animal ni machine à roue, a-t-il réussit à édifier des monuments capables de rivaliser avec ceux de la grande Égypte ou de la Méso-Amérique ?

L’incroyable et impossible cité de Nan Madol… !

Les habitants de l'ile apportent une réponse. Selon les croyances locales, les colossales pierres de la ville, qui pèsent environ cinquante tonnes chacune, auraient été transportées par magie dans les airs ne retombant au sol qu'une fois atteinte leur place définitive.

Mais d'autres légendes racontent une toute autre histoire, les insulaires de Pohnpei racontent que leurs ancêtres, grâce à l'ingestion d'une drogue puissante faite à partir de plan de piment, aurait pu disposer d'une force surhumaine qui leur aurait permis de lever eux-mêmes ces pierres.

Les savants, quant à eux, pensent plutôt que les pierres ont été déplacées à l'aide de câbles fait à la main, de plans d'hibiscus et de troncs d'arbres. Si une telle théorie s'avérait exact, ce peuple primitif serait probablement, comparé aux autres peuples de ce rang, le plus ingénieux et le plus créatif du monde.

Plus intéressant encore, après de nombreuses recherches, un auteur et explorateur célèbre aurait découvert, au pied de Nan Madol, une stupéfiante citée sous-marine. Thèse qui est effectivement corroborée par l'histoire et les traditions orales de Pohnpei qui affirment l'existence d'autres mondes dont un en particulier, se situerait au plus profond de la mer.

L’incroyable et impossible cité de Nan Madol… !

Le mystère grandit lorsque l'on nous fait remarquer le côté tout à fait atypique de cette croyance qui est exclusive à ce peuple et ne se retrouve nulle part ailleurs dans le monde.

Intrigués, d'autres chercheurs effectuèrent une seconde expédition sous-marine et leur verdict est bien différent. Il y aurait effectivement sous ces eaux, de gigantesque colonnes de matériaux semblables à de la pierre, mais malgré les apparences, ces piliers ne seraient en réalité que des prolongations naturelles du récif du corail.

Certains sites de carrières probables autour de l'île ont été identifiés, mais l'origine exacte des pierres de Nan Madol est encore un total mystère. Aucune des carrières proposées n'existent dans la région proche, ce qui signifie que les pierres ont été transportées jusqu'à leur emplacement actuel.

Les archéologues n'ont pas encore fini d'éclaircir le mystère, mais une plongée entre l'île et les carrières montrent un chemin de pierres abandonnées !

Ile Mystérieuse Nan Madol & continent englouti…

Non loin de là, existe un autre mystère …

Une ville antique inconnue dans l’archipel des îles Carolines… !

 

 

L’incroyable et impossible cité de Nan Madol… !
L’incroyable et impossible cité de Nan Madol… !

Installé depuis dix ans sur une île du Pacifique, un Robinson français est expulsé…

Un Français, unique habitant d’une île à 1 000 km de la Polynésie, a été arrêté par les autorités de l’archipel de Kiribati. Ce "Robinson du Pacifique" habitait depuis dix ans sur l’île du Millénaire, anciennement appelée île Caroline.

Depuis dix ans, Lydéric Morlier avait élu domicile sur l’île du Millénaire, un atoll situé au nord de la Polynésie Française, dans l'archipel de Kiribati.

Repéré dans une vidéo…

Âgé de 59 ans et originaire de Carcassonne dans le Sud de la France, il était l'unique habitant de cette île de 2 km de large sur 4 km de long. Arrivé avec son propre voilier, Lydéric Morlier vivait sans permis de séjour sur ce confetti du Pacifique.

En décembre 2014, Lydéric Morlier est filmé par une équipe du magazine National Geographic. Venu avec le paquebot d'exploration, le National Geographic Orion pour découvrir et filmer l’île du Millénaire, le journaliste américain Roderick Eime en profite pour réaliser une interview du Robinson Crusoé français.

Un aller-retour en France…

Durant l’interview, le Robinson français raconte une de ses mésaventures. Alors qu’il est installé depuis quatre ans sur l’île du Millénaire, il décide un jour d’aller "faire ses courses" à Tahiti situé à environ 1 000 kilomètres. Mais en cours de route, son bateau chavire. Accroché pendant quinze heures à la coque de son navire Lydéric Morlier est finalement récupéré par un porte-conteneurs philippin qui l’emmène à Mexico.

Rapatrié en France, le Robinson décide alors de reconstruire son voilier. Deux ans plus tard, il prend à nouveau la mer et met le cap sur le Pacifique, pour retrouver son atoll, l’île du Millénaire.

Pas de titre de séjour…

Postée sur YouTube, la vidéo dans laquelle Lydéric Morlier raconte cette anecdote a interpellé les autorités de l’archipel de Kiribati. Elles se sont déplacées pour lui demander son titre de séjour. Réalisant qu’il n’en avait pas, elles l’ont arrêté, et ramené jusqu’à Tarava, la capitale de l’archipel de Kiribati.

Les autorités ont ensuite contacté l'ambassade de France à Fidji, sans préciser si elles comptaient expulser le Robinson.

L'île du Millénaire, qui est-elle ?

L’île du Millénaire est le premier endroit sur terre où commence la journée. Situé juste après la ligne du changement de date, cet atoll fait partie de la République des Kiribati dont elle représente l’île la plus orientale.

Anciennement appelée île Caroline (Caroline Island), l’île du Millénaire est considérée comme l'une des îles tropicales les plus primitives du monde, malgré la présence humaine au 19e et au 20e siècle. Elle abrite l'une des plus grandes populations de crabes de cocotier du monde et constitue un important site de reproduction pour les oiseaux de mer.

Sources : La 1ere.fr / Wikipédia /

Comme toujours c'est à vous de juger...

 

 

Cet article a été vu :

Commenter cet article

crami25 21/02/2016 23:22

Drôle d'envie de vivre pour ce Robinson français, sur une île isolé, tout seul.

AntenneWiFi 25/01/2016 11:26

Bonjour,

Excellent article car je ne connaissais pas la cité de Nan-Madol, teès intéressant, Merci.