Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Merlin...

Le blog de Merlin...

OVNI et toute l'actualité extraterrestre, terrestre, et intraterrestre, toutes les infos cachées et secrètes...


La mystérieuse disparition des abeilles...

Publié par MERLIN sur 7 Décembre 2007, 15:26pm

Catégories : #Actu Importante

Des millions de ruches dans le monde restent vides, les abeilles ont disparues, on en trouve aucune trace.

Qui dit millions de ruches, dit milliards d’abeilles !

                     



abeille-ruche.jpg














En 2007, le taux de ruches abandonnées ou presque désertées atteind 70 % voire 80 % dans les régions et pays les plus touchés.

Un quart du cheptel des ruchers des USA auraient disparu rien que durant l'hiver 2006-2007 et 35 états ont été touchés selon un rapport du Congrès américain de juin 2007. 


En Europe, de nombreux pays ont annoncé des pertes importantes (France, Belgique, Italie, Allemagne, Suisse, Espagne, Grèce, Pologne, Pays-Bas).

 Dans les ruchers les plus touchés, jusqu'à 90 % des abeilles sont supposées mortes, car non rentrées à la ruche. 


 

Hormis l’abeille, c’est toute la chaîne complémentaire qui relie l’animal au végétal qui se trouve déréglée.

 Pas d’abeilles = pas de pollinisation = disparition de certaines espèces végétales = disparition de certaines espèces animales, puis de l’homme…

 

L’abeille fait partie du patrimoine de la culture humaine.

 

Apparue sur la Terre il y a 80 millions d’années, l’abeille a accompagné les pérégrinations humaines. Déjà sur des peintures rupestres, on peut voir des hommes récoltant le miel… 

 

 Sur les hiéroglyphes comme sur les représentations de la Mésopotamie antique autant que celles de la Chine des premiers siècles de notre ère, la récolte du miel est illustrée. 


hiroglyphe-abeille.jpg

 

 







La terre promise est celle où coulent le lait et le miel. Le produit de l’abeille fait bien figure de première douceur pour une humanité balbutiante et souffrante. À l’évidence, en ce début de XXI° siècle, l’homme ne peut toujours pas se passer de l’abeille…

 

Cela me rappel un Crop Circle apparut en 2004 au pied de la colline de Milk Hill, ou se trouve le fameux cheval blanc !



                                        crop-20Milk-20Hill-2026-2006-2004.jpg
























"Nous pensons avoir réuni suffisamment de preuves et nous excluons définitivement les "plaisantins" dans cette affaire. L'Abeille est apparue soudainement au pied de la colline de Milk Hill, dans la nuit du 25 au 26 juin 2004."

 

Le découvreur, William Betts, et quelques céréalogistes, disent que le cercle n'a pas pu être fait par l'homme. Pour eux, il est probant; on ne sait pas bien de quoi, mais au moins "probant" au sens "impossible qu'il ait été fait par des hommes."

 

Bien sur cela n’apporte aucune réponse, mais c’est intriguant tout de meme

 

 

La production de miel est réduite d’un tiers à 90% selon les régions. 

Une piste peut etre : 

 

Un peu partout dans le monde, les scientifiques s’inquiètent de phénomènes de "désorientation et de dépopulation massive des abeilles". Ils croient à l'offensive de virus jusqu’alors non pathogènes.



. En France, les apiculteurs soupçonnent un insecticide commercialisé sous le nom de Gaucho. Le fabricant, Bayer, conteste cette version . 


Malformations, lésions des systèmes digestifs et nerveux, troubles du comportement, convulsions. Les abeilles présentent aujourd’hui toutes sortes de symptômes qui révèlent un état de santé précaire. 

Certaines ne parviennent plus à voler, d'autres ne retrouvent pas leur ruche, d'autres encore, déformées par la maladie, sont refoulées par leurs congénères, qui ne les reconnaissent pas. Ces manifestations, déclenchées par des virus différents, provoquent toutes une baisse inquiétante du nombre des abeilles et l'effondrement de la récolte de miel.

 

 

Pathologie complexe



En fait, les abeilles étant exposées à des affections multiples susceptibles de se développer de façon combinée, tout diagnostic les concernant est devenu difficile.  

Dans le monde entier et depuis de nombreuses années, des milliers de colonies sont victimes de maux mystérieux, qu'on a convenu d’appeler à défaut de mieux "maladies de la disparition ou maladies du dépérissement".  

Ces pathologies se manifestent par une surmortalité à laquelle concourent aléas climatiques, déficiences génétiques, malnutrition et maladies.

 

La nouveauté n'est pas là mais dans les symptômes récemment observés : les difficultés lors du vol et les désorientations, assez graves pour que les abeilles ne retrouvent plus leur ruche et meurent, quelque part dans la nature, pense-t-on. 

 Tout se passe comme si le varroa jacobsoni, un acarien, qui est en soi un véritable fléau, servait de "seringue" pour inoculer d’autres virus.

 

Théoriquement, le varroa détruit les larves, mais certaines d'entre elles survivent, donnant naissance à des abeilles plus petites, mal formées. Leur vol est perturbé, les glandes qui fabriquent la cire ne fonctionnent plus normalement. 



Dans sa forme subaiguë, la varroase affaiblit les ouvrières qui ne nourrissent plus les larves que pendant cinq jours au lieu de quinze. Elles négligent l'entretien de la ruche et perdent leur agressivité à l'égard des étrangères qui viennent piller la colonie.

 

desk-virus-.jpg


















En trente ans, ce parasite venu d'Asie s'est propagé dans le monde entier, bien aidé par le commerce d'importation d’abeilles auquel se livrent les apiculteurs pour grossir leurs colonies. Le varroa est devenu résistant à tout traitement dans plusieurs zones de France et d'Italie.

 

 Or, et c’est bien là la source d'inquiétude majeure des entomologistes, il ne se contente pas d'affaiblir les abeilles en leur pompant l’hémolymphe, mais il rend pathogènes les virus qu'il transmet. Les entomologistes ont observé ce phénomène avec le virus de paralysie aiguë (AIPV), qui, ingéré, n'entraîne aucune affection, alors qu'introduit dans l'hémolymphe il est mortel. 


ruche.jpg

 

 









Or chaque varroa contient assez de virus pour infecter jusqu'à 100 000 abeilles !
 

 

en quatre jours, l'APV se développe jusqu'a tuer les abeilles, qui ont d'abord des difficultés à voler, et se mettent à errer loin de leurs colonies. Même scénario avec les spiroplasmes, qui, dans l'hémolymphe, deviennent pathogènes et provoquent les mêmes désordre, que l’APV. 




«  Si l’abeille venait à disparaître,
 l’homme n’aurait plus
  que quelques années à vivre   », prophétisait Einstein…





Est-ce que nous assistont impuissant à l'extinction des abeilles, et par la même a notre futur disparition ?

                            abeillefleur.jpg

   
Commenter cet article

crami25 18/03/2010 23:48


On peut se demander si elles n'ont pas une orientation avec le magnétisme de la terre. Et comme il est instable en ce moment, ça pourrait expliquer des absences par des migrations.


alain 26/05/2009 09:35

il as plus d abeille !de guepe ! de chauve-souris !plus de saison . plus d oiseaux ..plus de chenille! plus d araignées ! tous disparait  . mais tous le monde s en tape  .les gens ne regarde meme plus les etoiles !le ciel . la nature .. aujourd hui il lance la voiture bio  .. il ne faut pas acheter  des voitures qui consomme notre nouriture . la on seras vraiment dans la merde . et il auras pas besoin de metre du grillage pour le vol du mais .il seras inmangeable .!!!on poura metre le feu  un jour de mistral  ca prend bien hein !!!alain

Rémi 24/05/2008 19:47

Merci pour cette analyse, c'est si rare de voir ce problème abordé !http://dessinemoiunmonde.free.fr

sumeria 19/05/2008 15:25

Les abeilles sont des sensitives ..... Elles ne disparaitront pas ... mais avec le monde moderne (les portables, etcccc) elles doivent être très désorientées ..... en tout cas, près de chez moi y en a beaucoup .... j'ai même du appeler un apiculteur car elles avaient installées un essaim énorme dans un arbre à hauteur d'enfant. J'ai pu admirer comment il procédait, pendant tout un après midi jusqu'au soir tard le temps que toutes les abeilles s'installent dans la ruche !

gui 12/12/2007 09:00

je souhaiterai juste rappeler que la pollinisation ne se fait pas uniquement par les abeilles, d'autres insectes essaimes le pollen, mais d'autres animaux, le vent l'eau... c'est un gros raccourci que de dire que la disparition des abeilles entreinera la disparition de certaines espèces, elles auront un temps des difficultés, car ne réfléchissont as au niveau de l'individu mais au niveau de l'espèce qui est nombreuse, et il y a donc plus de chances qu'il yai différents systèmes, de nouvelles fonctions qui apparaissent et permettent de pallier à ça. et leur disparition ne se fera pas du jour au lendemain, il faudra des générations, donc des générations pour s'adapter. Bien sur, des espèces fortement spécialisé au niveau de la pollinisation avec les abeilles sont menacées mais il ne faut pas négliger la plasticité évolutive, tout n'est pas figer.Il faut aussi reconnaitre que ces disparitions sont inquiétantes et la cause mulifactorielle.

Anthyme 08/12/2007 13:19

Apprendre et découvrirBonjour Merlin. Je passais et j'ai put apprécier votre blog. Je viens de créer ma communauté, qui est basé sur l'information pédagogique diverse. Nature, actualités, sciences, informations, découvertes, enfin bref tout pour améliorer notre connaissance. Les photos documentaires d'animaux, insectes, paysages et autres sont les bienvenues. Ma communauté s'appelle "Apprendre et découvrir".Je précise qu'aucun contenu appelé "ADULTE" n'est et ne sera autorisé, je serai ferme et tout dérapage sera exclus. Voila la présentation est faite. Oui je sais ma démarche n'est pas ordinaire, mais il faut que le "hasard" soit un peu stimulé. Seriez vous tenté de nous rejoindre? ……………Si c'est le cas, nous serions tous très honorés de vous compter parmi nous .Votre blog apportera sûrement un plus a ma communauté. Merci de votre réponse. A bientôt. (Pourquoi une communauté? Pour que vos articles soient lus deux fois,chez vous et en même temps dans la communauté)

maryse 08/12/2007 11:30

salut chouchou   (hi hi hi )juste un mot pour te dire que je lirai ton blog plus tard car je n'ai pas le temps pour l'instant (et il en faut car il y a de la lecture)mdrje te fais de gros bisousmaryse