Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Merlin...

Le blog de Merlin...

OVNI et toute l'actualité extraterrestre, terrestre, et intraterrestre, toutes les infos cachées et secrètes...


L’éloignement lunaire un sujet oublié... !

Publié par MERLIN sur 21 Juillet 2008, 05:44am

Catégories : #Notre LUNE

Tous les scientifiques reconnaissent que la Lune s’éloigne de la terre de 3 à 5,8 cm par année et que la Terre ralenti graduellement .

Les marées terrestres devancent légèrement la Lune dans son orbite et produisent un torque qui accélère la Lune. L’énergie perdue par la Terre est gagneé par la Lune et celle-ci s’éloigne.

Le phénomène est d’ailleurs connu depuis un bon moment. Au 18e siècle on s’y est intéressé et à la fin du 19e s. George H. Darwin (le fils de Charles) en a fait une étude classique.

 

L’attraction gravitationnelle de la lune soulève des marées sur la Terre. Ces marées affectent deux composants terrestres : les océans et la croûte terrestre. Puisque la Terre est plutôt rigide on peut supposer que les marées touchant la croûte terrestre soient petites mais non négligeables semble-t-il lorsqu’on doit calculer la stabilité orbitale de satellites.

 

La direction de l’orbite terrestre est la même que celle de l’orbite lunaire autour de la Terre.

La Terre tourne quelque peu plus rapidement que tourne la lune autour de la Terre.

Ce qui a comme effet que le renflement des marées sur Terre (soulevés par la Lune) sont entraînés "devant" la Lune (ou devant la ligne que l’on pourrait tracer entre les deux centres).

Le renflement des marées sur Terre, précédant la Lune exerce une petite torque sur la Lune et l’accélère légèrement.

Ce torque, étant exercé sur la Lune de manière continuelle a comme effet d’accélérer la Lune. Étant accéléré, la Lune tend à s’éloigner de la Terre.

 Il y a un effet de rétroaction : plus la Lune se trouve près de la Terre, plus grandes seront les marées, et plus grandes seront les marées, plus grand sera le torque des marées sur la Lune et plus grande sera la vitesse d’éloignement de la Lune.

Autres détails :

Puisque actuellement on observe que la Terre ralenti, il s’en suit que dans le passé elle allait plus rapidement.

Puisque on observe actuellement que la Lune s’éloigne de la Terre, il s’en suit que dans le passé son orbite était plus prés de la Terre.

Mais de manière générale, quel est l’intérêt de la question de l’éloignement lunaire ?

Les mêmes équations qui permettent de déterminer où sera situé la Lune dans  10 000 ans permettent aussi de remonter le temps et posent une limite pour l’âge du système Terre - Lune.

 

Plus on remonte dans le temps, plus la Lune s’approche de la Terre. D’autre part plus on remonte dans le temps plus la Terre devait tourner rapidement et, par conséquence, les journées étaient plus courtes.

En se basant sur les données d’observation on arrive à un âge maximal pour de système Terre - Lune de 1 à 2 milliards d’années car c’est à cette époque que la Lune atteint, dans son orbite, un seuil important, la limite Roche.

La Lune et la Terre se rencontrent… La limite Roche est donc un seuil au-delà duquel un satellite ne peut approcher sa planète hôte sans se désintégrer.

Mais la Terre est censée avoir existée depuis plus de 4,6 milliards d’années ! 

Que faut-il en penser ?                                                                                   
À moins de supposer qu’un ange ait placé la Lune dans un orbite parfaitement circulaire il y a 2 milliards d’années, il faut supposer que l’approche de la limite Roche constitue aussi une limite pour l’âge de la Terre.

Ce simple constat comporte des conséquences fort intéressantes, ou fort pénibles, tout dépend du point de vue.

 Dans les discussions sur les origines, le temps est un facteur crucial. Si on élimine les milliards d’années postulés généralement, TOUT l’édifice conceptuel échafaudé par la théorie de l’évolution s’écroule. L’évolution est logiquement inconcevable sans de très longues périodes de temps où les mécanismes de la sélection naturelle peuvent opérer.

Lorsqu’on examine attentivement la littérature scientifique on observe un phénomène étrange. Là où les données d’observation coïncident avec la théories acceptée on les claironne dans le médias afin que tous puissent les connaître, mais là où les données scientifiques contredisent cette théorie, dès que possible, on les balaie sous le tapis et on se comporte comme s’ils n’existent pas.

Lorsqu’on comprends bien les enjeux de la question on peut alors comprendre la motivation de certains d’exclure à tout prix certaines données d’observation.

Évidemment, on peut songer à toute les options et à toutes les explications… sauf celles qui exigeraient de remettre en question le cadre théorique orthodoxe concernant l’âge de la Terre.

De telles remises en question sont trop douloureuses et, de plus, les budgets de recherche pourraient en subir des contrecoups… Pour ceux qui pourraient douter de telles propos il suffit de penser au fureur que provoqua dans les milieux de l’astrophysique les écrits d’Immanuel Velikovsky.

 

Au-delà des discussion sur la valeur de ces données,interdictions,critiques,censures,marginalisation et boycott des éditeurs furent le lot de l’auteur. On l’a banni.

 

 

Tous les moyens sont bons pour assurer l’orthodoxie des élites. Les marges de manoeuvre du scientifique moderne sont bien plus étroites qu’on pourrait le penser. Sir Fred Hoyle, astronome anglais de renommé mondiale, fait allusion à ce processus de filtration/censure des idées dans le contexte des publications scientifiques (in Horgan 1995 : 47)

 

"Si la Lune ne peut avoir plus de 1 à 2 milliards d’années l’évolution de la vie sur Terre n’est pas nécessairement affecté pour autant car l’explosion du Cambrien a eut lieu il y a seulement 600 millions d’années, c’est-à-dire APRÈS le rencontre Lune - Terre.

La vie sur Terre aurait pu donc évoluer en toute quiétude. Pas de problème."
Il est vrai que l’explosion des espèces marines est bien postulé après la période où la Lune se trouve près de la limite Roche, mais il est essentiel de noter que l’explosion du Cambrien n’est pas le début de la vie sur Terre.

À la période cambrienne on postule déjà l’existence d’organismes bien développés, c’est-à-dire les invertébrés et une multitude d’autres formes de vie complexes. Il faut aussi noter que l’évolution est un processus très lent et qu’on suppose que la vie sur Terre a commencé bien avant 600 millions d’années.

 

En fait, on postule que les premières cellules viables et mais aussi les premiers organismes multicellulaires sont apparues au Précambrien.

Dans un article paru dans la revue Nature, Watanabe, Martini et Ohmoto (2000) sont d’avis que les organismes vivants ont commencé à coloniser les continents il y a 2.6 milliards d’années et que la mer fut remplit de microorganismes il y a 3,8 milliards d’années. Un autre article par Henry Gee dans la revue Nature appuye cette date.

 

Une découverte faite par des chercheurs américains basé sur une échantillon de roche provenant de l’Australie semble affirmer l’idée que la vie serait même apparu bien auparavant. Les analyses de cette roche semble indiquer que la vie serait apparu dans la première milliard d’années de l’existence de la Terre.

On ne peut donc prévoir si cette découverte sera acceptée ou rejetée par la communauté scientifique mais si elle se voyait acceptée cela ne ferait qu’augmenter la taille du problème ici.

 

Maintenant la question de base ici est assez simple. Si , d’un côté, la vie sur Terre est apparue il y a 3,5 ou même 3,8 milliards d’années et, de l’autre, les données lunaires indiquent qu’un événement Gerstenkorn a dû se produire il y a 1 à 2 milliards d’années il faut constater qu’il y a un "léger" problème.

 

Un "léger" problème car tout nous indique qu’un tel événement n’interagirait pas de manière "bienfaisante" avec la vie existant sur Terre. Peu importe l’évolution qu’on a pu postuler avant 1 ou 2 milliards d’années ce scénario implique une table rase de la vie au moment de l’événement Gerstenkorn. Retour à la case départ. Tout le travail de l’évolution et de la sélection naturelle réalisé auparavant serait réduit à zéro. L’auteur scientifique Kurt Lambeck fait les remarques suivantes au sujet des implications d’un événement Gerstenkorn.

 

 

On peut deviner que plusieurs millions d’années seraient nécessaires uniquement afin que la Terre puisse se refroidir à nouveau après un tel événement.

Au bout du compte, même si on admet une âge de 4,6 milliards d’années pour la Terre cela ne règle en rien la question du temps disponible pour les processus évolutifs, car si on tient compte des données empiriques de l’éloignement lunaire (même en écartant la question du refroidissement de la Terre après un événement Gerstenkorn) il est difficile de ne pas admettre le constat que les 1 à 2 milliards d’années qui restent sont insuffisants pour l’évolution de la vie.

 

Évidemment un tel constat est inadmissible pour les grandes institutions scientifiques car elle exigerais des remises en question fondamentales, impensables sur la question des origines. Cet effet de marées est connu ailleurs dans le système solaire. Io, une des lunes de Jupiter est affecté par le champ gravitationnel de Jupiter et cela provoque de la friction au point où il y a des éruptions violentes de magma sur Io qui se projettent à des kilomêtres dans l’espace .

Évidemment dans les milieux en astrophysique, le rencontre Terre - Lune il y a environ 1.2 milliards d’années est chose connue. Mais puisque cette rencontre ne peut être concevable dans le contexte évolutionniste, il n’a pas eu lieu…

On écrit alors une fable (en langage scientifique, on dit qu’on établit de nouveaux postulats) voulant que par le passé les plaques continentales de la Terre auraient été configurés de manière précise à éviter tout effet de marées.

Pas d’océans vers l’équateur, uniquement aux pôles. Rien de plus simple…

 

Il est fort facile de faire de la science lorsqu’on peut ignorer des données et jouer à volonté avec les postulats de départ.

 

                   L’éloignement lunaire restera donc un sujet oublié !
Commenter cet article

crami25 28/04/2010 16:09



Comme précédemment expliqué sur le sujet d'avant... Je n'explique pas la stabilité de l'orbite de la lune. Pour moi, en rapport à l'attraction que doit émettre les 2 astres, terre et lune, et au
constat d'une influence qui n'est plus à démontrer par l'impact des marées, normalement la collision devrait être au programme. Hors il n'en est rien, et au contraire, voilà que cette article
précise le contraire.


Bizarre... 



Free 23/11/2009 21:22


Et oui la lune est bien protégée. C'est un peu logique vu le role clé dans notre gravitation orbitale autour du soleil. Artificiel? pas fabriqué ce serait étonant mais volontairement couplé avec la
terre c'est une quasi certitude. Pour en revenir au sujet exposé ici mon point de vue est que la Lune comme la Terre sont creuse comme probablement beaucoup d'autres astres et qu' à une certaine
époque elle s'approchait bel et bien mais à l'époque les civilisations lunienne comme terrienne n'ont pas pu empecher la colision. Cela expliquerait certains cataclysme, des extinctions. La lune
qui se serait fendue puis apparement réussit à être ressoudée et la face visible completement rasée. Faudrait voir en calcul mais si le raprochement s'est fait de facon progressive et orbitale elle
a tres bien pu rebondir sans se desintegrer entierement et se restabiliser ou être restabilisé.

Vu le nombre de preuves de civilisations qui nous ont précédé ainsi que l'origine humaine et la vie dans l'univers et les technologie bien plus avancées par le passée rien ne serait étonant dans ce
genre de manoeuvre.

C'est assez étonnant toutes ces manipulations pour dissimuler les vérités. Si l'humanité survit encore 10 000 ans ils vont vraiment se dire qu'on été bien naif de subir tel obscurantisme sans
broncher. A moins que le control des esprits fonctionne et qu'on finisse tous comme des fourmis et la boucle et bouclée.


Truci 13/08/2008 21:42

Exact... j'avais pas fait attention car j'utilise toujours "torque", je prefere au mot couple qu'on confonds souvent :PMais bon, ça change rien au sens du texte, et je pense que les gens qui n'ont pas posé de question auront compris, ou n'auront, plus simplement, pas lu au dela du titre.

Denis Bloud 11/08/2008 15:29

Attention, le mot "torque" dans ce document n'est pas français mais anglais et se traduit par "(moment de) couple (de torsion ou de rotation)". Merci de corriger la page.

hapa 22/07/2008 09:15

En tout cas, le sujet "Lune" a le mérite de faire parler. Il y a encore beaucoup de zones d'ombres (face cachée ?) à découvrir et/ou mettre en lumière.

nema 21/07/2008 20:45

La lune, un satellite artificielle ... super idée ! Maintenant, je sais ou se sont réfugiés les Nains de jardin qui se réunissent pour envahir la terre en 2012 . Il n'y a plus qu'a faire appel au Prince Charmant pour nous aider à détruire cette engeance diabolique. Je suis rassuré mais fichtre, j'ai vraiment eu peur . 

Aze 21/07/2008 20:25

N'importe quoi !!!

Truci 21/07/2008 18:39

Lune, mysterieux satellite....

Merlin 21/07/2008 16:54

Vero veille,Merci pour ce commentaire.Ce texte n'est pas de moi, je ne sais plus d'ou vient la source désolé.Sinon pour répondre à votre question, oui la Lune serait un satellite artifiel et creux qui plus est.Voir ici :Notre Lune serait creuse, comme toutes les planètes... Je vous conseille de vous rendre dans la catégorie Lune sur ce blog ou vous en apprendrez beaucoup, sur notre satellite...

vero veille 21/07/2008 16:23

Qu'il est bon de constater que certaines personnes posent les bonnes questions ! La lune pourrait-elle être un satellite "artificiel" ?