Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Merlin...

Le blog de Merlin...

OVNI et toute l'actualité extraterrestre, terrestre, et intraterrestre, toutes les infos cachées et secrètes...


Le très mystérieux Labyrinthe de la cathédrale de Chartres…

Publié par MERLIN sur 9 Janvier 2009, 07:24am

Catégories : #Mysteres

 

La cathédrale Notre-Dame de Chartres, est le monument le plus célèbre de Chartres, située à 80 kilomètres au sud-ouest de Paris. Elle est considérée comme un des plus parfaits édifices gothiques.

 

L'actuelle cathédrale, de style gothique dit lancéolé, a été construite au début du XIIIe siècle, pour la majeure partie en 30 ans, sur les ruines d'une précédente cathédrale romane, détruite lors d'un incendie en 1194.



 

Fait interessant, cette cathédrale a été le premier monument classé au patrimoine mondial par l'UNESCO en 1979. De plus auparavant il semble qu'une ancienne grotte druidique ait servi de sanctuaire aux premiers chrétiens à l'époque romaine.

 

Sa construction, ou plutôt ses constructions et reconstructions sont tout à fait interessantes, jugez vous même :

 

Au IVe siècle — vers 350 — eut lieu la construction de la première cathédrale appelée cathédrale d'Aventin. Celui-ci est le premier évêque de la ville de Chartres. Elle fut édifiée aux pieds des murs gallo-romains qui entouraient la ville. Cette première cathédrale fut incendiée en 743 ou 753 par les troupes de Wisigoths du duc d'Aquitaine Hunald, lors du sac de la ville.

 

Un deuxième sanctuaire fut alors construit…

 

Le 12 juin 858, cette deuxième cathédrale fut détruite par les pirates Vikings. L'évêque Gislebert reconstruisit un édifice plus grand. De ce dernier, il subsiste actuellement le martyrium, appelé chapelle Saint-Lubin.

 

En 876, le roi Charles le Chauve, petit-fils de Charlemagne fit don à la cathédrale de la sainte relique connue sous le nom de "Voile de La Vierge" ou "Sainte Tunique").

 

Le 5 août 962 cette troisième cathédrale fut à son tour incendiée pendant la guerre qui opposa Richard Ier, duc de Normandie, au comte de Chartres, Thibault le Tricheur. Un quatrième édifice lui succéda.

 

Les 7 et 8 septembre 1020, ce quatrième édifice fut à son tour accidentellement ravagé par le feu. L'évêque Fulbert releva l'église de ses ruines, en style roman. En 1020, on construisit la crypte que nous connaissons actuellement. La construction de cette dernière dura de 1020 à 1024.

La dédicace de cette cinquième cathédrale eut lieu le 17 octobre 1037.

 

Le 5 septembre 1134, la ville de Chartres fut presque entièrement détruite par un incendie. Mais la cathédrale romane de Fulbert fut épargnée. De 1134 à 1155, on éleva la façade occidentale que nous connaissons toujours aujourd'hui, et peu après, on commença la tour nord. De 1142 à 1150 eut lieu le montage du portail royal et de ses sculptures.

 

En 1145, on commença la tour sud (appelée actuellement clocher "vieux"), dont la construction s'acheva, avec sa flèche, avant 1170.

La tour nord (appelée clocher "neuf") fut terminée vers 1150. mais elle ne comportait que 2 étages et était couverte en plomb.

 

Le 11 juin 1194 eut lieu un nouvel incendie qui n'épargna que les cryptes, la façade occidentale et les tours. Le Voile de la Vierge avait été mis à l'abri dans la crypte dite "chapelle de Saint Lubin". La tour sud était terminée, mais la tour nord n'atteignait que 41 mètres environ. Aucune des deux ne souffrit du feu. En réchappèrent aussi la façade ouest au complet et le vitrail "Notre-Dame de la belle verrière".

 

La reconstruction de l'édifice sous la forme que nous connaissons actuellement débuta immédiatement. Son architecte est inconnu. A l'exception de la façade occidentale et de la crypte, tout fut reconstruit.

 

En 1240, les vitraux étaient déjà réalisés. Et la consécration solennelle eut lieu en 1260.

 

 

Henri IV fut le seul roi de France sacré dans cette cathédrale et non pas à Reims selon la tradition.


Paris était en effet tenu par les catholiques, qui opposaient leur résistance au roi à cause de sa religion protestante. C'est à cette occasion que le monarque aurait prononcé la phrase célèbre : « Paris vaut bien une messe ». Il se convertit et fut sacré roi de France ; dès lors, les catholiques s'y rendirent progressivement.




L’étrange Labyrinthe de la cathédrale…

 

Le labyrinthe de Chartres, œuvre du XIIe siècle, est une figure géométrique circulaire inscrite dans toute la largeur du pavage de la nef principale, entre les troisième et quatrième travées. Elle représente un tracé continu déployé de 261,55 m, partant de l'extérieur et aboutissant au centre, en une succession de tournants et d'arcs de cercles concentriques.

 

Une de ses particularités est que, partant du centre ou de l'extérieur, le chemin parcouru présente exactement le même enchaînement de tournants et d'arcs de cercle.

 

Le labyrinthe serait un chemin symbolique qui mènerait l'homme de la terre à Dieu ; un chemin où l'homme irait à la rencontre de Dieu. Le centre de cette grande figure symbolise la Cité de Dieu. La démarche du labyrinthe ne consiste pas seulement à aller jusqu'au centre mais à en repartir. Le pèlerin est invité à emprunter la ligne tracée face à lui pour monter vers le chœur de la cathédrale, vers l'orient, vers la lumière.

 

Le jour tant attendu du solstice d’été…

 

Chaque 21 juin, jour du solstice d’été une foule de visiteurs parcourent ce mystérieux chemin gravé sur le sol. En son milieu on ressentirait des  forces tellurgiques dues à la présence de 14 cours d’eau souterrains...



 

Le labyrinthe de Chartres portait jadis en son centre une plaque de cuivre présentant des personnages de la mythologie grecque étroitement liés au motif du labyrinthe :

 

Thésée, le héros, fils du roi Egée, victorieux du Minotaure au centre du Labyrinthe.

 

Le Minotaure, le monstre à abattre, mi-homme, mi-taureau, né de l’union clandestine de Pasiphaé, épouse de Minos, roi de Crète, et de Poséidon, dieu des mers, transformé pour la circonstance en un taureau éblouissant.

 

Le Minotaure dévorait tous les neuf ans sept jeunes filles et sept jeunes gens qui lui étaient livrés, sur ordre de Minos, par Egée, roi d’Athènes. Il vengeait ainsi la mort d’un des fils du roi Minos, tué à Athènes.

 

Ariane, la bonne fée, fille de Minos et de Pasiphaé et amoureuse de Thésée : elle tint dans sa main le fil magique qui permit à Thésée de parvenir sans se tromper jusqu’au centre du labyrinthe conçu par l’architecte Dédale.

 

Ce labyrinthe reste donc une énigme pour les chercheurs…

 

Source : Wikipédia- Ca M’interesse- Spinescent.blog.com-
Commenter cet article

An 13/06/2016 12:46

Pour information, le labyrinthe n'est pas 'ouvert' le 21 juin - au moins depuis 10 ans. Il n'est donc pas possible de le parcourir.

crami25 24/06/2010 09:44



Michel,





Merci pour tes liens, moi qui croyait que la cathédrale de chartres était la seule à détenir un labyrinthe de la sorte. Tu m'apprends ainsi, que les Compagnons n'ont rien inventé à
l'époque pour celui-ci... L'origine est ailleurs, et du coup, le mystère se déplasse. lol



Michel FOURNIER 23/06/2010 19:34



Bonjour, de nouveau....


D'autres liens qui pourront vous éclairer ... ce qui est une bonne chose quand on erre dans le labtrinthe :


http://knol.google.com/k/le-labyrinthe-mythologique-cr%C3%A9tois#


et surtout : http://knol.google.com/k/le-labyrinthe-du-minotaure-%C3%A0-dieu#


Bon cheminement.... et bonne arrivée...


Michel FOURNIER... de Gortyne



crami25 15/06/2010 20:14



Ayant fait moi-même le tour de France chez les compagnons du devoir de liberté (au complet), je peux vous dire que le sujet de la cathédrale de chartre est souvent parmis les
conversations des compagnons...


Il est reconnu que la contruction à été faite par des compagnons de l'époque... On rentre d'ailleurs dans l'histoire du compagnonnage avec cette cathédrale, car on y trouve les premiers
écrits ou on en parle. Avant cette date, tout le compagnonnage et la franc-maçonnerie est fondé sur des légendes et en préhistoire. Rien ne peut prouver la croyance de salomon, par exemple, roi
des menuisiers/ébénistes/ et serruriers, qui font partie de la même société.


Le parcours initiatique des compagnons et des franc-maçons, passe probablement par le labyrinthe de la cathédrale de chartre...



mixalis 22/10/2009 14:20


Bonjour,

La réponse à tous ces mystères se trouve en Crète, escale sur le chemin de Jérusalem où les croisés devenaient "frères du Christ" en se retrouvant dans la "Mitropolis" , littéralement "ville de
l'utérus".... où ils parcouraient de leur propre volonté cette fois, le chemin labyrinthique quii les conduisait à la RENAISSANCE et retrouvant la PURETE initiale ( "pur", en grec, se diit "AGNO"
).

Ce lien vous en dira plus .... mais vous devrez à votre tour suivre le "mytos" ( "fil") d'Ariane avant que de comprendre le sens PROFOND du mythe du Labyrinthe ... et de parvenir ainsi au BONHEUR
!

http://fr.wikipedia.org/wiki/Gortyne

Cordialement

Michel FOURNIER
demeurant à Gortyne.....




Acouphene 27/07/2009 22:08

http://spinescent.blogspot.com/search?q=chartres

morgane 05/04/2009 19:51

Très bel article!! j'aime les mystères.......
A au fait, je t'ai emprunté la photo du labyrinthe, pour illustrer mon artilcle sur la symbolique des labyrinthes..... j'espère que tu ne m'en veux pas
bises

Merlin 09/01/2009 11:45

Merci à vous pour vos commentaires avisés...Vos témoignages et vos inspirations sont précieuses je dois dire.Merci encore à tous pour l'interet que vous portez à ce blog.Amitiés.

Vince 09/01/2009 10:59

Bonjour à toutes et tous!Le labyrinthe est la métaphore de l'être en devenir.C'est là son premier symbole. Par contre, les types de labyrinthe sont multiples, certains sont droits, d'autres courbes ou bien encore compliqués ou trés simples, comme la vie...Car le message qui doit passer c'est celui du droit à l'erreur, car pour avancer sur le chemin de la vie et le chemin initiatique, il faut avant tout se tromper et revenir sur ses pas. C'est comme cela que l'on avance.Celui qui ne se trompe pas ne sait rien du monde qui l'entoure puisqu'il ne connait rien d'autre...Le chemin qui va vers le lumière ne saurait être tout droit, chacun doit faire sa propore experience.A vous de méditer sur ce symbole et bien d'autres que l'on retrouve dans les cathédrales...Merci cet article qui ouvre les yeux et éclaire le chemin qui reste à parcourir pour chacun et pour l'Humanité.Vince

wizzil 09/01/2009 10:31

je crois que ce labyrinthe n'est pas vraiment une énigme pour ceux qui s'intéressent à l'ésotérique ; d'ailleurs Pierre a cité le livre de Charroux , je ne l'ai pas mais je suppose qu'il a des explications simples.Il me semble que tous les rites initiatiques se sont déroulés et se déroulent encore de nos jours en des lieux similaires ; je me souviens avoir visité la cathédrale de St Omer (dans le Nord) où il y a un labyrinthe identique et le guide de l'époque (ça remonte à 30ans..) était très calé là-dessus, malheureusement j'ai oublié les détails de ses informations ; mais il était question aussi de lignes telluriques et de sources situées en dessous de ces labyrinthesMerci pour cet article très très intéressant !Bonne journée !

porthault pierre 09/01/2009 08:12

Salut a toi Merlin, tres bon ton texte sur Chartres , j'ai devant mes yeux un livre edite en 1969 chez Robert Laffont , " Les mysteres de la Cathedrale de Chartres " de Louis Charpentier .Il aurait pu etre intitulle aussi " Un Homme interroge une Cathedrale " , esoterisme et "mystique celte et le " melting pot " avec le Catholicisme . Bref tu me donne envie de le relire ! Ce qui prouve aussi que je suis ' achement vieux! Car ce bouquin je l'ai acheter a l'epoque ( plus une trentaine d'autres ........ !)  Il parle aussi d'une grotte , ou caverne, sous le coeur , ou sous le centre du labyrinthe , qui aurait ete utilise par les Celtes . Et puis il y a les Templiers qui ont " aide " a la construction de ce chef d'oeuvre . Bon , bref , j'arrete la , bonne journee a tous             pierre

Merkator 09/01/2009 08:09

Merci pour ce fameux article. Il est franchement très intéressant. Je connaissais l'existance de ce labyrinthe mais pas l'intreprétation ici faite. Un petit cours d'histoire anciènne ne fait pas de mal. On en apprend tous les jours. Merci.