Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Merlin...

Le blog de Merlin...

OVNI et toute l'actualité extraterrestre, terrestre, et intraterrestre, toutes les infos cachées et secrètes...


Exploits incroyables de L’aventurier Mike Horn…Partie 1

Publié par MERLIN sur 10 Janvier 2009, 07:01am

Catégories : #Insolite


Exploits incroyables de L’aventurier Mike Horn…Partie 1 

 

Mike Horn, est un homme hors du commun, cet homme a réussit ce que personne au monde n’a jamais tenté, faire le tour du monde en suivant la ligne exact de l’équateur, soit …40 000 kilomètres de difficultés, pour partir à la rencontre du monde…



 

Derrière les exploits des sportifs aventuriers de notre époque se cachent souvent de véritables philosophes. Mike Horn est l’un d’eux. Il a relevé le défi d’un audacieux périple lors du passage à l’an 2000 : faire le tour de la planète en suivant scrupuleusement la ligne de l’Equateur, quels que soient les obstacles rencontrés.

 

Cet exploit dont la préparation rocambolesque mériterait à elle seule un ouvrage complet lui a permis d’aller au bout de lui-même. Il reconnaît avoir à cette occasion découvert en lui des territoires dont il ignorait jusque là l’existence.

 

 Mike Horn n’est certes pas un amateur. Il a un passé de soldat commando ayant goûté à l’enfer du bourbier angolais. Les balles des forces cubaines ont sifflé plus d’une fois dans ses oreilles de jeune officier. Cette expérience de survie au cœur d’une impitoyable guerre civile, lui a sans doute forgé cette audace d’acier.

 

Une audace lui a permettant de suivre la ligne de la latitude zéro aussi simplement que nous en effleurons le tracé du bout de l’index sur un globe terrestre.

 

Il a dû traverser des océans déchaînés alors qu’il était un marin débutant, et survivre dans une jungle amazonienne où même les Indiens n’osaient se rendre, tout en se nourrissant de sa propre chasse.

Cependant, sa force physique et son expérience de baroudeur n’expliquent pas tout. Sa capacité à développer une philosophie de vie adaptée à sa volonté d’aventurier est sans aucun doute la clé de voûte de sa réussite.  

 

Le meilleur de lui-même réside dans ce trésor de pensée positive, une préface qu’il a consacré à l’album Aventures 2007 publié chez Scali. Une sorte de credo de l’aventurier destiné à ouvrir les paupières des hommes esclaves du matérialisme :

 

Mike Horn nous dit :

 

Cessez de dire « j’aimerais »

 

« Nous vivons aujourd’hui dans la crainte de la perte. Mais la force de gagner doit être plus grande que la peur de perdre. Partir pour l’aventure dans la crainte de perdre, c’est s’assurer de ne jamais gagner. La vie, c’est aujourd’hui, et pas forcément demain. Vivez chaque jour comme si c’était le dernier. Cessez de dire « j’aimerais » et commencez maintenant avant qu’il ne soit trop tard. »  

 

 

Mais ca n’est pas la son seul exploit hors du commun, son tour du monde par le cercle polaire est encore plus difficile. D'ailleurs, en avril 2002 il avait dû cesser son voyage en raison de graves engelures pour lesquelles il a été opéré en France. Mais dès l'été suivant il reprenait la route, nous verrons cela plus loin…


 

 

Voyons tout d’abord qui est cet homme, ce héros des temps modernes…

 

MiKe Horn est né le 16 juillet 1966 à Johannesburg en Afrique du Sud. Il est l'aîné de quatre enfants : deux frères et une soeur. Son père était directeur d'école et sa mère enseignante. Mike Horn est licencié en psychologie du sport.

 

A 18 ans, Mike Horn part à la guerre. Stages commandos, renseignements... il intègre les forces spéciales en Nanibie.

 

En 1990, Mike Horn quitte l'armée. Son père vient de mourir d'un cancer. Il doit prendre en charge sa famille. Employé par son oncle dans l'import-export, Mike fait rapidement fortune mais il s'ennuie...

 

" J'avais ma maison, ma voiture, je gagnais bien ma vie, mais je n'avais pas de but. J'ai préparé un sac à dos et réuni tous mes amis … Nous avons fait la fête toute la nuit, puis je suis parti en leur donnant tous mes biens, y compris ma maison. ‘’

 

A 24 ans, Mike Horn saute ainsi dans le premier avion et atterrit à Zurich...

" Six mois de galère avec trois sous en poche. Pas de permis de travail, la misère dans une société d'abondance et l'opprobre inversé subi par le «raciste» afrikaner. Il dort dans les étables, sous les ponts, chaparde des fruits, vole à l'étalage. *

 

Il trouve finalement refuge aux Moulins, au-dessus de Château-d'Oex. Il y rencontre Cathy, une jeune infirmière originaire de Nouvelle-Zélande, qui deviendra sa femme.

 

Mike Horn, touche à tout de génie, devient instructeur pour No Limits, un Centre de sports extrêmes. Et, c'est là qu'il commence à se faire connaître du grand public par ses exploits et voyages...

Carnet de routes ….

Descente du Huascaran [6768m] en parapente puis en raft - Pérou.

Premières en hydrospeed dans le Colca Canyon [Pérou] et sur le Pacuare [Costa Rica].

 

Descente de l'Amazone …

Août 1997-janvier 1998 > C'est le premier exploit retentissant de Mike Horn. Descente de ce fleuve majestueux de la source à l'embouchure en hydrospeed. 

Latitude 0 

 

2 Juin 1999-28 octobre 2000 > Exploit unique ! Mike Horn réalise en effet le premier tour du monde en solitaire en progressant sur la latitude 0 sans utiliser de véhicule à moteur, juste : voile, vélo, marche à pied, canoé...que nous avons vu plus haut.

 

Tentative de traversée du Groënland à ski …

 

Mai 2001, en compagnie des alpinistes Erhard Loretan et Jean Troillet.

Expédition Arktos.

 

26 février 2002, Mike Horn quitte le Cap Arktichevsky, au nord de la Sibérie, pour une traversée en solitaire de l'Océan Arctique d'environ 4000 km. Il poursuivra ensuite par le tour du Cercle Polaire. Au final, un voyage de quelques 20 000 km en 17 étapes et qui aurait dû durer 17 mois.

 

Mais Mike Horn en effet a été contraint à arrêter son périples en Avril à cause de graves gelures aux mains. Nouveau départ en Août 2002... 

 

Jeudi 20 octobre 2004, il a achevé son tour du monde par le cercle polaire arctique. Il était parti le 4 août 2002.Tour du monde en solitaire par le Cercle Polaire aidé par son cerf-volant Félicitation Mike …

 

Quelles aventures incroyable…

     

Mike est de retour au Cap Nord, Norvège (point de départ et d'arrivée de son expédition), 27 mois plus tard, épuisé, mais en très bonne forme !

 

Il retrouve son épouse Cathy et ses 2 enfants "Je suis heureux d'être ici ! Après tout ce temps, c'est bon d'être de retour. J'ai parfois pensé que je n'y arriverais pas, mais je l'ai fait, et je suis fier de moi !

 

Mike a parcouru, seul, plus de 20 000 km, du Cap Nord au Groenland, du Nunavut à l'Alaska, puis à travers toute la Sibérie et retour au Cap Nord... Il a bravé le froid, la glace, le vent, les ours blancs, l'extrême solitude et la peur toujours présente, mais il a réussi.

 

Lors de son voyage, Mike Horn a utilisé divers moyens de transport : un petit voilier, un kayak des mers, servant aussi de traîneau sur les terres enneigées ou glacées. Le globe-trotter est également équipé de skis et d'un traîneau spécial en kevlar pour le transport de son matériel (environ 200 kilos).

 

Quand les conditions ont été bonnes, un cerf-volant l'a tiré et soulagé le poids du traîneau. A chacune des 10 étapes prévues (4 en mer et 6 sur la terre) Mike Horn a eu le soutien de son équipe logistique (contrôle du matériel et ravitaillement en nourriture, en batteries et en médicaments). Cette expédition est appelée : Arktos, du Grec antique "ours".

 

En effet, la région arctique est, en fait, la zone où vivent les ours blancs, tandis que dans l'Antarctique, l'ours blanc n'existe pas.  

 

 Récit de son aventure :

 

Cap Nord, jour du départ, dimanche 4 août 2002

 

Il était 15h15 lorsque Mike à passé la falaise abrupte du Cap Nord à l'extrême Nord de la Norvège. Le temps était agréable. La pluie s'était arrêtée et la luminosité avait quelque chose de particulier. Le bateau se dessinait distinctement dans les eaux noires de l'Océan Arctique et Mike, vêtu de rouge, était très visible pour sa famille et ses amis, qui le suivaient sur un bateau de pêche local.

 

Mike pourra naviguer jusqu'au Groenland puis jusqu'au Canada, sans risques de rencontrer des icebergs, son bateau en aluminium de 14 mètres étant parfaitement adapté pour l'Arctique.

 

Une fois atteint le Groenland, Mike va laisser son bateau à l'équipe logistique qui le convoiera autour du Groenland en passant par le Sud. Pendant ce temps, Mike traversera la calotte glacière du Groenland à pied, à ski et avec sa luge et son cerf-volant.

 

Mike retrouvera son bateau sur la côte ouest du Groenland et naviguera jusqu'au Canada, le plus loin possible en direction de l'Ouest, sans pour autant prendre le risque d'être pris dans la glace. Le bateau retournera alors en Europe et Mike poursuivra à travers le Canada, l'Alaska, le détroit de Béring et la Sibérie à pied, à skis, en kayak en changeant évidemment son mode de transport en fonction des conditions climatiques et du terrain.   

         

1ère étape terminée - Mike arrive au Groenland - 17 août 2002 -

 

A 16h00, Mike est arrivé au port d'Angmagssalik sur la côte est du Groenland. C'est à Angmagssalik, un petit village Inuit de 1 200 habitants, que l'équipe logistique a pu retrouver Mike.

 

"Ces derniers jours ont été stressants. De gros blocs d'icebergs ont fait leur apparition ainsi que le brouillard. Je ne voyais pas à 5 mètres. Je n'ai pas pu dormir pendant 4 jours, ça aurait été trop risqué !"

 

Il a fallu 13 jours pour traverser la mer du Groenland depuis le Cap Nord jusqu'à la côte Est du Groenland, avec un vent Nord-Ouest et une vitesse moyenne de 6-9 nœuds.

 

Mike va repartir dans quelques jours. Une fois sur la banquise, Mike espère pouvoir traverser relativement facilement. Grâce aux basses températures, les conditions de glace sont apparemment bonnes et si le temps le permet, il pourra utiliser son cerf-volant pour avancer.   

     

Etape 2 - Mike Horn a terminé la traversée du Groenland - 13 septembre 2002 -

 

Aujourd'hui est un jour important, puisque Mike vient de terminer la traversée du Groenland à skis. Il est arrivé à son bateau, à Disko Bay, sur la côte Ouest seulement 17 jours après son départ de la côte Est.

 

 "La progression fut pénible au début. Heureusement j'ai trouvé une voie, qui m'a permis de monter à 3 000 mètres d'altitude sur la calotte de glace. Ma luge pesait environ 100 kilos avec tout l'équipement et les rations minimums de nourriture. Le mauvais temps a fait son apparition juste au moment où je suis arrivé sur la calotte glacière.

 

Des vents violents, de la neige lourde et des températures très basses ont rendu ma progression extrêmement difficile. Après ce mauvais départ les conditions ont commencé à s'améliorer. Le vent a tourné et j'ai pu utiliser le cerf-volant pour me tracter sur mes skis. Quel plaisir de prendre enfin de la vitesse ! Avec mon cerf-volant, je pouvais facilement parcourir 60 kms par jour. Mon record a même été de 143 kms. Plus je parcourais une grande distance, plus j'avais de temps pour manger, c'était ma grande récompense."     

         

Le cerf-volant : efficace mais dangereux. Le cerf-volant de Mike est adapté aux conditions spéciales de cette expédition. En général, le cerf-volant peut tirer un homme à plus de 100km/h. Avec les conditions extrêmes du Grand Nord, Mike doit faire extrêmement attention quand il utilise son cerf-volant.

 

Le terrain est irrégulier, la visibilité difficile et plus la vitesse est grande plus le risque de geler les mains ou le visage est grand. Mike utilise son cerf-volant pour se faire tirer au-dessus des blocs énormes de glace et pour réduire le poids du traîneau.

 

     

Etape 3 …

 

Après quelques jours de repos, l'étape 3 pourra commencer…

Il ne lui reste plus que …15 000 Kilomètres à parcourir sur les 20 000 prévus !!

 

Suite dans la partie 2…
Commenter cet article

alphabl16345242 13/09/2015 05:43

TRES COURAGEUX RESPECT A CET HOMMES

Susanna 10/01/2009 22:34

Quel homme courageux !!

alphabl16345242 13/09/2015 05:44

OUI TRES COURAGEUX