Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Merlin...

Le blog de Merlin...

OVNI et toute l'actualité extraterrestre, terrestre, et intraterrestre, toutes les infos cachées et secrètes...


Nibiru info ou intox ? 2012 info ou intox ? Part 1

Publié par MERLIN sur 15 Juin 2010, 09:50am

Catégories : #2012...

Nibiru info ou intox ? 2012 info ou intox ? Part 1

Nibiru info ou intox… ? 2012 info ou intox… ? Part 1

 

Un grand merci à Nabilkar, un membre de notre forum, pour ce sujet.

 

 

Ce sujet à le mérite de remettre les choses à leur place, et surtout de contredire mes petites croyances à propos de Nibiru, et du coup j’adhère complétement, bonne lecture …

 

Ce sujet sera traité en 2 parties, car il est assez long, mais il faut au moins ça pour nous persuader que nous sommes dans l’erreur…

 

Interview exclusive d'Anton Parks, tirée du magazine Les Grands Mystères de l'Histoire, Hors Série, n° 10, décembre 2009.

 

GMH :

On parle de plus en plus d'une planète X que beaucoup d'auteurs et médiums associent à l'astre Nibiru (ou Neberu) des tablettes mésopotamiennes. Qu'est-ce que Nibiru ? N'est-ce pas l'auteur Zecharia Sitchin qui en a parlé le premier ?

 

Anton Parks :

C'est effectivement Zecharia Sitchin qui est à l'origine du "virus" planète X ou Nibiru. D'après ses calculs, cette planète devrait rejoindre notre système solaire entre 2012 et 2060. Manifestement, comme 2012 approche à grands pas, il pencherait plutôt pour la date la plus éloignée.

 

On trouve trace de Nibiru ou Neberu / Marduk dans la littérature mésopotamienne. Il s'agit d'un astre mystérieux que quelques rares tablettes (l'épopée Enuma Elish et les tablettes : KAV 21B ; CT 26.41 ; CT 25.35.7 ; K.6174 et K. 12769) évoquent comme ayant un rapport avec les activités des dieux (royauté, guerres) et celles de l'humanité (déluge, travail de la terre).

 

Toute la thèse de Sitchin est échafaudée sur la notion de cette planète errante et qui appartiendrait au système solaire, mais dont l'orbite fortement elliptique autour du soleil posséderait, selon lui, une période de 3.600 années terrestres.

 

En terme clair, cela veut dire que ce chiffre correspondrait au temps que mettrait cette planète hypothétique à revenir vers la Terre de façon cyclique.

Ce que ne précise pas M. Sitchin et que j'explique dans mon second ouvrage Adam Genisis, c'est que le Šár (3.600) était une unité de mesure fréquemment utilisée par les Mésopotamiens. On la retrouve sur de nombreuses tablettes qui n'ont absolument rien à voir avec Neberu.

 

Notons par exemple le récit du déluge dans l'épopée ninivite de Gilgamesh où le Noé mésopotamien confectionne son bateau à l'aide de "3 x 3 600 unités d'asphalte (Šár)" à la ligne 65 de la tablette. L'embarcation possède d'ailleurs "une superficie de 3.600 mètres carrés (Ikû)" comme formulé à la ligne 57…

 

De nos jours, en géographie, 3.600 secondes (1/60ème de minute) représentent un degré.

 

Bref, c'est en se référant à la tablette d'argile VA-243 que M. Sitchin nous dit avoir relevé la présence de l'astre mystérieux tournant autour de ce qui lui semble être un soleil. Pourtant, cette tablette n'est absolument pas un document astronomique. Elle a fait l'objet d'une publication en 1940 par les soins d'Anton Moortgat pour le Vorderasiatisches Museum de Berlin.

 

Les trois lignes qui composent le texte de cette tablette évoquent simplement :

 

" Dusbsiga (nom personnel), Ili-Illat (nom personnel), ton serviteur ". Donc, aucune allusion à Neberu et aucune trace de cette planète en tant que demeure des "dieux" Anunna. La tablette VA-243 n'est pas un document astronomique, et Neberu n'y est absolument pas citée.

 

GMH :

Voulez-vous dire que les propos de Zecharia Sitchin au sujet de Neberu ne sont pas crédibles ?

 

Anton Parks :

Je n'ai rien contre M. Sitchin, mais puisque vous m'en donnez l'occasion ici, je vais rétablir une vérité malheureusement déformée involontairement ou volontairement par cet auteur depuis plusieurs décennies. Je ne suis pas contre l'idée q'un astre puisse vagabonder dans des systèmes planétaires, mais le problème ne se situe pas là.

 

Selon les propos de M. Sitchin, les "dieux" sumériens Anunnaki proviendraient de la planète Neberu (qui est en perdition), et ces derniers trouveraient de l'or sur Terre pour restaurer leur atmosphère. Sauf preuve du contraire, les tablettes mésopotamiennes qui formuleraient ces informations n'existent pas. Aucun érudit, aucun spécialiste n'en a jamais fait mention, ni même entendu parlé !

 

J'ai fait de longues recherches dans de multiples bibliothèques spécialisées et auprès de plusieurs éditeurs spécialisés dans l'Orient ancien : rien, ces textes n'ont jamais été catalogués…

 

Depuis plus d'une trentaine d'années il a été maintes fois réclamées à Zecharia Sitchin de fournir les références de ces tablettes, mais il ne l'a jamais fait.

 

Je rappelle aux personnes qui liront ces lignes attentivement, qu'à ce jour, bon nombre de lecteurs et magazines croient toujours aveuglément à la thèse fictive de Sitchin selon laquelle l'astre mésopotamien Neberu serait une planète d'où proviendraient les "dieux" sumériens. Idem pour cette idée d'or tirée des mines terrestres pour filtrer et stabiliser l'atmosphère de cette planète soit-disant en perdition, selon les propos de cet auteur.

 

Libre aux magazines spécialisés de colporter ces inepties. Maintenant que les récits mésopotamiens sont disponibles dans les plus grandes bibliothèques et sur le Net, plus d'excuses ! Tout journaliste sérieux pourra vérifier et constater par lui-même…

 

Je suis totalement sidéré de voir un tel contentement autour d'un sujet aussi sérieux et qui finalement génère à la fois de la peur et surtout de la désinformation. Le problème vient aussi du crédit que l'on porte à Zecharia Sitchin qualifié, probablement à raison pour certains points, de grand érudit, notamment grâce à son CV.

 

Cependant, l'auteur allemand Frank Dörnenburg a récemment mis le doigt sur un problème dans le CV de Sitchin. Il est écrit noir sur blanc à son propos qu'il aurait "acquis son diplôme au London School of Economics" (LSE)". Or dans cette école, on ne peut absolument rien y étudier qui ait un rapport avec l'archéologie, la sumérologie, le cunéiforme et les hiéroglyphes.

 

Frank Dörnenburg note que de toute évidence, l'école LSE s'est transformée dans sa biographie en "Université de Londres" où là, on peut effectivement étudier l'archéologie. Et à Dörnenburg de conclure : " Il est plutôt probable que, comme adolescent, Sitchin ait bouquiné de la littérature appropriée. Il est évident que le CV de Sitchin a été maquillé soigneusement pour faire d'un journaliste économique un "expert spécialisé" en langues antiques et en archéologie ",

source : http://doernenburg.alien.de/alternativ/pyramide/pyr06.php

 

Je pense simplement que M. Sitchin a dû se dire, au début de ses travaux, qu'il ne serait jamais mis en défaut par les spécialistes des tablettes parce qu'il savait qu'ils ne s'abaisseraient jamais à cela.

 

 

Bien entendu, cela n'enlève rien aux recherches de cet auteur concernant les sujets autres que Neberu. Son travail est important, particulièrement celui qui concerne certaines de ses traductions des tablettes mésopotamiennes et ses déductions.

 

GMH :

Si la planète des dieux sumériens n'est pas Neberu, alors quelle était, selon vous, la planète des Anunna ?

 

Anton Parks :

Le nom généralement utilisé, sur les tablettes en argile, pour désigner la demeure originelle des Anunna est Dukù ou Duku(g) ("saint monticule"). Avant de débarquer sur la Terre et de résider dans le Kharsag, dans les montagnes du Taurus (Turquie), les Anunna vivaient clairement sur le Dukù, un lieu céleste inconnu.

 

Cela impliquerait que les dieux sumériens Anunna seraient à nos yeux des extraterrestres, ce qui est impensable et inacceptable pour de nombreux historiens, sumérologues et auteurs. L'importance du Dukù est telle que ce même nom fut donné en Mésopotamie aux temples et terrasses consacrées aux dieux.

Il n'y a aucun rapport entre Neberu et le Dukù, aucun rapprochement entre ces deux lieux cosmiques sur les tablettes mésopotamiennes.

 

Par contre, la présence de la constellation des Pléiades sur de multiples tablettes d'argile, est confirmée par de nombreux spécialistes. Les Pléiades sont souvent présentes auprès des dieux ou de vaisseaux volants. Cette constellation se nomme MUL-MUL, litt. " la constellation des constellations ". De mon point de vue, ce nom est très approprié pour nommer un lieu d'origine.

 

 

GMH :

Alors qu'est-ce que Neberu selon vous, et d'où provient cet astre ?

 

Anton Parks :

Les tablettes mésopotamiennes indiquent que Neberu est un astre nomade qui bouleversa périodiquement les affaires des dieux et des humains. Son origine est "le lieu de la bataille céleste". Cette localisation est extrêmement importante, car elle nous rappelle la symbolique de l'arbre Išed, le pivot éclaté de l'horizon ou celui de l'éclatement de la colline primordiale des ancêtres chez les anciens Egyptiens.

 

Cette idéologie suggère que le sacrifice de cet arbre permet la sortie d'un serpent céleste qui n'est autre qu'Horus. Or le seigneur Horus se dit Neb-Heru en ancien égyptien.

 

Quant à l'arbre Išed, les spécialistes de l'Egypte ancienne savent qu'il s'agit d'une image d'Osiris. L'arbre Išed tourne autour d'un thème mythologique récurrent qui est celui d'une bataille perpétuelle entre les forces osiriennes et les forces sethiennes. Le Seigneur Horus (Neb-Heru), fils de l'arbre sacré, assure un rôle de guetteur et de protecteur.

 

Ses allées et venues autour de l'arbre mourant déterminent la bonne course du soleil. Lui-même est considéré comme étant un nouveau soleil. Nous sommes exactement dans la même thématique que l'astre Neberu mésopotamien qui semble effectuer des allers et retours vers la Terre et qui s'illumine, lui aussi, comme un nouveau soleil lorsqu'il apparaissait dans notre ciel.

 

Pour déterminer un peu mieux les acteurs célestes qui ont créé le drame cosmique à un moment donné de l'histoire terrestre, il faut se pencher sur la littérature chaldéenne. Chez les Assyriens et les Chaldéens qui étaient de grands astronomes, MUL-GE6 (litt. "astre noir") était "le maître de l'enfer" ou encore "le maître des abysses".

 

Les traces de cette colline de l'horizon égyptienne est parfaitement identifiable dans les formules chaldéennes sous la forme de cette Mulge qui est le maître de l'abîme inférieur, là où descendent les morts. Elle est la montagne de l'occident, où se couche le soleil. L'entrée des enfers est à proximité de cette montagne céleste, mais au-delà des eaux du grand réservoir de l'océan astral. La planète Vénus est son éclatant prolongement dans le ciel :

 

" La grande montagne Mulge, dont la tête égale les cieux. Le réservoir sublime des eaux [baigne] ses abysses. Entre les pays, elle est comme un buffle puissant qui se repose. La corne, comme un rayon de soleil, étincelle comme l'étoile du ciel qui annonce Dilbat (Vénus), achevant son éclat ".

Traduction Don Moore, tiré de W. A. I. IT, 27, 2

 

Nous savons que dans la littérature égyptienne, Osiris règne sur le monde des morts et que sa forme mésopotamienne (le dieu Enki-Éa) est le maître des abysses. Mulge est un astre qui n'existait plus à l'époque de Babylone, mais qui, dans l'inconscient collectif, symbolisait la mort et la destruction.

 

L'idée que cette montagne céleste, que cet astre noir, ait apporté son ombre sur la Terre ressort clairement des textes chaldéens :

 

"Ô toi qui ombrages, seigneur et qui répands ton ombre sur les pays. Grande montagne, dieu-père Mulge, qui répands ton ombre sur les pays. Pasteur qui règle les destinés, qui répands ton ombre sur les pays. […] Mulge, Pasteur [véritable], seigneur de la totalité des pays, Pasteur [véritable], seigneur de la totalité des anges".

Traduction Don Moore, tiré de, W. A. I. IV, 23, 1

 

En fait, c'est le fils de Mulge que la littérature chaldéenne dénomme En-Zuna ou encore Nin-Dar ("le seigneur qui fracasse" en sumérien), qui est le véritable responsable des bouleversements terrestres. Il est "la peste personnifiée, qualifiée de fils favori de Mulge, engendré par Nin-ki-gal" .

 

Ninkigal ou Ereskigal n'est autre qu'Isis-Hathor, la déesse du grand bas, comme je le démontre dans mes différents ouvrages. Le fils de Mulge (Osiris) est donc bien Horus, c'est-à-dire Neb-Heru.

 

Nin-dar est le Soleil nocturne, le soleil qui se cache dans le monde inférieur pendant la moitié de sa course. Il est l'équivalent du Ra'af égyptien, le soleil noir, nom donné à Osiris après sa mort et à sa prolongation, son fils réincarné en lui-même : Horus.

 

Nin-dar doit triompher des ténèbres, c'est pour cela qu'il est le dieu guerrier par excellence. Régulateur du temps et des heures terrestres, il influe sur les mouvements et la vie des dieux et de l'humanité : "Nin-dar, seigneur, fils de Mulge, mesure et juge. […] Nin-dar, seigneur, fils de Mulge, décide la destinée" (W. A. I. IV, 13, 1).

 

Aussi précis soient ces extraits, il ne faut pas perdre de vue que les Assyriens et Babyloniens avaient la fâcheuse habitude d'employer des informations astronomiques plus anciennes (au moins d'époque sumérienne) et de les insérer dans leurs catalogues sans le spécifier pour autant, ce qui nous a parfois procuré des catalogues astronomiques assez confus. Cette information est capitale.

 

Dès mon deuxième ouvrage, j'ai démontré que la fameuse Mulge éclatée serait en fait la ceinture d'astéroïdes qui se trouve entre Mars et Jupiter. Si nous suivons le déroulement historique retracé dans les Textes des Pyramides égyptiens, Osiris serait mort peu de temps avant ou pendant l'éclatement de la colline primordiale et la venue de "l'œil du son", un planétoïde dévastateur que l'on retrouve dans les textes du temple d'Edfu en Egypte.

 

Une association évidente a été faite entre la mort d'Osiris (et plus tard son corps fragmenté) et les milliards de débris qui constituent les restes de cette ancienne Mulge suméro-chaldéenne.

 

Dans mes différents livres, je soutiens également que l'ancien satellite de Mulge (sa lune ou son fils) serait la planète Vénus avant qu'elle ne se place à l'endroit qu'on lui connaît aujourd'hui. J'ai compilé pas mal de légendes du monde entier qui prétendent ou sous-entendent que la planète Vénus aurait bougé plusieurs fois dans le système solaire avant de se stabiliser et qu'elle aurait provoqué des problèmes climatiques sur la Terre.

 

C'est pourquoi, par un étrange et heureux hasard, la planète Vénus (l'Etoile du Matin) est associée à Horus et à tous les rois d'Egypte, eux-même étant une image d'Horus et donc de Vénus dans la pensée de l'Egypte ancienne.

 

Il existe de nombreuses similitudes entre Vénus et Horus. Après la destruction de Mulge aujourd'hui la ceinture d'astéroïdes, son satellite Vénus a été éjecté de son orbite et a cherché à se stabiliser dans le système solaire, tel Horus, né de son père Osiris assassiné, cherchant à s'imposer et à trouver sa place dans un monde en guerre.

 

Le bruit que Vénus émettait et les dégâts qu'elle occasionnait créait la panique chez les humains et les dieux. Comme je l'ai annoncé dans le Testament de la Vierge, Horus, en quête de recouvrer les territoires perdus de son père, ainsi que sa royauté légitime, profitait des passages de Vénus pour attaquer ses adversaires, car les dieux étaient désorganisés lors de ces déluges.

 

Neb-Heru (Horus) était furieux, comme l'était la planète Vénus, errante dans le système solaire, laquelle créait de gros dommages sur ses passages. Une association évidente a été faite entre Vénus et Horus, qui sont tous deux nés en même temps…

 

Mes travaux concernant Vénus sont plutôt en accord avec ceux menés par le Dr Immanuel Velikovsky dans son ouvrage "Mondes en Collision". Le Dr Velikovsky a brillamment remarqué et démontré que la planète Vénus a engendré au moins un cataclysme sur la Terre par le passé et qu'elle n'était donc pas à la place qu'on lui connaît aujourd'hui.

 

La seule divergence entre nous serait la datation possible de la stabilisation de Vénus. Immanuel Velikovsky situe cette stabilisation plus récemment que moi. Ce n'est finalement qu'un détail.

 

GMH :

Si Neb-Heru est la planète Vénus, quelle est votre position par rapport aux rumeurs d'apocalypse de 2012 faisant état de l'arrivée de la planète X appelée aussi la "planète du passage" ? A l'évidence, cette planète X n'est pas Neb-Heru (Vénus)… Alors, quel est cet astre selon vous ? Pensez-vous que nous soyons en danger ?

 

Anton Parks :

Non, je ne pense pas que nous soyons en danger. Le seul danger potentiel étant ce que les grands groupes d'influences qui détiennent tous les pouvoirs et certains groupes dits spirituels vont tirer de ce virus : de la peur et de l'argent, et pour les moins "alarmistes" et intègres, de l'optimisme, malheureusement basé sur une forme de génocide planétaire. Nous allons en reparler plus loin.

 

Le virus Neberu / Nibiru - planète X a été mis sur le marché en 1976, avec le premier ouvrage de Zecharia Sitchin. Désolé de revenir sur ce sujet. Depuis, c'est la foire à l'information, plutôt à la désinformation. De mon point de vue qui ne regarde que moi, il n'y a pas de planète errante Dans le milieu dit new age, la catastrophe à venir serait provoquée par :

 

une planète - une comète - un amas d'astéroïdes - la planète Jupiter qui deviendrait un soleil - un nouveau soleil en approche…

 

Le tout savamment synchronisé sur l'année 2012, précisément le 21 décembre, date tirée du calendrier maya, laquelle correspondrait à la fin d'un cycle.

 

Je précise bien la fin d'un cycle, et non la fin du calendrier maya lui-même, puisque ce dernier fonctionne par cycle : la fin du calendrier revenant à son début à cette date. Le calcul du temps sur une notion linéaire est typiquement occidental, bons nombres d'anciens peuples comme les Amérindiens calculaient le temps par cycles.

 

Je dois ajouter également qu'aucun calendrier n'a jamais prédit l'avenir !

 

Contrairement à ce que de nombreux auteurs new age prétendent, les Mayas n'ont jamais annoncé une fin du monde pour 2012. Leur calendrier s'arrête simplement en 2012 selon nos calculs modernes basés sur notre calendrier grégorien. Autre point que tout le monde oublie d'évoquer, nous ne sommes certains de rien concernant la fixation temporelle du début du compte long du calendrier maya par rapport à notre calendrier occidental.

 

Nous connaissons sa valeur (4 Ahaw, 8 Kumku de l'an 0.0.0.0.0), c'est tout.

 

Avec notre façon de calculer le temps, c'est comme si cette date pointait vers, disons au hasard, les années 80. Mais de quelles années 80 était-il question ? De 1980, de 1880, de 2580, de 3180… ?

 

La date du début du calendrier maya a été déterminée pour l'année 3.114 av. J.-C. par plusieurs experts. Pour des raisons trop longues à expliquer ici, je pense que cette date est plausible, tout du moins, dans une fourchette approximative. Cependant, avec le problème évoqué à l'instant, s'agit-il de 3.114 av. J.-C., ou bien de 3.014 av. J.-C. ou encore de 2.914 av. J.-C. ?, etc.

 

Voici le véritable visage du calendrier maya !

 

Un autre point vient considérablement compliquer le calcul de la fixation exacte de l'année 2012 par rapport à notre calendrier : le moine romain Denys le Petit est responsable de la mise en place de notre calendrier dans la mesure où c'est lui qui a substitué à l'ère de Dioclétien, l'ère chrétienne sur laquelle est fixé notre calendrier occidental.

 

Mais nous savons pertinemment qu'il a confondu les années de Rome et qu'il se trompa en fixant le point zéro de notre ère. Ce qui donne que nous avons entre 3 et 7 ans de décalage. Cela veut dire que si le début du compte long maya était bien fixé par rapport à notre ère, le 21 décembre 2012 serait déjà passé ou bien qu'il serait, dans le pire des cas, pour le 21 décembre 2009…

 

Je vous laisse méditer sur ce point.

 

Revenons à 2012. Pour justifier l'importance de cette date 2012, de nombreuses personnes annoncent qu'à ce moment temporel du 21 décembre de cette année, se présentera un alignement exceptionnel des planètes de notre système solaire. Oui, c'est exact, mais cet événement se produit chaque année, à la même époque, soit chaque 21 décembre.

 

L'astrophysicien Neil deGrasse Tyson (directeur du planétarium Hayden à l'American Museum of Natural History de New York) l'a démontré à la télévision américaine (Fora.tv), le 4 février 2009. Son intervention est disponible en vidéo sur Internet, ici par exemple :

 http://www.youtube.com/watch?v=QJjQMwEjC1I

 

Alors les pros 2012 évoquent un alignement exceptionnel de notre système solaire sur le centre de notre galaxie, ce qui provoquerait des répercussions catastrophiques pour notre Terre…

 

C'est encore exact, nous sommes effectivement dans un alignement que l'on pourrait qualifier "d'alignement sur le plan galactique", mais le lecteur doit savoir que l'éminent astronome Jean Meeus, grand spécialiste des mécaniques célestes, a calculé en 1997 (Mathematical Astronomy Morsels) que cette zone d'alignement s'étend de 1980 à 2016.

 

Nous avons donc largement dépassé la moitié de cet alignement à ce jour et nous avons vécu de nombreux 21 décembre depuis 1980, sans aucune fin du monde ! Nous sommes justement en train de quitter cette zone d'alignement. En fait, l'alignement parfait se serait produit en 1998...

 

GMH :

Pourtant de nombreux chanels ou médiums prédisent une catastrophe en 2012. Pensez-vous qu'ils divaguent tous ?

 

Anton Parks :

Je sais parfaitement que je ne vais pas me faire des amis et que je vais perdre quelques lecteurs en évoquant ce que je m'apprête à dire, mais ce n'est pas bien grave. Au fil des années, j'ai pris l'habitude de ne plus perdre de temps et d'aller à l'essentiel. Si cette démarche fait mal, tant pis, je dirai que c'est un mal pour un bien.

 

La suite dans la partie 2 ici :

 

Nibiru info ou intox ? 2012 info ou intox ? Part 2.

 

 

Commenter cet article

Azzar LUX 21/05/2012 03:19


INTOX ! L'annuaki n'exsite pas, c'est la religion égyptienne, c'est de la propagande sectaire pour mettre en avant NEMROD et donc la culture SEMITE afin de justifier Jérusalem comme
capitale du monde. Anton Park est un comploteur, tout est absolument faux, les babyloniens sont des voleurs !!!

Azzar LUX 04/11/2011 00:37



Evidement que 3600 est une unité de mesure des sumériens, c'est 36 le ZODIAQUE et le CERCLE ! NIBIRU c'est HORUS c'est à dire ORION et ORION (OSIRIS) revient dans le ZODIAQUE ! Anton Parks pour
que perdure l'occultisme !


 



crami25 19/10/2011 02:27



Et bien ça promet...


 


Je passe à la suite.



Volvof 11/07/2010 00:27



Bonne expliquation ! merci d'avoir mis cet article Merlin !


Il y'a quand même un truck qui me chiffonne... si ce que dit ce mec est vrais, que fait-on alors des prédictions de Nostradamus ? sont-elles inéxactes ? et du message de la bible ? le point de
vue de l'auteur à propo du calendrier maya est assez confue pour moi, et puis ne devrait-on pas prendre ne compte les catastrophes qui se multiplient de mois en mois sur notre planète ?


Personnellement je redoute tout de même quelque chose en 2012... mais sa e tient qu'a moi.



Ashely 18/06/2010 16:19



Ok merci beaucoup Merlin !


Et désolée de t'avoir déranger.



clement 17/06/2010 22:58



nabikar je savais merci quand même !! on a du ce croiser sur son forum ^^ amicalement :)



nabilkar 16/06/2010 17:39



citation de clement : "Pour moi passionné des choses inconnues, les livres de Parks on totalement boulversé mes croyances, et pas seulement au niveau E.T... D'ailleur le dernier tome devrait
bientôt sortir... j'ai hâte !!! "


Le 3ème tome "Le réveil du Phénix" va sortir au mois de juillet (encore un peu de patience..hé hé!). Possibilité de le commander avec une dédicace d'Anton (c'est ce que je vais faire).




xavier di xaviera 16/06/2010 16:57



ok pour l'info... quoi qu'il en soit qu'il y est nibiru ou qu'il y est intox, le monde n'a jamais été permanent. La vie est évolution. Alors fin d'un monde ou fin du monde, l'importance que l'on
se donne à cet évenement n'est-elle pas notre égo, à savoir si nous sortirons de cette merde sans petit bobo?


bye. à+



MERLIN 16/06/2010 12:49



Bonjour Ashely,


 


Désolé de répondre après 2 demandes de ta part, mais j'avais oublié...


 


Alors il me semble que le titre c'était : pluie d'une nuit d'été, mais on ne le trouve pas partout !


 


C'est ma copine qui a le CD, et je ne peux pas te dire comment elle l'a trouvée. pour la mettre sur le blog.


 


Bonne chance dans tes recherches, j'espère que tu trouveras...



Ashely 16/06/2010 12:16



Pourrais-tu écrire en commentaire le nom de la musique ? Dsl de te déranger mais elle était super cette musique .



ben 16/06/2010 10:28



"


Comment vais-je faire dans mon « petit écovillage » sur une île lointaine, loin des villes armées de béton et
des fous du business, sans électricité pour brancher mon ordi et sans connexion à  Internet pour  m’informer du monde ?


 


C’est ma « Grande Question » ! Voyez-vous ?... un pied dans ce système économique et l’autre dans le
vide !"


 


Je me pose exactement la même question ^^



clement 15/06/2010 19:46



Apparemment rien de neuf par rapport à ce qui est dit dans les chroniques de Girku...


Enfin j'ai pas encore tout lu !


A ce propos Merlin, si il y en a un qui doit les lire... c'est toi !


Pour moi passionné des choses inconnues, les livres de Parks on totalement boulversé mes croyances, et pas seulement au niveau E.T...


D'ailleur le dernier tome devrait bientôt sortir... j'ai hâte !!!


Merci pour tout tes bon articles Merlin, Heureusement qu'il y a des gens comme toi sur terre pour ouvrir les yeux.


 



elisabeth 15/06/2010 19:13



Très cohérent ! J’adhère ! Enfin, un homme qui ne prend pas les gens pour des idiots et qui parle
ouvertement !


 


Pour le décalage de notre calendrier (3 à 7 ans d’avance), j’étais au courant et c’est pour cela que je ne me suis pas
pris la tête au passage de 2000/2001, sachant qu’il y a d’autres raisons aussi. Il faut savoir qu’il s’est produit quelque chose sur le plan psychologique, me concernant, après ces fêtes de fin
d’année/siècle. Bizarre !... que se soit tombé à cette période ? 


 


À la base, j’étais quelqu’un qui ne réfléchissait jamais et qui prenait la vie comme elle vient.  Et puis, le « Grand Déclic » en ce début du 21ème Siècle… En regardant autours de moi, j’ai constaté à quel point les autres personnes
s’intéressaient aux nouvelles technologies et moyens de communication, telles que l’Informatique et Internet. Je me suis donc informatisée à la maison,… comme tout le monde.  (Et dire, que j’ai vendu les premiers ordinateurs domestiques en France en 1984, AMSTRAD et ORIC, des joujoux sympas)


 


Un jeu d’enfant, le système d’exploitation ; Waouh, Internet ; Géniaux, les Internautes ! C’est comme ça
que je voyais la chose !


 


Jusqu’à l’année dernière que j’ai commencé à comprendre réellement l’importance de ce que j’ai entre les mains.
C’est-à-dire, l’outil dont je ne pourrais jamais me passer, mon « Ordi » !!! C’est grave ?


 


Comment vais-je faire dans mon « petit écovillage » sur une île lointaine, loin des villes armées de béton et
des fous du business, sans électricité pour brancher mon ordi et sans connexion à  Internet pour 
m’informer du monde ?


 


C’est ma « Grande Question » ! Voyez-vous ?... un pied dans ce système économique et l’autre dans le
vide !


 


Si je pouvais avoir des ailes…