Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Merlin...

Le blog de Merlin...

OVNI et toute l'actualité extraterrestre, terrestre, et intraterrestre, toutes les infos cachées et secrètes...


Les rayons cosmiques sont de plus en plus puissants...!

Publié par MERLIN sur 6 Octobre 2009, 10:11am

Catégories : #Découvertes Scientifiques...


Les rayons cosmiques sont de plus en plus puissants...

 

Profitant d'une activité solaire exceptionnellement faible, les rayons cosmiques sont plus intenses qu'ils ne l'ont jamais été depuis les débuts de l'ère spatiale. C'est ce que démontrent les mesures de ACE, un engin lancé en 1997. Les futures missions habitées devront en tenir compte...



 

De mémoire d'homme moderne, le rayonnement cosmique n'a jamais été aussi intense. Installé à 1,5 million de kilomètres, le satellite ACE (Advanced Composition Explorer) tourne depuis 1997 autour du point de Lagrange L1 du système Terre-Soleil. Il analyse en permanence le milieu qui l'entoure pour étudier la couronne solaire, le vent solaire et ce que l'on appelle le rayonnement cosmique.

 

Malgré ce nom, et même si l'on y trouve effectivement des rayons gamma, ce « rayonnement » est surtout un flux de particules, comportant des neutrinos et, surtout, beaucoup de protons et des noyaux, d'hélium en majorité mais aussi d'autres éléments. Initialement accélérées, par des supernovae pour une partie d'entre elles et sans doute par d'autres objets, comme les noyaux actifs des galaxies, elles atteignent de très hautes énergies (on les dit relativistes).

 

Une seule de ces particules, si elle percute au mauvais endroit un circuit électronique d'un vaisseau spatial, peut provoquer de vrais dégâts. Sur un corps humain, les effets ne sont pas négligeables. Durant la mission Apollo 11, Buzz Aldrin a expérimenté le cas de chocs sur la rétine : l'astronaute voyait des flashes lumineux. Pour une exposition plus prolongée, l'effet est celui d'un rayonnement ionisant, comme la radioactivité.

 

L'intensité du flux de noyaux d'atomes de fer du rayonnement cosmique mesurée par ACE dépasse actuellement de 19,4% le précédent record enregistré depuis les débuts de l'ère spatiale.

 

Depuis son poste d'observation, ACE voit l'énergie du rayonnement cosmique augmenter presque linéairement depuis le début des années 2000 et, surtout, continuer à augmenter depuis 2008. Or, ce flot de particules cosmiques aurait dû s'apaiser à cette date du fait de la reprise de l'activité solaire. Le Soleil, en effet, nous protège de ce rayonnement par le champ magnétique géant qu'il fait régner autour du système solaire, dans l'héliosphère. Les particules venues du cosmos sont ainsi déviées ou ralenties.

 

Depuis longtemps, on a remarqué que le rayonnement cosmique reçu au niveau de la Terre diminue quand l'activité solaire est maximale et augmente lorsqu'elle se réduit. Se traduisant par des taches sur la surface, cette activité vivait jusque-là sur un rythme d'environ 10,5 ou 11 ans. Pourtant, depuis plusieurs années, les astronomes observent que le Soleil, après un minimum dans les années 1990, rechigne à se réveiller.

 

Le retard de la réapparition des taches solaires, pour lequel on a peut-être trouvé une explication, se traduit par d'autres phénomènes.

 

Les premières conquêtes spatiales ont peut-être eu de la chance…

 

Le champ magnétique interplanétaire (IMF, interplanetary magnetic field) régnant autour du satellite, habituellement compris entre 6 et 8 nanoteslas (nT), est tombé actuellement à 4 nT. La puissance du vent solaire est elle aussi très faible, comme l'a prouvé Ulysse, une sonde réalisée par l'Esa et la Nasa, qui a tourné autour du Soleil (en survolant les pôles) durant une quinzaine d'années, et qui a mesuré la pression exercée par le vent solaire.

 

Enfin, un troisième phénomène serait en cause : l'aplatissement de la couche de courant héliosphèrique. Cette énorme structure d'environ 10.000 kilomètres d'épaisseur s'étend jusqu'à la ceinture de Kuiper, au-delà de Pluton et correspond à la zone où la polarité du champ magnétique solaire s'inverse. Elle est constituée de particules chargées et ondule comme un voile de part et d'autre du plan de l'écliptique.

 

Cette structure ondulante modifie la trajectoire du rayonnement cosmique et, quand elle s'aplatit, comme elle le fait actuellement, ces particules du rayonnement cosmique peuvent plus facilement s'approcher des planètes.

 

 « Si la couche de courant héliosphèrique continue à s'aplatir, affirme Richard Mewaldt, du Caltech, un des chercheurs impliqués dans cette étude, le flux cosmique grimpera à 30% au-dessus du précédent maximum connu. »

 

Avec son champ magnétique personnel, la Terre nous protège efficacement contre ce flux cosmique et le taux actuel reste modéré. On sait, toutefois, que dans le passé ce flot a été jusqu'à trois fois plus intense. En percutant les atomes de l'atmosphère, ces particules à hautes énergies, en effet, créent parfois des isotopes du béryllium (10Be), que l'on retrouve dans les carottes glaciaires.

 

En fait, les débuts de l'ère spatiale se sont peut-être déroulés durant une période où ce vent cosmique était exceptionnellement calme et, avance Richard Mewaldt, « nous pourrions actuellement revenir à une situation normale à l'échelle des siècles ».

 

On savait déjà que le rayonnement cosmique représente un danger pour les vols habités, mais pour des missions longues, par exemple vers Mars, il faudra peut-être, alors, revoir les protections à la hausse.

 

Source : Futura-Sciences

 

Il faut tout d’abord bien comprendre que ces explications sur l’origine des rayons cosmiques, ne sont que des suppositions et des hypothèses de scientifiques, avec aucune certitudes absolu.

 

L'origine de la provenance de ces particules de hautes énergie est encore en partie un mystère, Fermi nous donne l'hypothese des supernovae, mais d'autres pensent au noyau des galaxies, aux trous noirs, aux sursaut gama, hypernova, etc comme origine possible, tout ca pour dire que nous n'en savons rien de rien finalement !

 

Tout comme nous ne connaissons à peine 10% de nos océans sur terre, nous ne connaissons à peine que 1% des mystères de l'univers, malgrés ce que nous déclare la science officielle.

 

Ensuite que penser de ces explications un peu abracadabranc pour expliquer cette étrange augmentation des rayons cosmique, car justement ces derniers temps des découvertes sur des ‘’ objets ‘’ mystérieux et complétement inconnus se font jour dans l’univers. Et d’anciennes découvertes  ‘’ d’ojets ‘’ mystérieux ne sont toujours pas expliquées.

 

Par exemple que penser de cette Découverte d'un objet céleste gigantesque ...!

 

N'oublions pas également la super connexion Terre/Soleil toute récente qui à sans doute à voir avec ces afflux d'astro- particules, voir en détail ici :

La Mystérieuse récente : Super Connexion Terre / Soleil…, en effet les cinq sondes spatiales Thémis ont observé, dans le champ magnétique terrestre, une brèche 10 fois plus large que tout ce qu’on avait pu imaginer jusqu’à présent.

 

Les vents solaire peuvent s’y engouffrer pour ‘’ charger ‘’ la magnétosphère de puissantes tempêtes géomagnétiques. Mais cette brèche n’est pas en sois, ce qu’il y a de plus étrange, les chercheurs sont stupéfaits de découvrir sa forme inhabituelle qui remet en cause les idées recues sur la physique de l’espace.

 

Selon Wenhui Li et Jimmy Raeder, deux physicines de l’université de New Hamppshire, la brèche avait quatre fois la largeur de la Terre, et il s’y engouffrait 1 027 particules par seconde.

 

L’événement a commencé brusquement par une petite bouffée de vent solaire qui a établit un faisceau de champ magnétique du Soleil à la Terre. Puis à la manière d’une des tentacules d’une pieuvre autour d’une palourde, d’autres faisceaux ont entouré la magnétosphère et l’ont fragmentée selon un processus dit de ‘’ reconnexion Magnétique ‘’.

 

Loin au-dessus des pôles, les champs magnétiques du Soleil et de la Terre sesont connéctés et ont formé des conduits ouvert aux vents solaire. Les conduits de l’Arctique et de l’Antarctique se sont développés, en quelques minutes ils ont coiffé l’équateur, et ont engendré la plus grande rupture magnétique jamais enregistrée par des sondes spatiales.

 

Les chercheurs ont été surpris par l’ampleur du phénomène, la magnétosphère était complétement ouverte du coté du jour ! 

 

Les circonstances aussi étaient inatendues. Les physiciens ont longtempscru que les trous dans la magnétosphère ne se produisaient que lorsque le champ magnétique du Soleil était orienté vers le pôle SUD.  

 

Or la brèche la brèche de juin s’est produite alors que ce champ pointait vers le Nord.  

 

 «  Pour le profane, explique Sibek, cela peut sembler anodin,  mais pour physicien, c’est bouleversant, mes collègues avaient peine à y croire, comme si je leur avait annoncé que le Soleil se lève à l’ouest. »

 

Raeder explique que les années à venir pourraient s’avérer mouvementées : 

 

« Nous entrons dans le cycle 24. Pour des raisons encore inexpliqués, lors des cycles pairs les EMC frappent généralement la Terre avec une orientation magnétique Nord. Parreilles EMC devraient ouvrir une brèche et charger la magnétosphère de plasma juste avant le début d’une tempête.   

 

Les conditions sont mures pour un événement majeur.  »

 

Sans oublier cet " obejt " mystérieux découvert récemment également et qui bombarde la terre délectrons de haute énergie et qui serait composé selon une équipe de scientifiques de " matiere obscure ", voir en détail ici :

La terre bombardée d’électrons par un objet mystérieux… ,

 

"La source de ces électrons ‘’ exotiques ’’ doit être relativement proche du système solaire, à un kiloparsec au plus", affirme le co-auteur de la découverte Jim Adams, du Centre spatial Marshall de la Nasa.  

 

Certains auteurs estiment que la source mystérieuse se situe à seulement quelques centaines de parsecs du système solaire. Un parsec équivaut à trois années-lumière, alors que le diamètre de notre Galaxie est d'environ 30.000 parsecs.

 

Sans oublier le centre de notre galaxie avec SagittariusA qui émet des ondes radios mystérieuses, et dont on ne sait presque rien non plus.

 

Le centre de notre galaxie abrite un objet super compact de très grande masse nommé Sagittarius A qui serait selon les scientifiques probablement un trou noir supermassif. D’ailleurs, ils pensent que la plupart des galaxies contiennent un tel ‘’ objet compact ‘’ en leur centre. ( ce qui justifie amplement les théories de JPP).  

 

Ce ‘’trou noir’’, est une source intense d'ondes radio, située dans la constellation du Sagittaire et localisée au centre de notre Galaxie.  

 

Mais la encore on reste dans la supposition la plus totale en parlant de trou noir, car comme les comètes qui viennent expliquer tout ce que l’on n’arrive pas à comprendre sur le passé de  notre Terre, ou dans le système solaire, parreillement les trous noir viennent au secours des scientifiques, dès qu’ils buttent sur une constatation totalement inconnue pour l’univers.

 

La masse de Sagittarius A est estimée environ à  4 millions de masses solaires, confinées dans un rayon de moins de 120 unités astronomiques. Et malgrés tout ce que l’on nous raconte en balivernes, on ne sait abolument rien sur SagittariusA.

 

Sans parler du ‘’Gand Attracteur ‘’, qui attire notre galaxie toute entiere et nos voisines également, et dont on ne sait ABSOLUMENT rien de rien.

 

La très grosse concentration de masse vers laquelle notre Galaxie est attirée a été appelée le "Grand Attracteur". Malheureusement on ne sait pas encore ce que c'est ni où c'est exactement. La recherche continue...

 

Notons au passage que non seulement notre galaxie n’est pas attirée en son centre, par ce sois disant trou noir Sagittarius A, mais elle n’est pas non plus en expansion. Elle est belle et bien attirée par ce ‘’ Grand Attracteur ‘’ totalement inconnu, et mystérieux…

 

Signalons tout de même, que selon la théorie de la relativité générale : les galaxies sont au ‘’ repos ‘’  alors que l'Univers entier est en expansion.

 

Alors d’ou proviennent ces rayons cosmiques si intenses en ce moment et comment, et pourquoi… ?

 

On sait que tout est relatif dans l’univers, rien n’est fait au hasard, et tout à un lien. Alors n’oublions pas que nous croiserons bientôt (2012) le centre de notre galaxie un événement tellement exceptionnel, qu’aucun être humain ne l’a jamais vécu, et pour cause, cet événement n’a lieu que tous les 250 millions d’années, il n’a eu lieu que 18 fois depuis la naissance supposée de notre planète il y a 4.5 milliards d’années.

 

Pour conclure on sait que la fin du calendrier Maya aura lieu le 21/12/2012, et qu’en ce moment même se produisent ici bas sur notre Terre des évènements totalement nouveaux, mais pas seulement ici bas, des évènements complétement inconnus se déroulent partout dans notre système solaire, et dans notre galaxie même, alors nous pouvons être certain que tout cela suit et découle d' un mouvement UNIVERSEL  bien réglé, et auquel nous devrons être confronté tout prochainement pour notre plus grand bien à tous…

 

Allez à vous de juger, car la conclusion n’est que la mienne, et ne vaut que pour moi…
Commenter cet article

Zorg 06/07/2011 11:53



Je vous renvoie à la page "Moscow Neutron Monitor" à http://cr0.izmiran.rssi.ru/mosc/main.htm.


Il s'agit d'une mesure de la variabilité des rayons cosmiques.


Depuis environ 2007, les variations de flux se sont fortement stabilisées



Condorito 08/05/2011 00:27



Bonjour.


 


L'aimant répond aux questions que l'humanité se pose.


Ce que vous appelez "rayonnement cosmique" est en fait le mouvement de matière qui se fait depuis l'espace sans fin.


Cette pression (qui est magnétique) compresse les particules et condense le fluide de l'univers en donnant naissance à d'autres particules.


Les astres sont des aimants tout comme les particules; ils possèdent les mêmes particularités. La Terre a une magnétosphère qui compresse les particules se trouvant dans les corps; car les
particules sont faites de ce fluide et l'essence ne peut les traverser.


Tous les systèmes solaires de l'espace fonctionnent de la même manière et autour de chacun d'eux se trouve toujours une planète a bonne distance pour engendrer le cycle de l'eau et produire la
vie.


Il y a donc autant de planètes Terres qu'il y a d'étoiles dans l'univers qui n'est pas en expansion mais éternel, par l'équilibre constant entre essence intégrée (la matière - depuis la particule
élémentaire) et l'essence désintégrée (l'éther subtil).


Ceci permet l'existence sans limite si équilibre il y a.


 


; )


Paix


 



gisele latour 06/01/2011 23:20



Bonjour,


Je viens de lire sur votre site à propos des rayons cosmiques.  Ca fait environ 3 ans que je suis devenue très sensibles et je vois à l'oeil nu ce qui m'apparait comme des rayons cosmiques
atteignant la terre.  Souvent elle m'apparaissent comment des rayons de différents envvergues, verticales ou obliques.  Comment puis-je vérifier si c'est bien ce que je vois?

Merci.



Crami25 26/12/2010 01:03



Encore une énigme au programme spacial. Ca ne manque pas...



Bricktal 17/07/2010 07:07



J'ai une petite formulation à faire ici... oui il est vrai je l'ai lu sur un site internet d'astrophysique russe. Ils n'ont pas le monopole de la vérité absolue mais elle vaut ce qu'elle vaut.


Et si ces dits rayonnements étaient responsables parmi nos semblables de la Fameuse combustion humaine spontanée??


Sur quoi se basait l'article russe en question pour l'affirmer? Ben je n'ai plus le lien web(crash d'ordi antérieur)...en gros cela partait d'une observation faite par un biochimiste et d'un
géologue russe en expédition sibérienne pour une toute autre raison. Ils ont été témoin de l'arrivée d'une telle décharge spatial.. au sol proche de l'endroit où ils se trouvaient. Ils ont
raconté avoir vu de l'eau sur un étang se vaporiser soudainement comme si un immense feu aurait fait bouillir l'eau et que les plantes sur le bord de l'eau s'étaient désséchées presque
instantanément comme si elles brulaient elles aussi.


Pourquoi des immeubles ailleurs sur la planètes ne sont pas affectés alors? Bonne question ça... cela passe au travers du solide peut-être(vaisseau spatial tel que dit dans l'article) mais cela
réagit avec le liquide.. eau, plantes.. et humains.. ces accidents ne sont d'ailleurs pas tous rapportés mais il s'en produit régulièrement.. au hasard..  les 2 scientifiques russes disaient
qu'ils avaient rapportés cela à un astrophysicien qui lui rapportait justement certains types de rayonnement haute énergie qui frappait la terre régulièrement.


La terre tourne sur elle-même et comme le dit l'article il arrive que ces rayons soient déviés par la magnétosphère du soleil.. donc que l'endroit où ils pourraient tombés est un peu comme une
loterie spatial... certains y gagnent une notoriété immédiate et très médiatisés en étant combustionné immédiatement sur place.


voilà... est-ce que l'explication pourrait se tenir?


comme le dit merlin.. vous êtes seuls juges ici.


mais cela est garanti que c'est une des seules loteries à laquelle aucun humain ne voudra participer et en tout premiers les lecteurs de ce blog.



Merlin 18/01/2010 19:40


La source est pourtant bien citée ; Source : Futura-Sciences


Pigloo 18/01/2010 19:24


C'est bien rédigé tout ça, mais... d'ou viennent les sources? Internet n'est pas un lieu de science exact et je pense que beaucoup de ce texte viens de là. Il y a énormément d'inepties dans ce
texte. Des évenements encore jamais détéctés a nature d'homme ? ou peut etre que la technologie avant ne le permettais pas... J'attend avec impatience 2012 pour voir la tête de tout les
supersticieux le lendemain du "jour dit"... Je ne dis pas ça contre les supersticieux puisque si c'était la fin du monde à cette date j'en serais le premier ravie. Wait and see


Michel RIEDEL 06/10/2009 18:37


UN DETAIL...
Lorsqu'on accélère des hadrons aux alentours de 250 GeV (ce qui était l'énergie disponible pour les rares biologistes utilisant les capacités du SPS du CERN dans les années 1980 !), on mesure
une RBE de ces particules autours de 1. Ce chiffre de 1 est obtenu lorsqu'on utilise un des test classiques mis au point pour cela (croissance des apex racinaires de Vicia faba ou comptage des
"micro-noyaux").
Ceci signifie alors que les particules en question ne sont guère plus dangereuses (...et en particulier pour les "cosmonautes" des vols habités...) que les rayonnements gamma. 

Cependant, lorsque un autre "test" est employé (mortalité des individus irradiés à J+70) la RBE passe de 1 à 70 !!!

Souvenez vous qu'à cette époque les résultats des premières expériences de survie des plantes ou des cultures de tissus in vitro devaient servir d'argumentaire contre ceux qui défendaient l'idée
que les vols "habités" n'étaient ni indispensables ni "éthiquement" corrects. par ailleurs une part des financements provenaient alors des industriels qui espéraient envoyer dans l'espace des
cellules vivantes productrices de molécules à grand intérêt pharmaceutique. Las !

N'ayant pas alors l'autorité pour imposer la description de ces résultats  je n'ai pu obtenir qu'un banal ..."quelques anomalies ont été enregistrées" dans la conclusion de l'article en
question. Surtout ne pas faire de vagues... Ceci n'a d'ailleurs pas empêché le démantèlement, juste après, du petit groupe de chercheurs concernés. Priorités à la Physique, ça c'est de la
"Big Science" et que les radiobiologistes aillent donc voir ailleurs... Là il n'y a rien à voir !
Cependant oui, effectivement vous avez bien raison de vous inquiéter de la sécurité des hommes des prochains vols habités et cela d'autant plus qu'en renforçant certains blindages on
pourrait fort bien arriver au pire (gerbe induite par quelques particules issues du blindage) juste derrière la fameuse "protection".

 International Journal of Radiation Biology

1981, Vol. 39, No. 5, Pages 559-563



 


The Biological Effect of Very High Energy Hadrons
J. Baarli, M. Bianchi, I. Diehl-Marshall, R.C.
Raffnsøe, M. Riedel, D. Sotirious, A.H. Sullivan and J.W.N.
Tuyn‌

1CERN, Geneva, Switzerland


2State Institute of Radiation Hygiene, 1345, Osteras, Oslo, Norway


3Kernforschungszentrum Karlsruhe, Institut für Kernphysik, 7500 Karlsruhe, Postfach, 3640, Federal Republic of Germany


4School of Medicine, University of Athens, Goudi, Athens, 609, Greece


 




Summary


The meristems of Vicia faba bean roots were irradiated at different depths in water in a 250 GeV/c positive hadron beam from the CERN Super Proton Synchrotron (SPS). The
growth during the 10 days following irradiation was determined and compared with results obtained from 60Co gamma-ray exposures. The data indicate a Relative Biological
Efficiency (r.b.e.) near to one, independent of the contribution of secondaries to the dose. However, some anomalies in the radiation response of the irradiated beans were noted.





LA COTENTINE 06/10/2009 16:39


j'espère que ce sera pour notre bien...mais dans le cas contraire...carpe diem...parce que dans ces conditions, il semble ridicule de faire des plans à 20 ans...et ça...ça me convient..vivre chaque
journée comme si elle était la dernière...