Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Merlin...

Le blog de Merlin...

OVNI et toute l'actualité extraterrestre, terrestre, et intraterrestre, toutes les infos cachées et secrètes...


Vous avez des parts sociales de votre banque ? vous êtes alors dans la merde !

Publié par MERLIN sur 15 Février 2016, 17:27pm

Catégories : #société

Vous avez des parts sociales de votre banque ? vous êtes alors dans la merde !

On a tous entendu un jour notre banquier nous proposer de prendre des parts sociales de la banque, et pour la plupart on s'est dit : bah pourquoi pas, après tout je risque rien, et c'est un placement comme un autre, sans aucun risque, et cela me permet de diversifier un peu mes avoirs etc, sauf que...

La petite musique qui adoucit les peurs...

En dépit des signes évidents du naufrage généralisé de l'économie mondiale, certains continuent à croire (ou à vouloir nous faire croire !) que tout va bien. Le bateau coule, mais tant que l'orchestre continue à jouer, il n'y a pas de raisons de s'inquiéter.

Disons les choses simplement : les marchés financiers de la planète toute entière sont en train de s'effondrer. Non seulement sous leur propre poids, en raison de la spéculation "no limits" vantée par tous y compris par les plus hautes instances européennes, mais aussi et surtout à cause de l'interdépendance indémêlable de tous ces marchés entre eux, à commencer par le marché bancaire.

Rappelez-vous, en 2008, tout le système a failli exploser à cause d'une surexposition des banques sur le marché des subprimes. Quatre ans plus tard, c'est l'imprévoyance de ces mêmes banques face à leurs investissements en Grèce qui a bien failli les perdre. Et aujourd'hui, après avoir prêté sans compter au marché pétrolier qui les faisait saliver avec un baril à plus de 100 dollars, les voilà réduites à regarder le monde s'écrouler autour d'elles en faisant mine de ne pas s'en inquiéter.

Mais au contraire, nous devons nous inquiéter. Même si François Villeroy de Galhau, le gouverneur de la Banque de France lui-même, est obligé de monter au créneau pour dire sur BFM ou dans le Figaro que "les banques françaises sont deux fois plus solides qu’avant la crise financière" de 2008. Même si on aimerait bien croire, nous aussi, que les gens qui font tourner le monde avec notre argent savent ce qu'ils font. Rendons-nous à l'évidence, ce n'est pas le cas.

Aucun des modèles qui faisaient la fierté de nos économistes et analystes de tout poil ne fonctionne plus désormais. Qu'il s'agisse des formules presque magiques leur servant à prévoir l'évolution des marchés, comme des mécanismes visant à réguler les excès et réparer les défaillances du système, plus rien ne marche et toutes les bourses du monde entier sont en train de dévisser malgré ces fameux modèles qui prédisaient le contraire.

Une fois de plus, pourrions-nous dire. Sauf que les crises se succèdent de plus en plus rapidement, espacées de périodes de répit de plus en plus courtes, quelques mois, un an, un peu comme un malade en phase terminale sur qui plus aucun remède n'a d'effet. Alors certes, on entend bien quelques voix s'élever pour tenter de nous faire prendre conscience de la réalité, comme celle de la Banque Royale d'Écosse qui lançait récemment à ses clients un "Vendez tout !" pas vraiment rassurant. Mais c'est une banque, et les banques n'inspirent plus confiance, on ne les croit plus.

De toute manière, la mécanique économique est cassée, elle n'est plus fiable et, pire, elle n'est plus adaptée au monde d'aujourd'hui. Alors on triche, on ment, on SE ment, pour ne pas admettre qu'on fait fausse route. On anesthésie la société moribonde sous une économie de façade, elle aussi plus morte que vive, sur laquelle on a déjà commencé à entreprendre les opérations de maquillage pour masquer sa décomposition.

On fabrique des billets et de l'inflation pour faire croire qu'on est riche ; on se félicite des taux d'intérêt proches de zéro parce que ça pousse à la consommation et que, c'est bien connu, la croissance vient de la consommation ; on se frotte les mains face à un pétrole au plus bas parce que cela favorise les marchés du transport routier et aérien.

Bref, on nous fredonne des comptines rassurantes dont la petite musique vient occulter les raisons de ces déséquilibres, et on préfère positiver sur toutes ces anomalies des marchés, lesquelles sont pourtant les signes précurseurs d'une crise qui pourrait bien être la pire de toutes celles qu'on a connues jusqu'ici.

Des solutions positives existent pour éviter le pire, clairement, mais ça c'est une autre histoire...

Entrons à présent dans le vif du sujet…

 

On a beaucoup glosé ces derniers temps sur le risque de spoliation qui pesait désormais sur les comptes clients supérieurs à 100 000 euros. Mais savez-vous qu’en cas de faillite de votre banque, quel que soit le montant de votre épargne, vous pourriez être amenés à couvrir ses pertes bien au-delà des sommes que vous lui avez confiées, voire à être contraint de vendre vos biens pour payer la note ?

En effet, si vous possédez des parts sociales de votre établissement bancaire, vous avez sans le savoir engagé votre responsabilité financière à des niveaux que vous ne soupçonnez même pas.

Ce n’est pas un simple fantasme tiré du discours catastrophiste de gens voulant vous vendre la fin du monde, c’est une réalité juridique irréfutable et pourtant totalement méconnue des épargnants. Nous avons tous été confrontés, à un moment ou à un autre de nos relations avec notre banquier, à cette proposition d’apparence anodine : « Ah au fait, vous prendrez bien quelques parts sociales de notre banque, histoire de nous montrez combien vous nous faites confiance. C’est garanti sans risque et au moins vous savez qu’on prendra soin de votre argent comme du nôtre. Ah ah ah ! »

C’est surtout bien souvent un énorme mensonge. Car, en prenant ne serait-ce qu’une seule part sociale, vous vous êtes probablement engagés sans le savoir à couvrir l’éventuelle faillite de votre banque sur vos fonds propres. Et cela tient tout simplement à la forme juridique de votre banque.

On a le tort de croire qu’il n’y a qu’une seule forme de banque. Certes, les grands groupes financiers établis en sociétés anonymes existent bel et bien, mais ce statut concerne principalement les banques d’investissement, ou tout au moins celles dont la vocation première n’était pas de collecter l’argent des petits épargnants. Les banques de crédit, en revanche, celles chez qui nous sommes généralement clients, sont très souvent ce que l’on appelle des banques coopératives (ou banques mutualistes, voire coopératives de crédit).

Dans ces banques, vous n’êtes pas juste des clients, vous pouvez également être des sociétaires sous réserve de posséder une ou plusieurs parts sociales de l’établissement en question. Et il ne s’agit pas d’obscures enseignes post soixante-huitardes gérées par des petit comités de bénévoles portant pulls en laine vierge et collier de barbe. Non, nous parlons ici du groupe Caisse d’Épargne / Banque Populaire, des caisses régionales du Crédit Agricole, du Crédit Mutuel, du Crédit Coopératif, etc. Bref, la banque de Monsieur Tout-Le-Monde.

Le texte législatif qui régit le fonctionnement de ces banques date de 1947 et cette loi stipule clairement que les parts sociales ont vocation à supporter les pertes de la coopérative : en cas de faillite de la banque, le propriétaire de parts sociales devra alors « abonder », c’est à dire trouver de l’argent ailleurs pour combler la perte constatée. Et en fonction des statuts de la banque, le détenteur de parts sociales peut s’être ainsi engagé jusqu’à 20 fois la valeur de son apport (au Crédit Mutuel de Bretagne par exemple) !

Ainsi, avec si vous avez une simple part à 20 euros, vous pouvez être amenés à payer jusqu’à 400 euros pour aider votre banque en difficultés. Mais si vous avez choisi de placer un petit bas de laine de 5000 euros par exemple, en pensant que votre argent sera davantage à l’abri dans le bilan de votre caisse d’épargne, il vous faudra peut-être vendre votre maison pour couvrir les pertes en cas de pépin !

Évidemment, la solution pourrait être de revendre vos parts sociales si vous en possédez. La banque a l’obligation de les racheter. Mais là encore, ce n’est pas aussi simple. D’abord vous n’en tirerez rien de plus que leur valeur nominale (mais c’est un moindre mal). Ensuite, si la demande de cession est possible à tout moment, le rachat effectif n’interviendra en revanche qu’après décision du conseil d’administration, lequel statue généralement sur ces questions une seule fois par an.

Enfin, sachez que votre retrait ne vous exonèrera pas toujours de vos responsabilités en cas de faillite, même si celle-ci intervient APRÈS que vous ayez revendu vos parts sociales ; par exemple, pour les ex-sociétaires de la Caisse d’Épargne, leur responsabilité reste engagée à hauteur du montant de leurs parts sociales pendant cinq années à compter de leur date de retrait.

On nous serine régulièrement que nos établissements bancaires sont pour la plupart « too big to fail« , et c’est vrai que jusqu’en 2008, l’éventualité d’une faillite bancaire était hautement improbable. Mais aujourd’hui, même après s’être constitué de confortables matelas de liquidités pour ne plus connaître la déroute d’il y a huit ans, les politiques de réduction des risques engagées depuis quelques années se sont accompagnées d’une baisse notable de rentabilité pour les grands groupes bancaires français.

Et malgré un léger rebond de la demande de crédit des ménages et des entreprises, en raison de la faiblesse des taux d’intérêt, les revenus des banques de détail en France ne cessent de se détériorer. Ce n’est donc pas un hasard si on autorise désormais les banques à ponctionner les liquidités de leurs clients les plus fortunés. Et un défaut massif du secteur bancaire n’est plus du domaine de l’économie-fiction.

Restons à l'écoute…

SOURCE : Jean-François FAURE / L’or et l’argent.info

Comme toujours c'est à vous de juger...

 

 

Cet article a été vu :

Commenter cet article

crami25 27/02/2016 13:45

En effet, ça évolue. Il est maintenant possible d'ouvrir un compte bancaire dans un bureau de tabac... Par contre pour un prêt ou un découvert, c'est un autre souci.

mortimer 16/02/2016 19:47

D'accord, mais lorsque ça chauffera vraiment et que les banques commenceront à sombrer, alors ça chauffera pour tout le monde et j'imagine mal une armada d'agents recouvreurs venir nous dépouiller de nos biens.Ils seront eux aussi dans la même mouise que la majorité des gens.

Les comptes seront tous siphonnés et ca provoquera déjà trés sûrement des bains de sang, mais s'agissant de la confiscation des biens, j'ai un doute.

le brebis galleux blog 17/02/2016 09:13

Ils feront ça en douce ! quelques pour cent...

le brebis galleux blog 16/02/2016 09:28

"c'est à vous de juger" est une expression ridicule ! car tout le monde s'y perd ! Jusqu'à présent PERSONNE N A EU RAISON...ni ceux qui croient en ce système, ni ceux qui n'y croient pas...c'est bien de dire " ce n'est pas une question de SI mais de Quand", cela m'a fait acheter des métaux précieux qui, 4 ans plus tard valent bien moins que le prix que je les ai achetés...tous les jours, les medias alternatifs nous serinent : ça va péter, ça va péter ! Oui, ça va péter, mais le système mafieux de la Fed tient encore...je ne crois plus personne...

ledos 18/02/2016 05:30

tu juges comme tu veux...SI encore tu peux être "juge" Dans le cas contraire tu peux toujours investir dans les metaux precieux,à pertes comme tu l'as déjà fait... un jour tu auras faim , peut etre pourras tu penser que tes métaux précieux auront plus de valeurs que mes légumes C'est moi qui en jugerais...tu as raison ne crois plus personne QUI MANGE DE L OR ,FABRIQUE DES LINGOTS...Même quand tu vois d où ça sort ça n enrichira jamais la terre!