Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Merlin...

Le blog de Merlin...

OVNI et toute l'actualité extraterrestre, terrestre, et intraterrestre, toutes les infos cachées et secrètes...


Extraterrestres et matière noire…

Publié par MERLIN sur 4 Décembre 2018, 19:32pm

La recherche de la vie extraterrestre, passionne l’homme depuis bien longtemps, et la question "sommes-nous seuls dans l'univers ?" obsède depuis toujours l’humanité. Scientifiques comme néophytes sont en constante recherche. Une recherche appuyée par la progression des sciences et de la technologie. La quête continue, mais pour l’instant aucune réponse n’est apparue. Cet article va traiter d’une théorie, qui s’appuie sur des faits scientifiques connus. Mais entrons tout de suite dans le vif du sujet, selon cette théorie, les civilisations extraterrestres seraient présentes et cachées dans la matière noire.

 

La matière noire n’a pas été observée directement et personne n’a été en mesure de déterminer sa composition exacte. D’après les modèles cosmologiques elle représenterait cependant près de 85 % de la masse de l’Univers. En conséquence, nous sommes très loin d’avoir élucidé tous les mystères de l’Univers et notre compréhension du monde qui nous entoure est par conséquent extrêmement limitée.

 

Contrairement à la matière ordinaire, la matière noire n’est pas sensible à la force électromagnétique. De ce fait, elle ne peut absorber, refléter ou émettre de la lumière, ce qui la rend extrêmement difficile à détecter. Les scientifiques n’ont pu déduire l'existence de la matière noire que de l'effet gravitationnel que celle-ci semble avoir sur la matière visible.

 

La matière noire semble représenter une masse environ six fois supérieure à celle de la matière visible, la matière que nous connaissons et qui constitue toutes les étoiles et les galaxies ne représente que 5 % du contenu de l’Univers. On appelle cette matière «  la matière noire » car on ne connaît absolument rien de ce que cela pourrait être ou ne pas être.

 

L'invisibilité n'est plus de la science-fiction…

 

Pas un mois ne passe désormais sans que des chercheurs annoncent avancées théoriques et applications pratiques en matière d'invisibilité. Dans cette quête, dont les retombées économiques s'annoncent considérables, Britanniques, Américains et Français rivalisent pour arriver les premiers. Les brevets commencent à être déposés.

L’invisibilité ressemble à de la magie mais ce n'est que de la technologie…

L’invisibilité ressemble à de la magie mais ce n'est que de la technologie…

Voici l’extrait d’une interview de 2012 du journal le point. C’était il y a 6 ans, alors imaginez ou nous pouvons en être à ce jour, sachant que la science beaucoup moins officielle de nos militaires compte à tout le moins une bonne soixantaine d'années d’avance sur la science dite officielle et ceci dans tous les domaines (recherche & développement, technologie, santé etc) Elle ne laisse que des bribes à la science grand publique.

 

Sébastien Guenneau : On peut cacher une personne en la mettant dans une boîte mais la boîte sera alors visible de tous. Le principe de l'invisibilité consiste à faire en sorte que la personne rendue invisible ne modifie pas la vision de la scène, qu'elle devienne en quelque sorte transparente. On ne voit ainsi ni la personne ni la boîte.

 

Il faut se rappeler que c'est parce qu'un personnage ou un objet réfléchit la lumière que l'œil le perçoit. Il faut donc faire en sorte que les rayons lumineux ne soient pas réfléchis par la personne mais la contournent. On peut par exemple imaginer mettre la personne dans une sorte de sphère pour que les rayons lumineux soient guidés le long des parois de celle-ci et poursuivent leur chemin comme si de rien n'était.

 

Cette sphère, qu'on appelle cape d'invisibilité, a été proposée par John Pendry, de l'Imperial College de Londres, et deux autres chercheurs de l'université Duke, aux États-Unis, dans la revue Science en 2006. À l'époque, cette publication a secoué la communauté de l'électromagnétisme, dont beaucoup de chercheurs demeuraient sceptiques. Depuis, les progrès sont immenses et tous azimuts, sur le plan non seulement théorique mais aussi expérimental.

 

On est aujourd'hui sur le point de fabriquer des capes et tapis pour de la lumière visible. Ils seront constitués de ce qu'on appelle dans notre jargon de métamatériaux, c'est-à-dire des matériaux artificiels qui n'existent pas dans la nature. On peut imaginer que, dans dix ans, les retombées des recherches sur l'invisibilité seront proposées au grand public.

 

 

Ce ne sont pas seulement des équations, nous sommes déjà dans l'applicatif. Nous allons bientôt publier sur la question et nous avons breveté nos découvertes sur le contrôle des ondes mécaniques pour 180 pays.

 

Le concept ouvre sur d'autres possibilités. On peut faire prendre à l'onde un virage à 180 degrés et la renvoyer où l'on veut pour la transformer en énergie, par exemple. Un jour viendra où, grâce à l'invisibilité, on fera faire ce qu'on veut à une onde sans que ses propriétés s'en trouvent affectées. Les métamatériaux vont révolutionner l'électromagnétisme ou l'optique. Si on sait faire parler les équations mathématiques en adoptant le point de vue du photon, on arrive à trouver plein de choses. Ce sont de vieilles équations (Maxwell, Navier-Stokes...), mais elles ont encore à nous apprendre.

 

En janvier, quatre de leurs collègues de l'université Cornell, dans l'État de New York, ont affirmé qu'ils sont parvenus à établir une invisibilité dans le temps. Ils ont fait disparaître 40 picosecondes de l'histoire d'un rayon. Un trou dans l'espace-temps, le temps indétectable. Le Pentagone a pris l'affaire au sérieux et finance les travaux de Moti Fridman.

 

Ce passage nous montre que ce qui était encore impossible et farfelu hier est possible et fonctionne déjà aujourd’hui.

 

Notre civilisation actuelle n’a que quelques milliers d’années d’existence. Imaginons une civilisation dans l’univers avec 10 000 ans d’avance sur nous, et une autre avec 100 000 ans d’avance, et quelques autres avec 1 million d’années d’avance, et un autre groupe avec 1 milliard d’années d’avance sur nous. De quelle technologie pourraient-elles disposer ? De choses que nous ne pouvons sans doute même pas imaginer de nos jours.

 

Pour ces civilisations il est aisé de se dissimuler du spectre visible qui se situe entre 400 et 700 nanomètres entre le violet et le rouge, et également du spectre invisible à savoir l’ultraviolet et l’infrarouge. De ce fait, nous n’avons aucune chance de les détecter de cette façon avec nos technologies actuelles. Ces civilisations bien en avance sur nous peuvent également facilement éviter toute détection d’ondes, d’émissions radio, et autre électromagnétisme et micro-onde.

 

C’est d’ailleurs bien ce que l’on constate avec les ovnis. Ils sont parfois détectés par les radars, mais bien souvent, ils ne le sont pas. Ils sont parfois visibles, mais bien souvent deviennent invisible. Ces êtres extraterrestres disposent d’une technologie qui les rend invisibles à volonté, de sorte qu’ils peuvent nous côtoyer au plus près sans que nous ne puissions les voir, ni deviner leur présence, à la façon de la combinaison du Prédator, ou comme dans le film the darkest hour, dans lesquels les envahisseurs sont invisibles.

Extraterrestres et matière noire…

Vous l’aurez compris, si on parle d’invisibilité, c’est en relation avec la matière noire, que l’on appelle plus communément la matière noire invisible, voire même l’univers invisible.

 

Pour détecter cette matière noire les astronomes utilisent la déviation de la lumière qu'elle produit par sa gravité, un effet baptisé "lentille gravitationnelle", remarquez la similitude avec les explications sur l’invisibilité données en amont. C’est très explicite.

 

Certains pourraient douter de la réalité de cette fameuse matière noire, alléguant qu’il s’agit purement et simplement d’une invention des scientifiques pour faire coller la théorie à la réalité observée. Il faut savoir que de nombreuses expériences scientifiques ont été menées. Elles ont amené la communauté des chercheurs à croire solidement en l’existence de la matière noire.

 

Pour vivre heureux vivons cachés…

 

Pour vivre heureux vivons cachés, cette expression est la morale d’une fable de Jean-Pierre Claris : le Grillon. Tout comme les extraterrestres peuvent se rendre invisibles, leurs vaisseaux le peuvent aussi, comme de nombreux témoignages en font mention. On peut donc supposer sans doute à juste titre, que ces civilisations préfèrent cacher leur localisation en restant indétectables. Indétectable par d’éventuels ennemis, ou par le reste de l’univers. Voilà bien ce dont une civilisation à besoin pour perdurer, prospérer, et survivre.

 

Cette hypothèse pourrait expliquer le fait que nous n’ayons toujours pas détecté de trace d’une civilisation extérieure à la nôtre, que ce soit dans le domaine visible, ou dans le domaine invisible : ultraviolet, infrarouge, micro-onde etc. Il est fort probable que les autres civilisations, plus avancées que la nôtre, se cachent et sont donc indétectable. Sur les milliards de milliards de galaxies et d’étoiles et de planètes qui peuplent l’univers, ce serait, je crois, une erreur d’imaginer que nous sommes seuls.

 

85% de l’univers peuplé de civilisations bien plus en avance…

 

Cette hypothèse ouvre une autre perspective qui donne le vertige. Si la matière noire cache en réalité des mondes habités par des civilisations très en avance sur nous, on peut en déduire que ces civilisations sont beaucoup plus nombreuses qu’on ne l’imagine. En effet, la matière noire est une composante majeure de l'Univers. Elle est six fois plus abondante que la matière visible et représente plus de 80 % de la matière contenue dans l’Univers.

 

Si on extrapole, cela voudrait dire que 85% de l’univers serait peuplé de civilisations bien plus en avance que nous. Nous ferions alors partie des 15% restant, appartenant au groupe des civilisations de type entre 0 et 1 selon l’échelle de Kardachev.  Pour Kardachev, une civilisation dite de « type 1 » est capable d'utiliser toute la puissance disponible sur sa planète d'origine. L'humanité actuelle approcherait ce stade. Une civilisation dite de « type II » est capable de collecter toute la puissance de son étoile.

 

La civilisation de type II surpasse celle de type I par un facteur d'environ dix milliards. Une civilisation de « type III » peut utiliser toute la puissance émise par la galaxie dans laquelle elle est située. Ce type surpasse le précédent par un facteur de dix milliards. Il s'agirait des civilisations les plus anciennes. La théorie de la formation des éléments lourds démontre que des systèmes planétaires peuvent être aussi vieux que les plus anciens objets cosmiques observables.

 

Sachant que cette matière noire n’est pas détectable actuellement par notre civilisation, elle peut donc se trouver n’importe où, et même tout près de nous. Or s’il y a tout près de nous de la matière noire, alors cela signifie que des civilisations extraterrestres très évolués sont également tout près de nous. C’est ce que nous allons découvrir à présent…

 

La Terre entourée d’un bouclier de matière noire…

 

Pourquoi ne détectons-nous pas la présence d’autres civilisations de type 1 ou inférieur ?

Tout simplement parce que ces civilisations ne représentent que 15% de toutes les civilisations de l’univers. En outre, durant leur évolution, la période durant laquelle elles sont détectables par les ondes qu’elles émettent, est très courte et ne dure pas plus d’un ou deux siècles. Rares, et détectables durant une très courte période, il faut un énorme coup de chance pour tomber dessus au bon moment.

 

A noter aussi la curieuse anomalie découverte récemment par le chercheur américain Ben Harris (université du Texas).

 

Ce spécialiste des systèmes de géolocalisation a emmagasiné et analysé neuf mois de données envoyées par les satellites du GPS et de Glonass (le système russe) ainsi que par les premiers éléments de la constellation Galileo, le futur GPS européen. La position des satellites étant connue avec une précision extrême et dépendant du champ gravitationnel terrestre, Ben Harris a tout simplement eu l’idée de peser la Terre avec ! Et là, petite surprise...

 

La masse ainsi obtenue est très légèrement supérieure à celle qui fait référence dans les manuels d’astronomie et d’astronautique. La différence peut sembler minime, entre 0,005 et 0,008 % de plus que prévu. Mais, à l’échelle de la Terre, cela représente entre 300 et 480 millions de milliards de tonnes.

 

Plusieurs raisons peuvent expliquer cet écart : soit il y a une erreur dans les calculs de Ben Harris, soit la référence avait besoin d’être affinée à la hausse, soit ces chiffres révèlent un phénomène réel. C’est cette troisième hypothèse que le chercheur américain a retenue et présenté à la conférence de l’AGU. « Si les satellites GPS ont « senti » la Terre plus massive qu’elle ne l’est en réalité, c’est peut-être, dit-il, parce qu’un anneau de matière noire l’entoure ». Selon Ben Harris, l’objet aurait un peu la même forme que les anneaux de Saturne, moins de 200 kilomètres d’épaisseur et d’un diamètre de 70 000 km.

Extraterrestres et matière noire…

Le scénario de Ben Harris pourrait coller avec une anomalie qui défie la science depuis plus de deux décennies et qui trouve elle aussi sa source dans le proche environnement de la Terre. Le 8 décembre 1990, lors de son voyage vers Jupiter, la sonde Galileo bénéficia de ce que l’on appelle une assistance gravitationnelle de la Terre. Il s’agit d’une manœuvre destinée à profiter de l’attraction de la planète pour modifier la trajectoire ou la vitesse de la sonde.

 

Ce jour-là, tout se passe bien mais les contrôleurs de vol s’aperçoivent que Galileo va un chouïa plus vite (4 millimètres par seconde…) que prévu. Le même phénomène se produit en 1993, en 1998 et en 2005 avec les sondes NEAR et Rosetta. La première gagne plus de 13 millimètres par seconde ce qui n’est pas sans conséquence pour un vaisseau qui va foncer encore deux ans dans l’espace avant son rendez-vous avec un petit astéroïde.

 

L’anomalie, qui ne s’est pas produite lors d’autres assistances gravitationnelles, reste incomprise à ce jour. Mais, en 2009, dans un article publié par Physical Review D, le physicien des particules américain Stephen Adler émet l’hypothèse que cette bizarrerie pouvait trouver son origine dans un anneau de matière noire centré sur la Terre. La probabilité pour que le scénario tienne la route prend donc consistance.

 

Des civilisations de type II ou III, nous surpassant technologiquement par un facteur de 10 ou 20 milliards, pourraient avoir mis en place un tel bouclier autour de notre planète, ou de chaque planète de type inférieur pour les isoler du reste de l’univers, ces civilisations disposant d’une puissance énergétique et technologique sans limite puisqu’ émise par la galaxie et l’univers lui-même. Dans ces conditions rien ne leur est donc impossible.

 

Quel serait l’intérêt d’isoler certaines planètes de type 1 ou inférieur ? Difficile de répondre à cette question, mais prenons l’exemple positif de la chose.

 

Un isolement nous serait imposé pour nous protéger de menaces diverses et variées, par exemple contre des races extraterrestres belliqueuses qui pillent les planètes rencontrées et déciment les êtres qui y vivent pour s’en approprier les biens. Ou pour nous protéger de l’extérieur, afin que nous évoluions sainement sans perturbations extérieures, en nous laissant évoluer dans un système fermé, et clos. La Grande Communauté Galactique serait pleine de bonnes intentions envers notre humanité, et toutes les civilisations inférieures. Ça c’est la version bisounours. Voyions maintenant d’autres versions.

 

L’humanité, une race en isolement galactique ?

 

Notre planète aurait été dans un très lointain passé, désignée comme une sorte de lieu où l’on place à l’isolement des êtres pour une raison ou pour une autre. Cela voudrait dire, que nos ancêtres étaient partie intégrante de cette Grande Communauté Galactique, ils en ont été exclus pour une raison inconnue (suite au fameux péché originel ?) Puis chassés ou exclus du « paradis » ?

 

Ce n’est pas facile à accepter, ni même à envisager pour certains, car cela nous place très loin de l’image de « l’homme être de lumière », créature privilégiée de dieu comme les religions le prétendent. Si un tel lieu d’isolement devait être choisi au niveau de la galaxie, il devrait logiquement se situer loin du centre civilisé et cultivé le plus peuplé.

 

Nous pouvons aussi voir notre isolement comme une façon de mieux contrôler notre évolution afin de nous amener vers un but bien précis.

Extraterrestres et matière noire…

De fait, nous ne pouvons que le constater, notre système solaire réside en dehors des zones riches en étoiles concentrées autour du centre galactique. A l’échelle de la planète, la première barrière est la ceinture de radiations de Van Allen. Cette zone toroïdale de la magnétosphère de la Terre entourant l'équateur magnétique contient une grande densité de particules énergétiques. C’est une double, voir triple barrière. Une exposition, même de courte durée, aux parties les plus intenses de ces ceintures de radiations peut être fatale pour tout être vivant. Toutes les missions Apollo auraient donc eu beaucoup de chance...

 

Il y a ensuite la ceinture d'astéroïdes située juste après Mars. Elle constitue une autre barrière que nous devons franchir si nous voulons explorer notre système solaire. Mais au-delà, une seconde ceinture, appelée ceinture de Kuiper, limiterait, elle aussi, notre déplacement. Cette zone en forme d'anneau est similaire à la ceinture d'astéroïdes, mais plus étendue, 20 fois plus large et 200 fois plus massive. Au-delà encore se trouve une dernière ceinture que l’on appelle le nuage d'Oort. Puis, arrive ensuite la limite externe du nuage d'Oort, formant la frontière gravitationnelle du Système solaire. Enfin il y a l'héliopause, la limite magnétique du Système solaire définie par l'arrêt des vents solaires (ils deviennent plus faibles que le vent galactique).

 

Au cas où nous arriverions à franchir tous ces obstacles, des barrières supplémentaires existent. Au-delà de l'héliopause, s'étend en effet une onde de choc, une zone de plasma laissée par le Soleil au cours de son trajet à travers la Voie lactée. Aucune sonde spatiale n'a dépassé l'héliopause et les conditions dans l'espace interstellaire ne sont pas connues. On sait assez peu à quel point l'héliosphère protège le Système solaire des rayons cosmiques, ou pour faire simple, à quel point l’héliosphère nous isole de la galaxie.

 

Si nous voulions explorer et tenter une sortie par la source même de notre système (le Soleil) nous serions bloqué là aussi. En effet la chaleur dégagée par le Soleil augmente au fil du temps. Plus nous évoluons technologiquement plus la chaleur augmente rendant de plus en plus difficile toute approche, même si bien sur cette augmentation de chaleur se déroule sur des milliers ou millions d’années. De plus la zone située entre le Soleil et Mercure fait toujours l'objet d'études. Elle est très mal connue, et reste pour nous un mystère de plus à élucider.

 

On le voit donc, pas facile de s’« évader », sans acquérir des technologies et des vaisseaux capables de se déplacer aux limites de la vitesse de la lumière, et capables de traverser toutes ces ceintures et boucliers.

 

On peut supposer que le Soleil est la porte d’entrée pour intégrer ce système. Cela expliquerait les anomalies observées aux abords de celui-ci.

 

Extraterrestres et matière noire…

Les faux dieux ne sont que des gardiens du troupeau…

 

Dans cette hypothèse d’une mise en quarantaine de la planète Terre, les ovnis et leurs occupants extraterrestres ne seraient alors que des « surveillants » qui passeraient faire leur tour de garde, pour voir comment nous évoluons, et comment nous nous comportons. Cela expliquerait le non-contact. En gros nous serions placés à l’isolement.

 

Les contacts extraterrestres que l’on ne peut nier, ne seraient alors qu’une sorte de test d’évaluation, un contrôle visant à examiner nos conditions de détention et d’isolement.

 

La lune serait une sorte de centre de commandement de notre « prison » à l’image d’un mirador. Elle nous est apparemment inaccessible, sauf à coup de milliards d’euros, et de puissantes technologies. Des extraterrestres y résident-ils pour garder un œil sur nous et pour pouvoir intervenir en cas d’urgence ?

 

Des témoignages rapportent justement leurs interventions. Ils auraient opéré la désactivation de missiles nucléaires ; baissé voire annulé le taux de radioactivité émis lors d’accidents survenus dans des centrales ; ils auraient escorté et surveillé nos astronautes lors des missions lunaires ; surveillés les sous-marins nucléaires, et autres portes avions en plein océan ; testé la réaction défensive et offensive de nos avions de combats et de notre arsenal militaire.

 

Tous ceux qui se sont penchés sur le problème, qu’ils soient scientifiques, pilotes ou militaires, reconnaissent que ces engins défient les lois de la physique académique, et font preuve de capacité hors du commun.

 

Extraterrestres et matière noire…

De fait, ils font d’excellents gardiens. Selon les rapports du dossier ufologique, ils sont capables de nous hypnotiser, de nous immobiliser, de sonder nos esprits. Ils peuvent effacer des morceaux choisis de notre mémoire, effacer des idées, des pensées, des sentiments etc. Ils peuvent effectuer sur nous des prélèvements en toute impunité ; ils peuvent nous diriger ; nous manipuler comme bon leur semble à l’aide de souvenirs ou des pensées induites. Des gardiens parfaits en somme.

 

Cette théorie de l’isolement est assez proche de la théorie du zoo émise par Budd Hopkins. Et avant lui par John A. Ball radioastronome affecté au Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics.

 

Force est de reconnaître que ces « gardiens » que nous appelons visiteurs, sont globalement pacifiques. Tout comme un gardien ou un surveillant est pacifique avec la population dont il a la responsabilité, rien de plus rien de moins. Heureusement pour nous car dans le cas contraire, nous ne pourrions pas leur résister très longtemps. A l’instar d’autres surveillants, peut-être ont-ils eux aussi des comptes à rendre.

 

On peut imaginer également qu’ils ont établi des relations privilégiées avec certains de nos plus importants dirigeants et que des accords secrets ont été passés à différentes époques. Ceux qui savent n’ont évidemment pas le droit de divulguer l’existence de ces « surveillants ». Ils ne doivent pas faire de révélations sur la Lune, l’espace, la vie extraterrestre, les sciences, l’histoire, etc.

 

Ceci pourrait expliquer la mauvaise qualité des clichés lunaires ou martiens, mais aussi la désinformation sur tous ces sujets. On comprend mieux pourquoi l’homme n’est pas retourné sur la Lune depuis 50 ans et pourquoi sa présence se limite à la proche périphérie de la Terre, avec l’ISS qui évolue à 400 km d’altitude.

 

En décembre 1968, après avoir effectué plusieurs révolutions autour de la Lune, et après en avoir découvert pour la première fois la face cachée, James Lovell communique à Houston l'information suivante : "Reçu Mission Control, soyez informé que le Père Noël existe", ça ne laisse pas trop de doute sur les visions incroyables qu’a dû observer James Lovell. A ce propos, James Lovell a comme particularité d’être l’un des trois hommes à avoir participé à deux missions vers la Lune. Mais il fut le seul des trois à ne jamais y poser le pied. La découverte de la face cachée de la Lune, en orbite, reste son souvenir le plus prenant.

 

Nos gardiens 100% pacifique, mais jusqu’à quand ?

 

Revenons un instant sur cet anneau de matière noire qui entoure la Terre. Selon Ben Harris et Stephen Adler, il aurait environ 200 kilomètres d’épaisseur pour un diamètre de 70 000 km, mais les véritables dimensions sont peut-être beaucoup plus grandes encore. Cette gigantesque et incroyable structure invisible pourrait être selon toute vraisemblance la source de la matrice holographique, et la source qui déclenche le black-out mondial et qui nous renvoi tous à l’âge de pierre, avec la mémoire rebootée et causant des millions/milliards de morts.

 

Cet anneau invisible constitué de matière dont on ignore tout a-t-il le pouvoir;et la puissance de rebooter nos cerveaux, et de nous renvoyer à l’état animal. Est-il capable de réduire à néant toutes nos constructions, laissant ainsi pour la civilisation suivante un terrain de jeux presque vierge ?

Extraterrestres et matière noire…

Conclusion…

 

Connaissez-vous la théorie du cygne noir développée par le philosophe Nassim Nicholas Taleb ? Le Cygne noir, est une théorie dans laquelle on appelle cygne noir un certain événement imprévisible qui a une faible probabilité de se dérouler, et qui, s'il se réalise, a des conséquences d'une portée considérable.

 

Les événements cygne noir furent examinés par Nassim Nicholas Taleb en 2001, dans son livre Le hasard sauvage, qui se concentre essentiellement sur les événements financiers. Six ans plus tard, son livre Le Cygne Noir étendait la métaphore aux événements extérieurs au marché. Taleb voit presque toutes les découvertes scientifiques majeures, les événements historiques et accomplissements artistiques comme des "cygnes noirs". Comme exemples de cygnes noirs, il cite : Internet, l'ordinateur personnel, la Première Guerre mondiale, la chute de l'URSS et les attentats du 11 septembre 2001.

 

Les 3 critères définis sont :

1) l'événement est une surprise (pour l'observateur).

2) l'événement a des conséquences majeures.

3) après le premier exemple de cet événement, il est rationalisé a posteriori, comme s'il avait pu être attendu. Cette rationalisation rétrospective vient du fait que les informations qui auraient permis de prévoir l'événement étaient déjà présentes, mais pas prises en compte par les programmes d'atténuation du risque. La même chose est vraie pour la perception des individus.

 

Ce n'est pas entretenir des pensées négatives que d'ouvrir les yeux sur la réalité.

 

‘’Le fou n'est pas l'homme qui a perdu la raison. Le fou est celui qui a tout perdu, excepté la raison.’’ Citation de Gilbert Keith Chesterton

 

Comme toujours c’est à vous de juger…

 

Source :

http://ovni-actu.forumactif.info/

http://www.fredzone.org/et-si-les-extraterrestres-se-cachaient-dans-la-matiere-noire-448

http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/doschim/decouv/couleurs/loupe_spect_lum.html

https://home.cern/fr/about/physics/dark-matter

http://www.lepoint.fr/grands-entretiens/l-invisibilite-n-est-plus-de-la-science-fiction-05-04-2012-1449171_326.php

http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2014/01/07/la-terre-est-elle-prise-dans-un-anneau-de-mysterieuse-matiere-noire/

http://ovnis-usa.com/la-terre-un-zoo-grandeur-nature/

 

Quelques sujets liés :

De plus en plus nombreux les inquiétants trous noirs dans les océans… !

Le jour où la Terre s’arrêtera…

Inversion des pôles magnétique : black-out imminent ?!

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

M
Interessant
Répondre
J
Voilà l'avertisseur que Dieu à envoyé pour dire comment redresser ce monde gravement malade
qui a perdu le sens de la raison. http://www.prophete-du-sacre-coeur.com/
C'est LE SEUL consacré à Dieu sur terre à savoir exactement comment Jésus-Christ a ressuscité !
Vous pourrez l'apprendre en lisant gratuitement l'Ouvrage Sacré "L'Ultime Alliance"
https://www.youtube.com/watch?v=RWms0A95oGA
Répondre
K
Merci @MERLIN et bon retour avec cet article extraordinaire qui résume un peu de tout sur le sujet des extraterrestres qui nous visitent depuis des milliers d'années... Nous(humains terriens), nous continuons d'appeler "DIEU" nos IGNORANCES. Mais cela se comprend, car sur cette planète terre, certains peuples(indigenes) appellent d'autres humains terriens plus avancés technologiquement "Des DIEUX".
Répondre